Curiosités sur le consumérisme

Le consumérisme n'est pas une activité moderne. En fait, dans les siècles passés, les ressources étaient beaucoup plus rares et il y avait beaucoup moins de personnes qui pouvaient se permettre d'acheter des biens. Dans cet article, nous voulons précisément parler de certaines curiosités de cette activité.
Curiosités sur le consumérisme

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 28 février, 2023

Le consumérisme est un phénomène contemporain et, malheureusement, il est étroitement lié à un autre problème actuel : la pollution. L’un et l’autre vont de pair car la surproduction génère à elle seule des effets néfastes sur la planète mais, en même temps, la surconsommation engendre un gaspillage qui dépasse le raisonnable.

Les achats compulsifs ne sont désormais plus des faits anecdotiques. Pour cette raison, le consumérisme est également associé à un autre des grands maux de l’époque : l’endettement par le biais des cartes de crédit. L’ensemble répond au fameux postulat selon lequel ce phénomène consiste à « acheter ce dont on n’a pas besoin, avec de l’argent qu’on n’a pas ».

Le consumérisme n’est pas tant un comportement qu’une attitude. Il renvoie non seulement à une activité de consommation qui va bien au-delà du simple fait de couvrir des besoins, mais transcende aussi des domaines spécifiques. Il y a du consumérisme dans la culture, dans l’art, dans le sexe et dans tout ce que nous pouvons imaginer. Cette voracité insatiable est sans doute l’un des signes de notre temps. Voyons quelques curiosités à ce sujet.

« En plus d’être une économie d’excès et de gaspillage, la consommation est aussi, et précisément pour cette raison, une économie de tromperie. »

-Zygmunt Bauman-

Femme shopping en ligne
Le consumérisme augmente l’endettement par le biais des cartes de crédit.

Faits inquiétants sur le consumérisme

Dans certaines zones de la planète, la consommation est vraiment intense. On estime que d’ici 2050, il y aura environ 9,6 milliards de personnes dans le monde ; cela signifie qu’il faudrait trois planètes comme la Terre pour alimenter le taux de consommation actuel. En d’autres termes, si nous continuons à agir comme nous le faisons, la planète elle-même ne sera plus viable.

En fait, aujourd’hui, on extrait et on utilise presque plus de 50 % des ressources naturelles qui étaient utilisées il y a 30 ans, selon les données de Greenpeace. Chaque année, environ 12 millions de tonnes de plastique atteignent les océans ; au moins 40 % de cet élément correspond à des emballages à usage unique. Les chiffres indiquent que les sacs en plastique ont une utilisation moyenne de 15 minutes avant d’être jetés.

Autre fait insolite sur le consumérisme : 100 milliards de vêtements sont fabriqués chaque année. Actuellement, une personne achète en moyenne 60 % de vêtements en plus qu’il y a 15 ans. La « mode rapide », ou fast fashion, a imposé la tendance qui consiste à utiliser et à jeter très rapidement. Si les gens gardaient leurs vêtements pendant un an, les émissions de CO2 se réduiraient de 24 %.

Autres curiosités sur consumérisme

Le consumérisme génère des situations à la limite de l’absurde. Par exemple, le hot-dog le plus cher du monde coûte 169 $. Son nom est Junni Ban et il contient de la saucisse Bratwurst, des oignons rôtis au beurre teriyaki, du bœuf wagyo, du foie gras, des copeaux de truffe noire, du caviar, des champignons maitake et de la mayonnaise japonaise. Le fait est qu’avec ce même argent, des milliers de familles survivent pendant un mois, dans certains pays soumis à l’appauvrissement.

La Mecque de la consommation est sans aucun doute les centres commerciaux. Vous les trouvez partout, et ils sont devenus le centre de la vie sociale dans de nombreux cas –surtout en hiver. Le plus grand du monde est le Dubai Mall, d’une superficie totale de 9 kilomètres carrés, qui abrite quelque 1 200 magasins ainsi que 120 restaurants et cafés. Le plus grand magasin de bonbons du monde s’y trouve également : Candylicious, d’une superficie de 930 mètres carrés.

Autre fait curieux : le jouet le plus vendu de l’histoire est le célèbre Rubik’s cube. Il est apparu dans les années 1980 et, jusqu’à présent, les gens en ont acheté plus de 350 millions d’unités. Soit dit en passant, son inventeur, Erno Rubik, n’a jamais pensé que cela deviendrait un jouet ; il l’a créé pour enseigner la géométrie à ses élèves.

Rubik's Cube
Le Rubik’s cube est l’un des casse-têtes les plus vendus au monde en raison de la complexité qu’il dissimule.

Le Black Friday, la fête de la consommation

S’il y a bien un jour du calendrier qui est une véritable référence pour la consommation, c’est le fameux Black Friday ou « Vendredi noir ». À un moment donné, un canular a circulé selon lequel ce jour a reçu ce nom parce qu’il commémorait l’achat et la vente d’esclaves. Cependant, cela a été démenti.

La vérité est que le nom de cette fête du consumérisme est né à Philadelphie. Il est célébré le jour suivant Thanksgiving aux États-Unis, un jour où le trafic de voitures et de personnes augmente, de sorte que c’est « une journée noire ». C’est aussi la date à laquelle les chiffres comptables cessent d’être rouges et deviennent noirs.

Bien qu’il soit originaire des États-Unis, on le célèbre aujourd’hui dans presque tout le monde occidental. Lors du dernier Black Friday, rien que dans ce pays, plus de 9 milliards de dollars ont été dépensés en une journée, alors même que l’ombre de la récession s’était déjà propagée à travers le monde. Ainsi est le consumérisme : immédiat et sans mesure.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Greenpeace. (s. f.). Consumismo. Greenpeace España. https://es.greenpeace.org/es/trabajamos-en/consumismo/.

  • Cornejo Portugal, I. (2006). El centro comercial desde la comunicación y la cultura: Un modelo analítico para su estudio. Convergencia, 13(40), 13-37.

  • Rodríguez Díaz, S. (2012). Consumismo y sociedad: una visión crítica del homo consumens.


Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.