Ce court-métrage nous donne une leçon sur le ressentiment et la jalousie

· 9 mai 2017
Lorsqu’un changement survient dans notre vie, qu’il soit professionnel, social ou personnel, nous devons être suffisamment flexibles pour savoir nous adapter, sans nous perdre en chemin. Si nous n’agissons pas ainsi, les conséquences peuvent être terribles. C’est exactement ce qui arrive au protagoniste principal du court-métrage que nous vous présentons aujourd’hui.

Lorsque l’infériorité apparaît dans notre vie

A un moment de notre existence, nous pouvons nous sentir « inférieur-e-s » par rapport aux personnes qui nous entourent. Parce que nous venons de subir d’importants changements ou parce que nous constatons chez les autres des capacités que nous considérons positives et que nous ne pensons pas avoir.

C’est ce qui arrive au petit robot du court-métrage, qui est parfaitement heureux dans sa vie de tous les jours, réalisant sa mission avec entrain. Mais, lorsqu’il se retrouve confronté à un nouveau compagnon qui semble plus vif que lui, il rentre dans une spirale faite de jalousie et de ressentiment. Mais que lui est-il arrivé ?

“Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement.”

-Eleanor Roosevelt-

Lorsque nous nous comparons aux autres et que nous nous considérons comme « inférieur-e-s » ou « moins bon-ne-s », nous commençons à perdre confiance en nos capacités et en nos aptitudes. Tout cela génère une perte de confiance en nous et se répercute au niveau de notre estime personnelle.

Face à cette situation, que nous vivons comme une menace, les conséquences peuvent être diverses. Nous pouvons plonger dans un état d’insécurité qui nous fait croire que nous ne sommes plus capables de rien. Cet état nous rend totalement immobiles et nous pouvons commencer tout simplement à nous déprécier.

Mais nous pouvons aussi essayer de dépasser cette situation pour éviter d’être bloqué-e-s. Ce qui nous empêche souvent de prendre ce chemin c’est que nous consacrons toute notre énergie à essayer de nuire à la personne dont nous sommes jaloux-ses, en méprisant son travail, ses attitudes et ses relations avec les autres, au lieu de nous concentrer à tirer le meilleur de nous-mêmes.

Gouverné-e-s par l’envie, le ressentiment et la jalousie, nous ne tentons pas de mieux gérer notre vie quotidienne, mais nous cherchons plutôt à détruire chez l’autre les capacités que nous pensons supérieures aux nôtres. Nous focalisons toute notre attention vers l’extérieur, au lieu d’entamer un important travail intérieur.

Nous rendons alors les autres responsables de notre malheur ou de notre sentiment d’infériorité alors qu’en réalité, il s’agit d’une perception de nous-mêmes que nous avons construite, exactement comme le petit robot du court-métrage.

Évitez de vous briser en devenant flexible

Si nous sommes plongé-e-s dans un certain mal-être, dans le ressentiment et dans la jalousie, notre unique option est d’apprendre à être flexibles, pour mieux nous adapter. L’acceptation de la nouvelle situation, des capacités que peuvent avoir les autres et que nous n’avons pas, est la première étape nécessaire vers le changement.

Nous devons nous responsabiliser de ce que nous ressentons et être conscient-e-s que nous sommes les seul-e-s à nous sentir « inférieur-e-s », « meilleur-e-s » ou « pires » que les autres. Ce filtre que nous créons ex nihilo et qui sert de base à tous nos comportements a une conséquence directe sur notre estime personnelle.

“Si vous décidez d’être flexible, vous vous soulagerez d’un énorme poids en prenant conscience que rien n’est prédéterminé et que vous êtes le seul juge de votre propre conduite. »

-Walter Riso-

Ressentir de la jalousie et du ressentiment et penser que nous ne pouvons pas nous dépasser sont des pensées négatives directement générées par notre insécurité. Nous sommes les seul-e-s à percevoir les autres comme nos ennemi-e-s, nous sommes les responsables de cette guerre intérieure que nous créons et qui nous procure tant de mal-être.

C’est exactement ce qui se passe pour le robot protagoniste du court-métrage ci-dessous. Dominé par son insécurité, il convertit une situation de collaboration en une compétition, fruit de sa rigidité et mue par son ressentiment et sa jalousie. Jusqu’à risquer la destruction.

Gardez à l’esprit que vous ne pouvez être inférieur-e aux autres que si vous leur en donnez la permission. Entrer en compétition pour détruire les autres ne vous rendra jamais heureux-se. A l’inverse, collaborer et être flexible vous permettra d’obtenir de bons résultats et d’en finir avec les luttes stériles qui gangrènent votre quotidien.