Connaissez-vous le syndrome de la selle turcique vide ?

22 mai 2019
Le syndrome de la selle turcique vide (STV) est associé à des altérations hormonales au niveau de l'hypophyse (ou glande pituitaire). Mais qu'est-ce que la selle turcique et en quoi consiste ce syndrome ?

Pour l’être humain, le cerveau continue aujourd’hui d’être un mystère. Les recherches scientifiques à son sujet ne cessent quotidiennement de progresser. L’objectif est de trouver de nouveaux indices permettant de mieux comprendre le fonctionnement de cette machine complexe. La littérature est à chaque fois plus complète et la connaissance que nous avons du cerveau devient chaque fois plus précise. Dans cet article, nous allons évoquer le syndrome de la selle turcique vide.

Qu’est-ce que la selle turcique ? Nombreux sont ceux qui pensent savoir de quoi il s’agit. D’autres se demandent : Possédons-nous une telle chose dans la tête ? D’autres affirment : Cela me dit quelque chose… Ce nom si particulier vient du latin, « Sella turcica ». Il semblerait que l’inspiration provienne de la forme et de la structure d’une selle. 

Qu’est-ce que la selle turcique et comment se produit ce syndrome ?

Il s’agit en fait d’une structure cérébrale occupée presque totalement par l’hypophyse. Elle se trouve juste en dessous de la base du cerveau. Lorsque l’hypophyse s’aplatit ou qu’elle rétrécit, la zone semble vide. Elle n’est alors pas observable par résonance magnétique.

Mais en réalité, la zone n’est pas vide. Elle est simplement remplie de liquide céphalorachidien. Ce liquide entoure la moelle épinière et le cerveau. Lorsque le syndrome de la selle turcique vide (STV) apparaît, le liquide céphalorachidien s’infiltre vers la selle et il fait pression sur l’hypophyse ce qui contribue à l’aplatir ou à la faire rétrécir.

la selle turcique vide

Syndrome de la selle turcique vide primaire (STVP)

Le syndrome de la selle turcique vide primaire (STVP) est encore aujourd’hui l’objet de recherches. Dans ce cas, aucun processus pathologique préalable n’a encore été découvert. Sa pathogénèse et ses répercussions clinico-chirurgicales ne sont pas non plus clairement définies et les débats sont encore ouverts. Cependant, il existe certaines informations importantes à son sujet qui permette d’éclaircir peu à peu la question.

Syndrome de la selle turcique vide secondaire (STVS)

Le syndrome de la selle turcique vide secondaire (STVS) est le résultat d’un processus pathologique. Il peut être ou non de nature tumorale. Dans la majorité des cas, il s’agit d’un adénome (tumeur épithéliale bénigne) qui involue.

Cette involution peut être spontanée ou être le résultat d’un traitement. La conséquence est l’introduction de la citerne arachnoïdienne de la base du crâne dans l’espace resté vide à l’intérieur de la selle turcique.

Qui peut être affecté ? Quels sont les symptômes ?

Gonzalez-Tortosa (2009) affirme que les victimes de ce syndrome ont généralement entre 40 et 50 ans. Les femmes sont davantage sujettes à la pathologie, notamment les personnes souffrant d’obésité

L’hypertension artérielle affecte 23% des victimes. 16,6% de ces femmes sont multipares. Elles présentent également des symptômes de céphalées. Un autre symptôme caractéristique de l’hypertension intra-crânienne idiomatique est le bourdonnement des oreilles.

Les patients peuvent également souffrir d’altérations visuelles telles qu’une diminution de l’acuité visuelle ou une vision trouble. Les altérations mentales peuvent également apparaître et se manifester par des épisodes anxieux, une altération du comportement et le développement de la dysthymie.

En ce qui concerne la symptomatologie endocrinienne, des altérations menstruelles chez les femmes et une diminution de l’activité sexuelle chez les hommes peuvent se manifester.

syndrome de la selle turcique vide

Hypopituitarisme

L’hypopituitarisme est une affection de l’hypophyse qui provoque une sécrétion anormale de la quantité de certaines ou de toutes les hormones. Les hormones concernées peuvent être par exemple : la prolactine, l’ocytocine, l’hormone de croissance, l’hormone antidiurétique, l’hormone lutéinisante, etc.

L’équipe de Necochea (1998) a signalé le fait que le STV peut être l’une des causes de l’hypopituitarisme. L’une des autres causes les plus communes sont « les tumeurs intraséales ou paraséales, telles que les adénomes hypophysaires, les craniopharyngiomes, les méningiomes et les lymphomes« . Les auteurs pointent également du doigt la nécrose ischémique de l’hypophyse et l’ischémie hypophysaire par vascularité ou diabète sucré comme responsables.

Une infection de l’hypophyse peut également provoquer l’apparition de l’hypopituitarisme. Ces infections pourraient être provoquées par des pathologies telles que la tuberculose, la brucellose, la syphilis, les mycoses. D’autres maladies telles que la sarcoïdose, l’hémochromatose et l’histiocytose peuvent également être impliquées.

Le syndrome de la selle turcique vide chez les enfants

L’équipe de Gonzales-Fernandez (2009) a découvert des différences de symptômes entre les adultes et les enfants atteints de STV. Chez les enfants, le syndrome ne se développe pas chez les sujets obèses. Il n’existe pas non plus de différence marquée entre les sexes. Une pathogénèse différente pourrait donc être définie dans les deux cas.

Les auteurs signalent également le fait qu’une autre différence concernent « la fonction hypothalamus-hypophysaire (HH). En règle générale, la fonction hormonale HH n’est pas altérée chez les adultes« . Les chercheurs accordent donc une importance particulière à l’étude de la fonction HH qui est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes.