Comportements douloureux : quels sont-ils et comment affectent-ils le bien-être ?

Lorsque nous ressentons de la douleur, nous émettons une série de comportements qui, sans nous en rendre compte, peuvent nous nuire à long terme. Découvrez comment ils nous affectent et que faire à ce sujet.
Comportements douloureux : quels sont-ils et comment affectent-ils le bien-être ?
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 28 octobre, 2022

La douleur est un événement physique. Bien sûr, lorsqu’il y a une blessure ou tout type de dommage organique, il faut intervenir pour la soigner. Mais saviez-vous que votre esprit joue également un rôle important dans l’augmentation ou la réduction de votre souffrance ? L’un des phénomènes les plus curieux est ce qu’on appelle les comportements douloureux ou les comportements pathologiques.

Ce sont ces réactions, actes ou comportements que nous adoptons à la suite d’une douleur ou d’un inconfort. Par exemple, exercez une pression sur la zone douloureuse avec votre main, adoptez certaines postures pour atténuer la sensation ou évitez certaines activités lorsque vous vous sentez mal. Ce genre de comportement semble très logique ; et, en fait, au début, ils peuvent nous être utiles. Cependant, à long terme, ils peuvent faire durer l’inconfort plus longtemps.

femme inquiète
Les comportements douloureux peuvent maintenir un inconfort à long terme.

Quels sont les comportements douloureux ?

Normalement, on a tendance à considérer la douleur comme quelque chose de purement physiologique : des points de suture, une sensation de brûlure ou de démangeaison, une pression ou une tension dans la zone… Cependant, la réalité est qu’elle a plusieurs autres composantes :

Aspect cognitif

Il fait référence aux pensées, aux idées et aux croyances qui sont générées et entretenues autour de la douleur et de la maladie. Et ce ne sont pas les mêmes chez tout le monde.

Il y a ceux qui adoptent une attitude catastrophique qui accentue la vision négative que nous avons presque tous déjà de la douleur, à ruminer constamment à ce sujet et à ne pas pouvoir la sortir de leur esprit. Ils y prêtent beaucoup d’attention et cela génère une plus grande sensibilité à la douleur ainsi qu’une perception plus intense de celle-ci.

Aspect émotionnel ou affectif

Elle est liée aux émotions générées par la douleur. Évidemment, ce n’est agréable pour personne, mais il y en a qui développent des affects trop négatifs. Par exemple, ils se sentent impuissants et incapables de contrôler la maladie, exagèrent les propriétés menaçantes du stimulus douloureux et sentent qu’ils ne peuvent rien faire pour influencer leur situation.

Ces émotions associées amplifient la douleur et ajoutent également une composante de souffrance psychologique.

Aspect comportemental

Enfin, toute douleur a une composante liée à la conduite, aux actes et au comportement. Cela se reflète dans les mesures que nous prenons à cet égard.

Comme nous l’avons dit, cela peut aller de toucher la zone qui fait mal, de verbaliser à quel point nous nous sentons malades ou endoloris, de consulter un médecin, de prendre des médicaments ou de limiter nos mouvements ou nos activités quotidiennes. Ce sont tous des comportements dits douloureux.

Quel rôle jouent les comportements douloureux ?

Toutes ces actions se produisent naturellement lorsque nous avons mal. Il est normal que nous les fassions et ils peuvent nous aider à nous sentir mieux, à nous réconforter ou à trouver des solutions. Cependant, si nous nous y engageons trop, ils peuvent devenir un problème.

Ceux qui émettent le plus ce type de comportement pathologique sont plus susceptibles d’adopter le “rôle de malade”, de s’installer dans cette conception d’eux-mêmes et, par conséquent, de subir les conséquences de se voir ainsi. Bien que, face à une douleur spécifique, ils puissent ne pas avoir une grande pertinence, si l’on parle d’une maladie chronique, ces comportements peuvent aggraver la situation et le handicap.

Ceux qui sont plus impliqués dans ces comportements et s’installent dans le «rôle de malade» ont tendance à souffrir plus, à ressentir plus de symptômes d’anxiété et de dépression, à des degrés plus élevés d’invalidité et d’inactivité et à un statut d’emploi moins bon. Ces résultats ont été trouvés lors de l’analyse de patients atteints de pathologies telles que la lombalgie, la polyarthrite rhumatoïde, la fibromyalgie ou la migraine.

Au vu de ces résultats, des stratégies psychothérapeutiques ont été conçues pour réduire ou éliminer ces comportements douloureux afin de réduire l’inconfort et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Femme souffrant de douleur
Ceux qui émettent plus de comportements de douleur ont tendance à adopter davantage le rôle de malade.

Interventions psychothérapeutiques

Cette approche comportementale de la douleur se concentre sur la modification de ces comportements associés à l’inconfort. Ainsi, la personne est incitée à se débarrasser progressivement des réactions qu’elle a développées.

Ces procédures sont connues sous le nom de techniques opérantes, car elles sont basées sur les principes du conditionnement instrumental (c’est-à-dire que tout comportement répété et maintenu le fait parce qu’il est renforcé d’une manière ou d’une autre).

De ce point de vue, nous devons garder à l’esprit qu’en adoptant des comportements de douleur, nous recevons souvent un certain type de bénéfice secondaire. Par exemple, nous obtenons l’attention, l’affection et le réconfort de nos proches. Ou nous pouvons nous libérer des activités désagréables (comme travailler ou faire le ménage). Bien qu’inconsciemment, nous comprenons que ce “rôle de malade” nous procure des avantages, et nous continuons à l’incarner.

De cette manière, un engagement conscient et un travail pour inverser cette situation sont recherchés. Par exemple :

  • Arrêter les verbalisations de l’inconfort
  • Éliminer les gestes douloureux du visage et du corps
  • Cesser d’éviter les situations “accueillant” la maladie. Reprendre et restaurer toutes ces activités quotidiennes qui sont limitées (toujours dans la mesure du possible).
  • Présentation de l’exercice physique

Grâce à des programmes progressifs, chaque avancée est renforcée et l’objectif est ainsi atteint. Bien qu’une approche globale qui ne néglige pas les aspects physiques et physiologiques de la douleur soit toujours nécessaire, travailler dans le reste des domaines (et, plus précisément, dans celui du comportement) peut favoriser une meilleure qualité de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les étapes pour transformer la douleur en apprentissage
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les étapes pour transformer la douleur en apprentissage

La douleur est inhérente à la vie. Elle en fait partie de la même manière que la joie et le bonheur. Nous avons tendance à penser qu'il s'agit



  • Campayo, J. G., & Rodero, B. (2009). Aspectos cognitivos y afectivos del dolor. Reumatología clínica5, 9-11.
  • Moix, J., & Casado, M. (2011). Terapias psicológicas para el tratamiento del dolor crónico. Clínica y Salud22(1), 41-50.
  • Nielson, W. R., & Weir, R. (2001). Biopsychosocial approaches to the treatment of chronic pain. The Clinical journal of pain17(4), S114-S127.
  • Olivares Rodríguez, M., & Cruzado Crespo, J. A. (2008). Evaluación psicológica del dolor. Clínica y salud19(3), 321-341.