Comment vivre avec une personne alexithymique

27 février 2019
Qu'est-ce que l'alexihymie ? Quel est le profil d'une personne alexithymique ?

Vivre avec une personne alexithymique n’est pas simple. En fin de compte, peu de gens s’habituent à vivre sans un « je t’aime » ou un « comment vas-tu ? ». Car l’alexithymique, au-delà de ce que nous pouvons penser, a bien des sentiments, ressent des émotions, mais ne sait pas comment exprimer ce monde interne d’affections, d’émotions, d’univers déconcertants qui le bloquent et l’angoissent.

Nick Frye-Cox, docteure à l’Université du Missouri, nous révèle une chose très importante dans une étudeUne partie des ruptures sentimentales seraient dues à l’alexithymie. Il s’agit de situations au cours desquelles l’un des membres du couple ne se sent pas validé par l’autre. Au lieu de connaître un amour réel, il ne rencontre que de la froideur et même de la négligence.

La communication émotionnelle interpersonnelle structure n’importe quel lien sain. Nous avons besoin de bien plus qu’une personne à nos côtés. Nous voulons des personnes actives sur le plan émotionnel, des figures réceptives et expressives qui savent ce qu’est la réciprocité, qui sont capables de nourrir la relation, d’alimenter l’affection, la joie et l’engagement quotidien.

Or, l’alexithymique ne parvient pas toujours à faire tout cela. Et ce n’est pas parce qu’il ne le veut pas. Il manque de mécanismes pour exprimer ce qu’il ressent. C’est comment s’il essayait de parler à travers une langue qu’il ne connaît pas. L’alexithymie est une dimension brumeuse où tout le côté émotionnel des choses se déplace dans un brouillard imprécis : on ne les voit pas, on ne les comprend pas.

Il est nécessaire que nous comprenions un peu plus ce type de personnalité. Cohabiter avec des personnes alexithymiques peut parfois être douloureux mais il est toujours possible de mettre quelques stratégies en pratique.

« Les personnes souffrant d’alexithymie se sentent seules. Elles manquent de stratégies pour pouvoir exprimer leurs sentiments et cela les empêche de poursuivre une grande partie des relations qu’elles ont entamées ».

-Nick Frye-Cox-

cœur gelé d'une personne alexithymique

Comment est une personne alexithymique ?

Nous devons d’abord être conscients d’une chose toute simple : la personne alexithymique n’est pas une psychopathe. Par ailleurs, les profils alexithymiques ne présentent pas tous de trouble psychologique. En réalité, nous sommes face à un trait de personnalité identifié en 1976 par John Nemiah, un psychanalyste de Boston.

Pour identifier une personne alexithymique, on utilise la Toronto Alexithymia Scale (TAS-20). Les dimensions évaluées sont les suivantes :

  • Difficulté à identifier et décrire les sentiments
  • Problèmes pour interpréter et distinguer ses propres émotions
  • Tendance au conformisme social
  • Elles pensent que personne ne peut les comprendre et cela génère parfois de la frustration
  • Elles évitent de parler d’aspects intimes, de ce qu’elles ressentent, de ce qu’elles pensent, de ce qui leur est arrivé. Par conséquent, elles préfèrent des conversations aseptiques, liées à des activités, des passions, des aspects objectifs

Des études comme celle menée à l’Université du Pays Basque estiment que ce profil peut s’associer à 15% de la population.

personne alexithymique en couple

Comment vivre avec une personne alexithymique ?

On croit souvent, à tort, que la personne alexithymique ne tombe pas amoureuse: ce n’est pas vrai. Ce profil de personnalité ressent aussi des besoins d’affiliation, de créer une famille, d’aimer et d’être aimé. Comme nous le signale le neurologue Pablo Irimia, « l’alexithymique ressent les choses mais est incapable d’exprimer ces états d’accord au contexte par des mots ».

Voyons maintenant les stratégies à suivre pour vivre avec une personne alexithymique.

Ce que l’on ne dit pas par des mots s’exprime à travers d’autres canaux

L’amour, l’affection, la complicité et l’admiration peuvent s’exprimer de nombreuses façons, et pas seulement par des mots. Pour vivre avec une personne alexithymique, nous devons comprendre qu’elle aura énormément de mal à verbaliser ses sentiments. Cependant, nous pouvons percevoir ces derniers dans ses regards et dans son langage non verbal.

Par ailleurs, il faut savoir que beaucoup de personnes alexithymiques se servent du canal de l’écritureLe couple doit trouver un moyen à travers lequel il peut exprimer ses émotions et sentiments.

La communication physique

Collin Hesse, professeur de communication à l’Université du Missouri, a réalisé plusieurs thérapies qui lui ont permis de détecter un aspect intéressant. La personne alexithymique répond bien au contact physique, aux caresses, aux étreintes, aux baisers… Adopter ce type de langage au quotidien peut énormément faciliter les choses.

Lorsque les mots manquent, il est bon d’avoir recours à ce type de gestes hautement émotionnels. En faisant cela, l’empathie et la connexion sont renforcées et, surtout, l’anxiété est soulagée. Il est évident que le conjoint de l’alexithymique souffre, mais la personne avec ce trait de personnalité souffre aussi en ne sachant pas comment communiquer.

Trois types de thérapie pour améliorer la cohabitation

Nous devons comprendre une chose sur l’alexithymie : elle ne se soigne pas. Nous sommes face à un type de personnalité, pas à un trouble clinique. Par conséquent, pour vivre avec une personne alexithymique, nous devons lui recommander de suivre différents types de thérapie pour améliorer la relation, pour lui offrir des mécanismes qui lui permettront de mieux communiquer.

Les trois approches les plus intéressantes sont les suivantes :

  • Stimulation de l’intelligence émotionnelle
  • Techniques pour la réduction de l’anxiété et de l’agressivité
  • Exercices de relaxation

Sauvegarder l’intégrité émotionnelle : quand la cohabitation n’est pas possible

La cohabitation avec une personne alexithymique use. Et elle le fait pour une raison évidente : beaucoup de personnes sont fatiguées de donner sans rien recevoir en retour et sans voir d’amélioration.

Il est important de sauvegarder sa santé psychologique. Comme nous l’avons signalé, vivre avec un alexithymique implique souvent une grande souffrance (pour les deux). Parfois, il n’y a rien d’autre à faire que de réfléchir à la relation et de prendre une décision.

Cependant, il ne faut pas abandonner sans avoir lutté. De nombreux couples ont réussi à s’en sortir grâce à des mécanismes qui permettent de créer un langage spécifique, un langage qui leur permet de se sentir validés, qui comble les vides et rend la cohabitation possible.

 

  • Berenbaum, H. y Prince, J.D. (1994). Alexithymia and the interpretation of emotion-relevant information. Emotion and Cognition, 8(3), 231-244.
    Cochrane C.E., Bewerton T.D., Wilson D.B. y Hodges E.L. (1993). Alexithymia in the eating disorders. International Journal of Eating Di -sorders, 14, 219-222.
  • Preece, D., Becerra, R., Robinson, K., & Dandy, J. (2018). Assessing alexithymia: Psychometric properties and factorial invariance of the 20-item Toronto Alexithymia Scale in nonclinical and psychiatric samples. Journal of Psychopathology and Behavioral Assessment, 40(2), 276-287. doi:10.1007/s10862-017-9634-6
  • Nemiah, J. C., Freyberger, H., & Sifneos, P. E. (1976). Alexithymia: A view of the psychosomatic process. In O. Hill (Ed.), Modern trends in psychosomatic medicine, Vol. 3 (pp. 430–439). London, UK: Butterworths.