C’est lorsque vous devenez “froid” que les personnes se rendent compte de qui vous étiez avant

24 novembre 2016 dans Psychologie 609 Partagés

Finalement, sans vraiment savoir comment, un jour arrive où l’on devient plus froid, plus prudent, et où l’on commence à se souvenir de ce que l’on appelle l’amour propre.

Mais ceux qui nous entourent n’entendent pas ce changement intérieur, pourtant nécessaire, de la même oreille. C’est alors que la “magie” apparaît : les autres commencent alors à valoriser la personne que vous étiez avant.

Qui dit que les personnes ne changent pas se trompe. L’être humain ne varie pas ses comportements ni son style de personnalité d’un jour à l’autre, en un claquement de doigts.

Le processus du changement est quelque chose de plus intime, pausé et même désincarné, mais plus que changer, nous grandissons.

C’est quelque chose que l’on n’atteint qu’en prenant pleine conscience de nos limites et de nos trous noirs.

Même le cœur le plus amoureux se fatigue d’être blessé et devient plus froid, avec plus de barrières et d’épines. C’est précisément à ce moment que les autres commencent à valoriser la personne que vous étiez avant.

Dans notre complexe voyage dans la vie, devenir froid n’est ni plus ni moins une défaite. C’est un simple mécanisme de défense.

L’existence n’implique pas seulement de faire face aux complications du quotidien, il est aussi essentiel d’être capable de construire nos propres processus de survie pour être les véritables protagonistes de cette aventure.

Nous vous proposons de réfléchir à cela avec nous.

femme-mer

Le cœur froid et l’absence des petites choses

Jeffrey Kottler est l’un des divulgateurs les plus connus de la psychologie du changement. Avec des livres comme “Seul avec soi-même”, il nous apprend qu’après ses 30 années d’expérience dans le champ d’épanouissement personnel, il y a un aspect très clair qui se dégage : nous changeons par nécessité et pour survivre avec une meilleure efficacité.

Il y a à présent un détail qui mérite notre attention. Nous passons, par exemple, un moment sans voir une personne et quand nous la retrouvons, elle a changé d’attitude.

Nous nous demandons, mais “que s’est-il passé ?”. Comme nous l’indique le docteur Kottler, nous ne faisons pas de grandes transformations et il n’est pas nécessaire que nous expérimentions des faits ponctuels de grand impact pour changer

La rumeur du quotidien, les petites déceptions, les mots dits ou non dits, les absences, les renoncements continus et le fait de tout donner sans rien recevoir en échange nous suffisent.

Ce sont de petites mottes de terre qui, petit à petit, créent d’authentiques déserts émotionnels, générant un changement avec un besoin clair : commencer à se mettre soi en priorité pour survivre.

femme-triste

Se défendre des égoïsmes qui nous guettent

Le cœur froid est l’esprit qui s’est fatigué d’attendre. C’est notre auto-estime qui enclenche l’alarme et l’amour propre qui sort par la sortie de secours à la recherche d’une solution.

Être un peu plus froid est la réponse face aux dissonances de la vie. C’est le fait de mettre des lignes rouges pour que l’amour propre puisse émerger à nouveau.

Le plus probable, c’est que les personnes les plus proches de nous perçoivent ce changement et se demandent ce qui se passe et pourquoi nous ne sommes plus ces êtres attentionnés et maniables, comme avant.

Il est également possible que, loin d’avoir compris ce changement, elles se sentent embêtées car elles ne trouvent pas la serrure de notre cœur grâce à laquelle, auparavant, elles ouvraient toutes nos portes pour rassasier leur égoïsme.

Cette transformation nous permet d’approfondir plusieurs aspects.

femme-avec-papillons

Ce qu’a appris le cœur froid

La personne au cœur un peu plus froid -qui n’est ni mort, ni stérile, ni éteint- a compris que les choses ne peuvent pas toujours être comme on le souhaite. Il faut les accepter telles qu’elles sont et agir en conséquence.

  • Nous savons aussi que la vie n’est pas juste et que les personnes ne sont pas toujours loyales et respectueuses. D’où le fait de ne pas concentrer notre existence sur ce qu’elles font ou ne font pas avec les autres.
    Nous découvrons qu’il sera toujours mieux de laisser une place à ce que nous ressentons, de manière à ce que notre amour propre ne soit pas toujours le sacrifié.
  • Chaque déception vécue, chaque chantage expérimenté et chaque vide accumulé ont fait que les gazouillis des pensées négatives apparaissent souvent dans notre esprit.
    Après avoir trouvé le calme et vu les choses du point de vue d’un cœur plus froid, nous comprenons alors qu’il n’y a que deux options : s’attacher à cette négativité ou la désinfecter. Optons pour la seconde. 

Parfois, tout ce qui disparaît et meurt en nous nous ramène tout d’un coup à la réalité. Un cœur un peu plus froid et prudent regarde les choses avec plus de modération, pour décider qui reste et qui part de sa vie. Que nous le croyons ou pas, il n’y a rien de mal en cela.

Car changer, c’est grandir et gagner en dignité. Un processus naturel par lequel la lumière finit par passer à travers nos cicatrices. 

A découvrir aussi