On m’appelle égoïste car je pense à moi : j’appelle cela « amour propre »

8 août 2016 dans Psychologie 0 Partagés

Il arrive toujours un moment où, dans la vie, nous tournons la page.

Nous nous libérons de certaines situations, de choses et même de personnes qui loin de nous offrir du bien-être, nous font du mal.

Cet acte de courage personnel est vu par beaucoup comme le reflet de l’égoïsme, alors que c’est en fait le triomphe de l’amour propre.

Nous devons savoir que cette construction psychologique n’est souvent pas bien comprise.

Traditionnellement, l’idée de l’amour propre est liée à une certaine composante narcissique et à cet égoïsme individualiste qui ne recherche que le bénéfice propre. Mais rien de tout cela n’est vrai.

Il n’y a qu’un amour qui doit durer toujours : c’est l’amour propre. Car la dignité a un prix très élevé et nous ne devons pas accepter les « soldes »…
Partager

Il y a une idée très répandue chez les psychologues et les spécialistes des émotions, qui affirme que les gens, en général, sont des érudits en matière rationnelle, mais des analphabètes en matière émotionnelle.

Réprimer ce que l’on ressent n’est pas sain, tout comme le fait de ne pas respecter ou ressentir de l’empathie pour les besoins des personnes qui nous entourent.

Personne n’est égoïste car il dit « non ». Personne ne doit être stigmatisé dès lors qu’il ose tourner la page et dire « Stop ». Nous vous invitons ici à réfléchir à cela.

Femme-et-couronne

Le manque d’amour propre alimente nos peurs

Le manque d’amour propre alimente nos peurs et nous rend plus vulnérables. Pour mieux comprendre cette idée, il suffit de pénétrer dans le monde fascinant de la neuroscience.

Selon un travail mené par l’Université de Darmouth (New Hampshire, États-Unis), la zone de notre cerveau liée à l’amour propre et à l’auto-estime est la zone fronto-striatale.

Plus l’activation de cette région est forte, plus notre auto-estime l’est également.

Il existe une fausse idée reçue à propos de cela : les personnes qui auraient un amour propre élevé et une forte auto-estime seraient presque toujours les plus intelligentes et pleines de succès.

Ce n’est pas vrai, ou du moins, ce sont deux choses qui n’ont aucun lien entre elles.

En réalité, les chercheurs sont clairs. L’activité de la zone fronto-striatale est le reflet de notre santé émotionnelle : plus le niveau d’activité est faible, plus les personnes ont un risque de souffrir de peurs, d’insécurités et à long terme, de dépression.

Femme-dans-une-riviere-avec-des-nenuphars

D’un point de vue émotionnel, les personnes qui ne s’écoutent pas et qui ne se valorisent pas comme elles le devraient cherchent que les autres le fassent, afin de combler ces carences en « affirmation de soi ».

Elles ont besoin de reconnaissance et d’affection très intenses.

Loin de se « ravitailler » elles-mêmes avec une bonne dose d’amour propre, elles restent prisonnières des volontés des autres, et cela marque le début d’une lente auto-destruction.

Le lien subtile entre l’auto-estime et l’amour propre

Parfois, nous tombons sous le charme de l’idée qui affirme qu’il est préférable d’écouter les besoins d’autrui plutôt que les siens.

Cela est dû aux modèles éducatifs et aux divers environnements ou personnes, capables de mettre en péril notre auto-estime.

Si vous n’arrivez pas à voir ce que vous valez, il est probable que vous vous rapprochiez de personnes qui ne peuvent pas le voir non plus.
Partager

Le pire de tout, c’est que ce conditionnement extérieur fait que nous en arrivons à avoir besoin de la reconnaissance des autres pour récupérer notre stabilité émotionnelle.

Tout cela fera que nous avancerons si brisés et fragmentés que nous aurons besoin de nous « habiller » encore plus des valeurs des autres, des règles et des convictions de ceux qui nous entourent jusqu’à ce que nous soyons complètement effilochés… Vides.

Nous allons vous expliquer comment éviter cela.

Coeur-amour-propre

Comment « allumer » notre amour propre ?

Face à une auto-estimé blessée, rien de mieux que de prendre conscience de cette blessure, de cette fracture qui nous a déconnectée, par-dessus tout, de nous-même.

  • Pratiquez la compensation émotionnelle : les consolations de toutes vos peurs, les questions à vos vides et le soulagement pour vos tristesses ne sont pas toujours à l’extérieur de vous ni chez les personnes qui vous entourent.
    Vous devez trouver votre propre compensation émotionnelle. L’amour qui peut vous aider dans ces cas-là est sans aucun doute l’amour propre. 
  • Pour allumer l’interrupteur de notre auto-estime, nous devons penser à quelque chose : faire plaisir jusqu’à l’épuisement, et le faire chaque jour peut finir par nous détruire.
    Ce n’est pas réel, ni sain. Personne n’est égoïste ou cynique car il dit ce qu’il pense, car il pratique la sincérité qui naît du respect et qui donne les limites pour se protéger.
  • Pour élever l’auto-estime et disposer d’un bon amour propre, nous devons nous considérer comme des personnes courageuses.
    Quelques résultats ne déterminent pas qui vous êtes, ce qui vous détermine c’est la manière dont vous êtes capable de vous relever après les échecs.

Oeufs-dans-la-main-oiseaux-volant

Alors, au lieu de vous comparer aux autres et laisser leurs critiques méchantes vous affecter, ne cessez pas d’alimenter ce lien d’amour avec vous-même.

Car comme l’a dit Jiddu Krishnamurti, la religion de toutes les personnes devrait tout simplement être l’acte de savoir s’aimer soi-même.

A découvrir aussi