Cessez d’imaginer et expérimentez le réel : les bases de la thérapies Gestalt

26 août 2017 dans Psychologie 216 Partagés

L’imagination nous ouvre les portes de la fantaisie mais nous éloigne aussi de la réalité et nous absout du moment présent. Le créateur de la thérapie Gestalt, Fritz Perls, explique comment cette thérapie nous invite à vivre dans le présent en utilisant l’espace et laissant de côté les suppositions sur le futur. Il n’y a qu’avec les pieds ancrés dans le sol que nous allons pouvoir nous connecter à ce moment. Le reste, aussi important qu’en soient les conséquences, ne se déroule pas en ce moment.

La thérapie Gestalt se situe dans la psychologie humaniste, qui conçoit l’être humain comme un être global, avec un esprit, des émotions et un corps qui forment un tout. Ce type de thérapie aide les personnes à accepter la responsabilité de ce qui leur arrive et à investir dans leur propre réalisation et leur développement personnel. Il s’agit d’une psychothérapie qui va au-delà de ses applications cliniques et qui peut être prise comme un style de vie.

« La Gestalt-thérapie se distingue par ce qu’elle évite de faire plutôt que par ce qu’elle fait. Elle soutient qu’il suffit d’être conscient, que pour qu’il y ait un changement, il ne faut rien de plus que la présence, la conscience et la responsabilité. »

-Claudio Naranjo-

Les influences de la Gestalt-thérapie

Ce courant de la psychothérapie a été créé tout au long des années 1950 par Fritz Perls, psychiatre et médecin et son épouse, Laura Perls, psychologue de formation. Ils ont synthétisé leurs apprentissages dans une thérapie unique. Elle inclut les principes de la psychologie de la gestalt, avec des concepts tels que la figure-fond, et réutilisés pour créer une thérapie spécifique.

La thérapie met énormément l’accent sur la conception de l’individu, compris comme un tout (gestalt). Selon Perls, l’humain a naturellement tendance à compléter son existence, alors que la gestalt peut rester incomplète, répéter des sujets non résolus, du passé au présent, sans permettre à de nouvelles figures (sujets) d’émerger dans le présent.

Certaines influences qui ont donné lieu à la thérapie gestalt sont : la psychanalyse, avec les mécanismes de défenses, les religions orientales, le bouddhisme, la philosophie orientale, la phénoménologie, le théâtre et le psychodrame, entre autres. Des auteurs tels que Paul Goodman et Isadore From ont contribué au développement de cette approche, au-delà de la thérapie, en s’étendant à différentes domaines sociaux et personnels.

Qu’est-ce que la thérapie Gestalt ?

La thérapie Gestalt est une approche qui se concentre sur les potentiels de la personne, changeant la vision de pathologie en une vision de l’individu avec des ressources propres et avec une capacité d’auto-régulation. C’est une approche thérapeutique qui se concentre plus sur le processus que sur le contenu. Le/La thérapeute ne va pas tant demander « pourquoi ? » mais plutôt « comment ? » de manière à ce qu’iel puisse comprendre le processus et non pas les raisons du comportement.

La gestalt met l’accent sur les sensations physiques subjectives et sur les émotions, afin d’essayer d’aider à débloquer les sujets non résolus que la personne doit aborder dans un processus de thérapie. Cette approche a des aspects communs avec la Mindfulness, car elle se dédie à aider les personnes à accepter ce qui se passe, au lieu de leur proposer de nager à contre-courant.

« Sois comme tu es, de manière à pouvoir voir qui tu es et comment tu es. Laisse quelques instants de côté ce que tu dois faire et découvre ce que tu fais réellement. »

-Fritz Perls-

De plus, l’un de ses concepts fondamentaux est de se rendre compte ou « awareness », c’est-à-dire, la prise de conscience du moment présent. De même, on accorde la priorité à la partie spontanée plutôt qu’au contrôle, le « pouvoir vivre » ce que l’on traverse et ressent, au lieu de l’éviter et d’y résister. Par exemple si vous sentez une émotion, la thérapie gestalt va vous aider à l’exprimer spontanément au lieu de l’inhiber ou de l’emprisonner.

Les concepts basiques de la thérapie gestalt

La thérapie gestalt a pour objectif principal de former et d’augmenter le soutien que nous nous apportons à nous-même (ou que nous sommes disposé-e-s à nous apporter) pour que la personne prenne conscience de la responsabilité qu’elle a sur son propre bien-être psychologique. Il y a des concepts importants que l’on utilise pendant la thérapie pour atteindre cet objectif. Voyons lesquels sont-ils :

Le fait de se rendre compte

La prise de conscience est une étape fondamentale pour que la personne puisse se rendre compte de la manière dont elle pense, ressent et agit face à des circonstances en particulier. Quand ces trois axes ne sont pas alignés, un mal-être important a lieu. Il n’y a qu’à partir de cette prise de conscience que l’on peut changer les circonstances du moment présent. 

Le « ici et maintenant »

Dans la thérapie Gestalt, on comprend le présent comme l’unique décor possible, car il se vit comme un tout. Ainsi, si on travaille le passé, on le travaille comme s’il était en train de se passer dans le moment présent. Par exemple, si la personne a souffert de harcèlement dans le passé, le thérapeute va lui demander d’expliquer son expérience comme si elle était en train de la vivre dans le moment présent. De cette manière, le thérapie permet au /à la patient-e de « sauvegarder » ses émotions passées, de pouvoir travailler avec elles et les gérer dans le moment présent.

La responsabilité

On invite la personne à être responsable de ses actions, de ses pensées et de ses émotions, même si elles sont négatives. La responsabilité de soi génère une plus grande sensation de liberté et d’autonomie chez les gens. De cette manière, ils acquièrent une plus grande capacité à accepter leurs erreurs et à apprendre d’elles. Un exemple que l’on utilise beaucoup est d’aider la personne à parler à la première personne et à s’approprier ses mots.

Quel est le rôle du thérapeute Gestalt ?

Le/la psychothérapeute gestalt accompagne la personne ou le/la client-e (on ne l’appelle pas « patient-e » car c’est un sujet actif dans la thérapie) pour lui faciliter le processus de maturation vers le passage à l’âge adulte. Dans cette approche, la relation thérapeutique est horizontale, ce qui signifie que le/la thérapeute n’en sait pas plus que le/la client-e.

Le/la psychothérapeute ne fait que faciliter les choses. Iel ne donne pas de conseils mais aide la personne à retrouver les compétences nécessaires pour s’auto-réguler et se renforcer. Ainsi, c’est la personne qui est « l’experte » de sa vie, et il est impossible de lui dire « ce qu’elle doit faire ». De cette manière, on lui redonne sa responsabilité et on favorise son autonomie personnelle.

En définitive, l’objectif de la thérapie gestalt est de faciliter un processus émotionnel où le/la client-e puisse se responsabiliser de ses émotions, et assumer le prix de la cohérence et de l’honnêteté vis à vis d’elles. L’honnêteté, la franchise et la présence au présent sont des valeurs fondamentales pour comprendre cette thérapie.

Lisez aussi : La thérapie de solution de problèmes : la méthode scientifique pour prendre des décisions

A découvrir aussi