Celleux qui vont de feu en feu meurent de froid

· 3 février 2017

Que les choses soient claires ; oui, c’est à toi que je parle, toi qui parfois émerges en moi avec l’envie de me dérouter. Il n’est pas vrai de dire que chercher la chaleur de tous les côtés va nous aider à la trouver, comme il n’est pas vrai non plus de dire que nous trouvons de la tendresse dans toutes ces étreintes superficielles. Si nous continuons ainsi, comme le dit Antonio Porchia, nous mourrons de froid.


« C’est un grand feu enveloppé d’un peu de glace, un beau jeu rempli de supercheries, c’est un dépit, une guerre, une trêve, une grande pensée, un mot bref. »

-Pierre de Ronsard-


Ce qui est certain, c’est que nous sommes pris-es dans un jeu de mensonges : nous nous entêtons à poursuivre des corps qui ne nous donneront jamais ce dont nous avons besoin. Je crois qu’il est temps de s’arrêter. Dans cet article, nous voulons essayer de vous montrer qu’il n’y a rien de mal à reconnaître qu’à un moment donné, on a besoin d’amour.

Le comportement du colibri

Tout d’abord, parlons de notre comportement ; savez-vous quelles sont les caractéristiques qui différencient un colibri des autres oiseaux ? Ils sont experts en vol, ils battent des ailes plus de 70 fois par seconde et ont une précision étonnante. C’est justement celle-ci qui leur permet de rester à un point fixe pour atteindre le nectar d’une fleur sans la toucher ou sans s’appuyer sur elle. De là vient leur nom « pique-fleur ».

d8c3fb6ca225833a201fb302a4924b2c

Et savez-vous ce qu’il se passe ? La quantité d’énergie qu’ils dépensent pour réussir à voler si rapidement est tellement haute que s’ils s’alimentent trop pauvrement, ils meurent. Cependant, la différence entre le comportement d’un colibri et le nôtre est que ces oiseaux ne peuvent pas agir d’une autre façon, mais vous et moi le pouvons.

Est-ce que cette manière de voler en vaut la peine ? Nous volons, nous prenons le nectar dont nous pensons avoir besoin d’une autre personne, sans nous appuyer beaucoup sur elle, et nous fuyons. Nous voulons un peu de chaleur, mais nous rejetons l’affection qui surgit derrière la peau. Ainsi, nous ne réussissons à acquérir qu’une satisfaction éphémère et ensuite du froid, beaucoup de froid.

Froid à l’extérieur, vide à l’intérieur

Froid à l’extérieur et vide à l’intérieur, voilà ce que nous ressentons. La frustration de celui/celle qui se sent complètement perdu-e et désorienté-e, de celui/celle qui ne se reconnaît plus l’espace d’un moment. Au-delà de la sensation d’accueil et de bien-être qui paraît surgir lorsqu’on s’entoure d’autant de feux, nous nous sommes empli-e-s de désolation émotionnelle.


« Dommage qu’à cette époque, on n’ait pas découvert les trous noirs dans l’espace,

parce qu’il lui aurait été facile de comprendre qu’il sentait un trou noir au milieu de la poitrine,

là où s’infiltrait un froid infini. »

Laura Esquivel, Chocolat amer


Il est vrai qu’on nous dit que nous devons apprendre à vivre seul-e-s, mais nous sommes clairement né-e-s pour partager la vie. Nous aimons avoir quelqu’un à nos côtés qui fasse partie de nos réussites et de nos tristesses ou qui nous écoute en rentrant à la maison. Quelqu’un que l’on peut appeler, toujours en suivant une impulsion, quand nous voulons parler de quelque chose.

Connaissez vos besoin actuels

Vous devez penser qu’il y avait un temps où aller de feu en feu nous convenait : nous nous amusions, nous vivions de nouvelles expériences et nous réalisions nos désirs les plus intimes. A ce moment-là, tout allait bien, car les besoins que nous avions étaient différents.

fd87c6898923dc87ecc565f3b9673cf8

Cependant, les besoins actuels ne sont pas les mêmes ; aujourd’hui, nous voulons un vrai feu qui nous éloigne du vide et de la solitude qui existe lorsqu’on se réveille chaque jour à des endroits différents. Nous ne sommes plus fait-e-s pour cela et vous devez vous en rendre compte. Désormais, nous voulons qu’on nous mette le feu, que notre cœur brûle et qu’on nous aime.


« Avez-vous confondu le besoin avec l’amour ? »

-Robert Fisher, Le chevalier à l’armure rouillée-


Il est bon d’avoir les idées claires pour pouvoir essuyer les conséquences de nos actes. C’est-à-dire que si nous voulons trouver de la chaleur dans une autre personne, nous devons commencer à mener notre vie d’une autre façon : nous allons nous autoriser à être heureux-se, nous allons nous autoriser un peu d’amour.