Brenda Milner : une vie consacrée à la neuropsychologie

· 22 mai 2018

Brenda Milner est considérée comme la fondatrice de la neuropsychologie. Il s’agit de l’une des chercheuses qui nous a le plus aidés à comprendre le fonctionnement de notre mémoire. Nous parlons donc de l’une des figures les plus remarquables de la neuroscience cognitive.

Brenda Milner est née le 15 juillet 1918 au Royaume-Uni. Elle aura donc 100 ans dans quelques mois. Ses parents étaient des musiciens de grand talent. Brenda Milner avait néanmoins depuis le début un intérêt très différent. Elle commença à travailler dans le domaine de la psychologie expérimentale. Puis elle se spécialisa dans les troubles de la mémoire liés aux blessures dans les hémisphères cérébraux et le syndrome amnésique en résultant.

Elle est toujours professeur à l’université. Brenda Milner est considérée comme une éminence dans le domaine des neurosciences.

Le cas H.M. : origine de la neuropsychologie

H. Molaison fut renversé par un cycliste lorsqu’il avait 9 ans. Il se cogna la tête en tombant et se fractura du crâne. Nous étions alors en 1935. H.M. consulta son médecin car il commença à souffrir de convulsion continues qui le conduisirent même à la perte de la conscience transitoire.

Il vécut ainsi pendant deux décennies, jusqu’à ce que les convulsions soient si graves qu’elles l’empêchèrent de mener une vie normale. Il perdait de connaissance de plus en plus souvent. De sorte qu’il fut démis de ses fonctions de mécanicien. Il se retrouva donc désespéré, sans travail, sans santé et sans famille. Les médecins lui parlèrent d’un neurochirurgien pouvant l’aider. Ce médecin expérimentait de nouvelles méthodes chez les patients souffrant de lésions cérébrales.

Brenda Milner

Le Dr Scoville essaya tous les traitements non invasifs connus jusqu’à présent par la science médicale. Il ne parvint toutefois pas à changer dans la vie de H.M.  Scoville décida alors de lui retirer partiellement le lobe temporalLes convulsions diminuèrent significativement avec cette intervention. Les conséquences furent néanmoins dramatiques. Le patient commença en effet à ne plus se souvenir de ce qui lui arrivait.

Effrayé par le résultat obtenu, il consulta le Dr Brenda Milner. Elle se spécialisait à l’époque dans les troubles de la mémoire et travaillait comme professeur de neurosciences cognitives.

Brenda Milner effectua une multitude de tests sur le patient. Elle aperçut qu’il ne la reconnaissait pas lorsqu’elle lui rendait visite. Tout était nouveau pour H.M. Il ne se souvenait pas d’avoir déjà fait les choses auparavant. Il présentait une amnésie antérograde. Autrement dit, une perte de capacité à créer de nouveaux souvenirs.

Les conclusions du travail obtenu par Brenda Milner avec ce patient furent déterminantes dans le domaine de la neuropsychologie. Elles permirent de différencier deux types de mémoire : la mémoire explicite et la mémoire procédurale.

La mémoire explicite est un type de mémoire à long terme (MLT). Elle fait donc référence aux souvenirs qui peuvent être évoqués de manière consciente. Il peut s’agir, entres autres, des souvenirs de l’enfance, des expériences avec certaines personnes de l’enfance ou de l’adolescence et même des premières images de notre petite enfance dont nous nous souvenons sous forme d’éclats.

La mémoire procédurale fait référence aux souvenirs inconscients. Autrement dit, aux compétences acquises dans le passé, comme conduire ou faire du vélo. Dans le cas de H.M., Milner nota que la mémoire explicite du patient avait cessé de fonctionner après la suppression partielle du lobe temporal. En revanche, les tâches de répétition associées à la performance de la mémoire procédurale s’amélioraient lors des tests. Autrement dit, la performance sur une tâche impliquant l’apprentissage par la répétition s’améliorait.

Le stoïque H.M. mourut en 2008, dans une maison de retraite, à l’âge de 82 ans. Il fut peut-être le patient le plus célèbre de l’histoire des neurosciences. Son cerveau fut conservé dans le formol. Les zones endommagées et liées à ses troubles de la mémoire furent analysées de manière exhaustive.

Brenda Milner

La reconnaissance internationale de Brenda Milner

Brenda Milner est considérée comme une pionnière dans le domaine de la neuropsychologie. Son travail avec le patient H.M. fut déterminant dans l’étude de la mémoire et d’autres fonctions cognitives.

Elle a contribué à décrire la latéralisation du cerveau humain et à déterminer comment la représentation du langage dans les hémisphères cérébraux peut varier chez les individus gauchers ou droitiers. Son CV compte plus de vingt reconnaissances « honoris causa ». Sur le point de fêter ses 100 ans, elle travaille et s’implique comme à ses débuts. Elle conserve son poste de professeur dans le département de neurologie à l’Institut neurologique de Montréal.