Apprentissage autorégulé : définition et importance

· 21 janvier 2019
Qu'est-ce donc que l'apprentissage autorégulé ?

L’apprentissage autorégulé est extrêmement lié à la façon dont les personnes régulent leurs émotions, leurs cognitions, leurs comportements et les aspects du contexte pendant une expérience d’apprentissage. Par ailleurs, et surtout sur le plan scolaire, nous savons que plus les habilités pour le contrôle des processus d’apprentissage se développent de façon précoce, plus l’expérience éducative sera gratifiante et aboutie.

Les facultés d’autorégulation incluent ainsi une bonne gestion du temps, la capacité de sélectionner rapidement les stratégies de résolutions de problèmes les plus efficaces et la capacité à contrôler activement les états émotionnels comme la frustration.

« Apprendre à s’autoréguler consiste à savoir penser au début de l’activité, à savoir penser et savoir faire au cours de l’activité et à savoir penser à la fin de l’activité. »

-Torrano Montalvo et González Torres (2017)-

Définition de l’apprentissage autorégulé

Barry Zimmerman, l’un des chercheurs les plus éminents dans le domaine de l’apprentissage autorégulé, dit que l’autorégulation n’est ni une habilité mentale, ni une habilité de rendement académique. Il s’agit plutôt d’un processus d’auto-direction à travers lequel les élèves transforment leurs habilités mentales en habilités académiques.

Selon Zimmerman, l’autorégulation de l’apprentissage implique une connaissance détaillée d’une habilité, mais pas que. L‘auto-conscience, l’auto-motivation et l’habilité du comportement sont donc essentielles pour assimiler cette connaissance de façon appropriée.

apprentissage autorégulé

Tandis que les « étudiants néophytes » se basent sur le feedback des autres et comparent leurs actes à ceux des autres en attribuant souvent leurs échecs à des déficiences qu’ils ne peuvent combler, les étudiants les plus expérimentés qui savent gérer leur apprentissage reconnaissent quand ils ont échoué et se concentrent ensuite sur la façon dont ils peuvent régler les choses.

Par ailleurs, l’autorégulation n’est pas un trait que seuls certains étudiants posséderaient. Selon Zimmerman, elle implique plutôt l’utilisation sélective de processus spécifiques qui doivent s’adapter personnellement à chaque tâche d’apprentissage. Ainsi, il vaut mieux parler d’autorégulation face à un apprentissage ou à un type déterminé d’apprentissage.

L’apprentissage autorégulé consiste à établir des buts et à sélectionner des stratégies pour les atteindre. Il s’agit de surveiller les progrès et de restructurer les choses si les objectifs ne sont pas atteints. Par ailleurs, on doit tirer le meilleur parti du temps, en évaluant les méthodes sélectionnées. Les futures méthodes doivent s’adapter en fonction de ce que l’on a appris.

L’importance de l’apprentissage autorégulé

Bien que les habilités d’apprentissage autorégulé soient des outils essentiels pour l’apprentissage tout au long de la vie, on ne les enseigne pas souvent de façon explicite. Ainsi, beaucoup d’étudiants manquent d’indépendance, de motivation, de persistance et de sens positif de bien-être. Pour que les éducateurs transmettent efficacement ces habilités à leurs étudiants, il est donc nécessaire qu’ils connaissent en profondeur les mécanismes les plus importants de cette autorégulation.

Les étudiants passent par trois phases principales lorsqu’ils régulent leur propre apprentissage : la planification, l’exécution et la réflexion. Cependant, ces phases ne sont pas nécessairement successives et dans cet ordre. Les étudiants peuvent en effet traverser de nombreux cycles lors d’une tâche d’apprentissage.

  • Au cours de la planification, les étudiants établissent leurs buts et leurs standards. Ceux-ci doivent être atteints lors d’une tâche, d’une session ou d’un cours spécifique. Cette phase implique la perception des étudiants à propos de l’environnement d’apprentissage.
  • Lors de l’exécution, les étudiants montrent leur engagement vis-à-vis de leur expérience d’apprentissage. Au cours de cette phase, les étudiants surveillent leur apprentissage. Ils comparent généralement leurs progrès avec les standards établis au moment de la planification.
  • Au moment de la phase de réflexion, les étudiants pensent et évaluent leur expérience d’apprentissage. Cela inclut une réflexion sur le feedback. Un stockage mental des idées et concepts doit être fait afin de les utiliser dans un apprentissage futur.
homme étudiant : apprentissage autorégulé

L’importance d’un enseignement

Etant donné l’importance de l’apprentissage autorégulé, il est vital que les professeurs enseignent explicitement ces habilités. Il est essentiel qu’ils apportent des stratégies pour que les étudiants les appliquent au moment de leur apprentissage. Une partie de ce processus d’enseignement doit inclure :

  • Expliquer l’utilité et l’importance des habilités de l’apprentissage autorégulé pour les étudiants.
  • Enseigner explicitement aux élèves des stratégies d’apprentissage autorégulé.
  • Aider les étudiants à identifier à quel moment et où ils peuvent se servir des habilités d’apprentissage autorégulé.

Les recherches (Dignath-van Ewijk, C., et Van der Werf, G. (2012)) basées sur les croyances et comportements des professeurs liés à l’apprentissage autorégulé ont donc démontré que ceux-ci croient en la valeur de l’enseignement de l’apprentissage autorégulé à leurs élèves. Ainsi, les résultats soulignent que la formation de professeurs les doterait d’outils et de connaissances pour promouvoir l’apprentissage autorégulé de façon efficace.

Nous avons besoin de voir se développer des stratégies pour les professeurs afin qu’ils sachent comment enseigner des habilités d’apprentissage autorégulé. Ils doivent pouvoir bénéficier d’outils, de ressources et de stratégies dans leur salle de cours.

 

Zimmerman, B. J. (2002). Becoming a Self-Regulated Learner: An Overview. Theory Into Practice. https://doi.org/10.1207/s15430421tip4102_2

Zimmerman, B. J. (1990). Self-Regulated Learning and Academic Achievement: An Overview. Educational Psychologist. https://doi.org/10.1207/s15326985ep2501_2

Puustinen, M., & Pulkkinen, L. (2001). Models of Self-regulated Learning: A review. Scandinavian Journal of Educational Research. https://doi.org/10.1080/00313830120074206

Zimmerman, B. J. (1989). A Social Cognitive View of Self-Regulated Academic Learning. Journal of Educational Psychology. https://doi.org/10.1037/0022-0663.81.3.329

Dignath-van Ewijk, C., & van der Werf, G. (2012). What Teachers Think about Self-Regulated Learning: Investigating Teacher Beliefs and Teacher Behavior of Enhancing Students’ Self-Regulation. Education Research International. https://doi.org/10.1155/2012/741713