Apprenez à vous excuser d’une manière efficace

15 juin 2017 dans Psychologie 81 Partagés

Tous les jours, à chaque endroit et en toutes circonstances, nous sommes exposé-e-s à des conflits. Pour trouver une solution à ces derniers, il est nécessaire de réfléchir à ce qu’il s’est passé. De comprendre que chacun-e de nous représente un univers particulier. Que nous nous trompons toujours, même si ce n’est pas dans notre intention. D’apprendre à nous excuser de manière efficace.

Certaines personnes croient que s’excuser est synonyme de faiblesse. Dans ce cas, la fierté devient un obstacle au pardon. Même si l’on sait qu’on a commis une erreur, il n’y a aucune véritable intention de la réparer : on préfère la cacher. Et même si l’on est un tant soit peu conscient-e de s’être trompé-e, il devient plus important de ne jamais se montrer vulnérable, quelles que soient les circonstances.


S’excuser correctement s’effectue en trois phases : “je suis désolé”, “c’est de ma faute” et “est-ce que je peux faire quelque chose pour me rattraper ?”

-Randy Paush-


Un autre obstacle qui freine les excuses est la peur de la réaction de l’autre. On ne peut jamais être sûr-e de la manière dont répondra l’autre personne et cela provoque de la peur. Dans ce même ordre d’idées, l’insécurité est ce qui paralyse et empêche d’assumer la responsabilité des actes. L’erreur entraîne de la honte et celle-ci débouche sur de l’inaction.

Pour que des excuses soient efficaces, il faut les offrir directement devant l’autre

Reconnaître que l’on commet des erreurs qui affectent d’autres personnes n’est pas une chose simple, surtout si l’on considère qu’une erreur est synonyme d’échec. En revanche, si l’on admet que l’erreur constitue une opportunité de s’améliorer, l’histoire est différente.

Dans tous les cas, pour offrir des excuses efficaces, la meilleure chose à faire est de parler directement à la personne affectée. Si vous tenez à le faire, vous pouvez auparavant lui écrire pour lui dire que vous reconnaissez votre erreur. Une première approche sera ainsi effectuée, sans pour autant remplacer une véritable conversation avec l’autre. La proximité est fondamentale et montre que vos remords sont sincères.

Avant de vous excuser, il est bon de réaliser un processus de réflexion sur ce qu’il s’est produit. Il n’est pas toujours facile de détecter la source de l’erreur. Est-ce quelque chose que vous avez fait ? Que vous avez dit ? Etait-ce dans la forme ou dans le fond ? Quel tort avez-vous causé ? Répondre à ces questions donnera davantage de valeur à vos excuses.

Il est important que vous consacriez du temps à la personne à laquelle vous allez présenter vos excuses. Vos mots n’auront que peu de poids si vous faites preuve d’impatience et cela pourra même donner l’impression que cette volonté de vous excuser ne vient pas de vous mais vous a été imposée par quelqu’un.

N’oubliez pas de faire preuve d’humilité au moment de vous excuser

Faire preuve d’humilité, dans ce cas, signifie que vous avez compris et accepté cette erreur. Cela implique également de montrer que nous sommes disposé-e-s à faire des efforts pour réparer les dommages causés. L’excuse en elle-même remplit la fonction d’une réparation symbolique mais, dans certains cas, il faut aller plus loin et dédommager l’autre d’une manière plus concrète.

Par ailleurs, n’oubliez pas que votre posture ou vos gestes sont des éléments de communication : ce qu’ils expriment est pris pour un message plus sincère que celui que vous construisez par des mots. La meilleure chose est que votre langage corporel soit en accord avec le message que vous voulez transmettre. Pour vous excuser efficacement, regardez l’autre personne dans les yeux. Essayez de ne pas croiser les bras. De cette façon, vous créerez une communication plus fluide et vous ne briserez pas l’empathie en adoptant une position défensive.

Essayez de créer une atmosphère chaleureuse, de confiance. Vous pouvez y parvenir à travers une proximité des corps. Serrez la main de l’autre fermement, tout en étant amical. Tapotez l’épaule ou le bras de votre interlocuteur-trice. Vous pouvez même l’étreindre fraternellement. Ce sont quelques alternatives. Tout dépend de la façon d’être de celui/celle qui vous écoute et du type de lien qu’il existe entre vous.

Une fois atteinte cette atmosphère de proximité, vous aurez l’opportunité de vous expliquer. Il est important que vous expliquiez en quoi vous pensez vous être trompé-e et de vérifier que l’autre personne voit les choses de la même manière. Ecoutez ce que l’autre a à dire, sans l’interrompre. Dites-lui comment vous pensez réparer votre erreur. Votre générosité et votre courage face à cette situation vont constituer une excellente garantie.

Images de Brandon Kidwell

A découvrir aussi