Anxiété subconsciente : peut-on avoir de l'anxiété sans le savoir ?

Avez-vous du mal à vous détendre ? Faites-vous partie de ces personnes qui ruminent beaucoup ? Souffrez-vous souvent de tensions musculaires ? L'anxiété peut également survenir de façon subconsciente, étant encore plus dangereuse lorsqu'elle agit par des canaux qui la rendent difficile à identifier.
Anxiété subconsciente : peut-on avoir de l'anxiété sans le savoir ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 01 novembre, 2022

Est-il possible qu’une personne souffre d’anxiété sans en être consciente ? Une chose qui arrive avec plus d’un problème psychologique est que, parfois, nous les confondons avec des traits de personnalité. Cela survient, par exemple, avec une dysthymie ou un trouble dépressif persistant. Il y a ceux qui supposent que leur façon d’être est comme ça : quelqu’un qui traverse des périodes cycliques de lassitude, d’apathie et de désenchantement vital.

Chroniciser voire normaliser le mal-être a un coût : atteindre des situations extrêmes. Une apathie persistante ainsi qu’un stress qui n’est pas traité peuvent conduire, par exemple, à une dépression majeure. De cette façon, il peut également arriver que quelqu’un souffre de ce que nous appelons l’anxiété subconsciente. C’est un état dans lequel l’agitation et la nervosité sont ressenties comme un bruit de fond.

C’est une expérience psychophysique qui peut nous accompagner pendant de longues périodes. Il n’y a pas de déclencheur spécifique qui explique cet état : c’est plutôt un sentiment continu « d’être à la limite », mentalement et émotionnellement. Cela se traduit par un large éventail de symptômes, tels qu’une pression dans la poitrine ou une incapacité évidente à se détendre.

Il est possible qu’une telle chose nous surprenne… Comment est-il possible de souffrir d’anxiété sans le savoir ? La vérité est que, comme nous l’avons déjà souligné, l’être humain a tendance à normaliser des faits, des sensations et des approches mentales qui, loin d’être normales, sont très nocives.

Notre façon de réagir à l’environnement et aux stimuli stressants peut façonner un schéma dans lequel l’anxiété s’installe dans notre registre mental.

femme souffrant d'anxiété subconsciente :
Il y a beaucoup de gens pour qui l’anxiété n’est pas claire et ils ne l’identifient pas

Je suis là mais tu ne le sais pas : l’anxiété subconsciente

Nous serions surpris de connaître le nombre de personnes qui présentent un trouble anxieux généralisé (TAG) et qui ne le savent pas. En général, cette condition psychologique apparaît déjà à l’adolescence, se transformant progressivement en cette approche qui filtre et traite presque toutes les circonstances. Le problème originel réside dans le fait que nous ne comprenons pas toujours comment fonctionne l’anxiété.

Les personnes qui font inconsciemment face à cet état vont généralement chez le médecin pour de nombreux malaises physiques. L’insomnie et l’épuisement sont généralement les plus courants. Ainsi, lorsque ces symptômes physiques persistent et qu’on les oriente vers une prise en charge psychologique, ils n’en comprennent pas toujours la raison. Pourquoi aller chez le psychologue si rien de mal ne m’est arrivé ?

On croit souvent que pour que l’anxiété apparaisse, il doit y avoir une source claire qui la déclenche. Or, la plupart du temps, il s’agit d’un schéma de pensée habitué à une inquiétude excessive et à l’anticipation de menaces qui n’existent pas. Et, en effet, on n’est pas toujours conscient que le problème ne se situe pas à l’extérieur mais dans l’esprit lui-même, dans la façon dont on traite la réalité.

Lorsque l’anxiété persiste dans le temps et que nous n’en sommes pas conscients, nos circuits neuronaux peuvent devenir sensibles au point de traiter presque tout comme une menace.

Comment se manifeste-t-elle ?

Nous comprenons l’anxiété subconsciente comme cet état d’agitation et de nervosité constante qui, bien que limitant la vie de ceux qui en souffrent, n’agit pas sur ce mal-être et le normalise. De plus, en moyenne, la personne ne sait même pas que ce cadre symptomatique définit un trouble psychologique et non une « façon d’être et de répondre ». Voici les façons dont elle a tendance à se manifester.

  • Toute difficulté et problème, aussi petit soit-il, est poussé à la limite : on en fait toute une montagne.
  • Le sentiment d’être toujours à la limite de ses forces mentales et physiques.
  • Une inquiétude constante.
  • Toujours avoir le sentiment que « quelque chose va arriver ». Cette expérience, celle d’être toujours en alerte malgré l’absence de danger réel, est une caractéristique commune de l’anxiété subconsciente.
  • Avoir du mal à se détendre ou à se déconnecter le week-end ou les vacances.
  • L’esprit ne cesse de ruminer, d’anticiper l’avenir, de repasser en boucle ce qui a déjà été fait, ce qui n’a pas encore été fait, etc.
  • Pression thoracique, tachycardie, sensation qu’on n’arrive parfois plus à respirer.
  • Altérations du sommeil.
  • Changements dans l’alimentation.
  • Problèmes digestifs occasionnels.

Pourquoi ne réalisons-nous pas que nous souffrons d’anxiété ?

L’anxiété court et opère parfois sous le substrat de la conscience. Nous ne réalisons pas qu’elle est là, modifiant tout. Elle le fait silencieusement, tirant les ficelles de l’esprit, modifiant sa concentration, déclenchant l’alarme de l’inquiétude et hyperactivant le système nerveux sympathique (responsable de l’épinéphrine et de la noradrénaline).

Maintenant, si nous nous demandons pourquoi quelqu’un manifesterait une anxiété inconsciente sans le savoir, plusieurs raisons l’expliquent. L’un d’eux a à voir avec la génétique. Des études telles que celle menée à l’Université de Fribourg, en Allemagne, nous montrent que des conditions telles que l’anxiété généralisée ont une composante biologique. L’héritabilité est de 30 %.

Parfois, le cerveau montre une tendance à l’inquiétude excessive dès le plus jeune âge ainsi qu’une hyperactivité du système nerveux sympathique, comme mentionné ci-dessus. Cela signifie que nous avons des enfants et des adolescents qui sont toujours alertes et qui manifestent plus de peurs et de phobies que la plupart.

Si l’environnement normalise ce schéma de comportement, une personne peut atteindre l’âge adulte en supposant que c’est sa personnalité, sa façon d’être. Alors qu’en réalité, il s’agit d’une anxiété sous-jacente devenue chronique.

Le déclencheur de l’anxiété est toujours celui d’un être humain doté de la capacité d’imaginer un avenir terrifiant.

Homme en psychothérapie traitant l'anxiété subconsciente :
Il existe des traitements efficaces contre l’anxiété subconsciente. Le plus important est que la personne comprenne les mécanismes de cette condition psychologique

Comment traite-t-on cette situation ?

L’anxiété subconsciente est, comme nous le savons déjà, ce qu’une personne éprouve sans en être consciente. Comme nous pouvons bien le déduire, la première étape sera pour le patient de comprendre d’où vient l’impact qu’il subit dans sa vie et de connaître les mécanismes de cette condition qui l’emprisonne.

Il convient de souligner que lorsque quelqu’un vit avec cette réalité silencieuse une grande partie de sa vie, le travail thérapeutique est complexe. En effet, cet esprit porte en lui de féroces préjugés cognitifs, des croyances limitantes tenaces et des pensées profondément déformées qui se renforcent depuis des années. Cependant, il existe des traitements très efficaces pour reprendre le contrôle de sa propre vie :

  • Les approches pharmacologiques, telles que les benzodiazépines et les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline font souvent partie du traitement. Cependant, il sera toujours nécessaire d’évaluer chaque cas particulier.
  • La thérapie cognitivo-comportementale est l’approche psychothérapeutique la plus efficace pour les troubles anxieux.
  • De même, les techniques de relaxation et de respiration profonde sont des outils complémentaires qui peuvent nous aider.

L’objectif, dans tous les cas, sera d’éteindre ce bruit mental qui accompagne toujours l’anxiété subconsciente. Lorsqu’il disparaîtra, la plénitude et le bien-être apparaîtront.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’anxiété chronique, qu’est-ce que c’est ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’anxiété chronique, qu’est-ce que c’est ?

L'anxiété chronique définit des états d'inquiétude et de souffrance psychologique constante qui conduisent à des phobies, des crises, etc.



  • Garcia R. Neurobiology of fear and specific phobias. Learn Mem. 2017 Aug 16;24(9):462-471. doi: 10.1101/lm.044115.116. PMID: 28814472; PMCID: PMC5580526.
  • Martin EI, Ressler KJ, Binder E, Nemeroff CB. The neurobiology of anxiety disorders: brain imaging, genetics, and psychoneuroendocrinology. Psychiatr Clin North Am. 2009 Sep;32(3):549-75. doi: 10.1016/j.psc.2009.05.004. PMID: 19716990; PMCID: PMC3684250.
  • Morris-Rosendahl DJ. Are there anxious genes? Dialogues Clin Neurosci. 2002 Sep;4(3):251-60. doi: 10.31887/DCNS.2002.4.3/dmrosendahl. PMID: 22033820; PMCID: PMC3181683.