Anxiété : pourquoi est-il si difficile de la réduire ? 

· 28 juillet 2015

Les crises d’anxiété sont très fréquentes aujourd’hui et nous ne savons pas toujours comment les traiter ou les soulager. Elles surgissent, s’installent mais… comment les éliminer ?

Les crises d’anxiété ont été étudiées par les psychologues, qui en conclu qu’il n’existe pas d’âge minimum ou maximum pour en souffrir. Cela signifie que depuis la naissance jusqu’à la mort, nous pouvons être exposés à ces crises de nerfs.

Mais attention, certaines personnes sont plus vulnérables que d’autres lorsqu’elles souffrent de ce problème. Il y a aussi certaines étapes de la vie qui contribuent davantage à jeter de l’huile sur le feu.

Dans tous les cas, il s’agit d’une réaction du corps vers un stimulus, dans la plupart des cas, à cause d’un désir de changement ou d’amélioration, toujours tourné vers le futur. 

On pourrait dire que pour qu’une personne souffre d’une crise de nerfs, il faut qu’il y ait certains pré-requis, toujours en lien avec la vulnérabilité, tant physique que psychologique. Nul besoin de trop approfondir avec des termes très techniques.

Ce qui est bon à savoir, c’est que l’anxiété apparaît quand nous percevons une situation qui est menaçante ou qui nous sort de notre zone de confort.

La même chose arrive quand nous sommes dans l’attente du futur, que nous attendons anxieusement l’arrivée de quelqu’un, la fin d’un cursus, la naissance d’un enfant, le jour de notre mariage etc. 

“La peur d’avoir peur”

Selon les chercheurs, 23% des personnes ont souffert, souffrent ou vont être amenées à souffrir d’une crise d’anxiété.

Cela ne veut pas dire qu’il s’agit d’un trouble, du moment qu’il n’aboutit pas à une détérioration générale de l’individu ou que les symptômes ne persistent pas pendant trop longtemps.

L’anxiété est une « peur du cadre » , car le même processus de crainte peut se répéter plusieurs fois.

Si l’on revient aux exemples antérieurs, cela peut-être la peur de ne pas être admis aux examens, la crainte que la personne que nous attendons n’apparaisse pas, la peur de l’arrivée du bébé, la crainte qu’il pleuve le jour de son mariage etc.

anxiete2

 

Le sentiment d’anxiété est similaire à celui de se sentir enfermé dans une cage ou dans un labyrinthe sans sortie.

Nous savons qu’à un moment donné, nous trouverons la manière de nous échapper, mais nous ne sommes pas certains du moment, et cela provoque plus de peur et d’anxiété.

Alors, se crée une sorte de cercle vicieux duquel nous ne pouvons pas sortir.

L’étape suivante est celle de la somatisation : on somatise l’anxiété et la crainte.

On a mal au ventre, on ressent de l’acidité, on a des nausées, on a la peau plus grasse, on peut avoir des problèmes hépatiques, nos pupilles se dilatent, notre coeur bat plus vite, etc.

Tous ces symptômes sont partagés entre les moments durant lesquels nous sommes anxieux et ceux où nous avons peur. Une autre raison de comprendre pourquoi les deux sont liés.

“Je suis sur le point de devenir fou », « l’air me manque », « je ne peux pas penser avec clarté », ce ne sont pas seulement des phrases et des pensées des personnes qui traversent une crise de panique, mais celles d’un individu anxieux et craintif.

Une fois que vous avez déterminé les symptômes, il est difficile d’en sortir. Pourquoi est-il si difficile de s’apaiser et d’arrêter d’être anxieux ?

La peur est un animal féroce qui nous attend, tapi dans l’ombre, en attendant de nous attaquer, et quand il nous attrape, il ne nous laisse pas nous échapper.

Mais que faire ? Il existe diverses options, mais le plus important est d’apprendre à vivre le moment présent, et à ne pas penser autant au futur. De cette manière, vous éviterez de vous sentir si anxieux.

Une autre technique très efficace consiste à apprendre à dominer vos émotions et vos pensées. Au moment où l’anxiété et la peur commencent à apparaître, il faut y faire face.

Mettez votre armure, prenez votre bouclier et défendez-vous. Comment? Avec des idées positives, en faisant attention à ce que vous êtes en train de faire à ce moment, et en ne permettant pas à votre coeur de battre plus rapidement etc.

Il est possible de vaincre l’anxiété et avec elle la peur. Il n’est pas seulement question de comprendre pourquoi nous nous sentons de cette manière mais il faut également analyser de quelle manière nous pouvons « dominer le monstre » qui nous fait peur.