Aimer une personne avec des comportements autodestructeurs

Si vous aimez quelqu'un qui est autodestructeur, n'oubliez pas de protéger votre bien-être. Ce n'est que si vous allez bien que vous pouvez accompagner, servir de soutien sans jugement et guider cette personne vers des ressources et une aide professionnelle.
Aimer une personne avec des comportements autodestructeurs

Dernière mise à jour : 09 janvier, 2022

Aimer une personne aux comportements autodestructeurs, c’est vivre dans une spirale de souffrance. S’il y a quelque chose que l’on ressent, c’est le besoin persistant de sauver, réparer, aider et faciliter le changement de cet être cher. Cependant, peu de choses sont plus frustrantes que de voir comment ce comportement néfaste, loin de disparaître, persiste et même s’intensifie.

Il est crucial de comprendre que ce type de réalité est régi par des pulsions très difficiles à contrôler. Aussi en raison de schémas de pensée et de biais cognitifs qui constituent une approche qui ne regarde que le négatif et le catastrophique. L’estime de soi échoue et souvent, il peut aussi y avoir plus qu’un traumatisme psychologique derrière.

Addictions, automutilation, manque de confiance en soi, tendance à l’isolement, la jalousie, l’auto-indulgence et l’obsession persistante que tout se passe mal… L’autodestruction se manifeste de plusieurs manières et le résultat est toujours le même : malheur et souffrance de l’environnement.

Aimer quelqu’un qu’on n’aime pas est une forme d’étouffement lent dont on peut très mal vivre. Savoir comprendre et gérer ces situations est essentiel. Nous l’analysons.

Les personnes autodestructrices ont une chose en commun : elles se détestent. Et quand quelqu’un se méprise, il suppose qu’il ne mérite pas d’aide.

Une fille avec des comportements autodestructeurs.

Comment se manifeste l’autodestruction ?

Nous comprenons qu’une personne manifeste des comportements autodestructeurs lorsqu’elle montre des actions et des décisions qui vont à l’encontre de ses intérêts et de son bien-être physique et psychologique. Des travaux de recherche, tels que ceux menés à la Harvard Medical School, indiquent que plusieurs fois l’origine de ce comportement est dans d’éventuels traumatismes de l’enfance.

Des facteurs tels que la maltraitance, le détachement émotionnel ou la perte d’un parent seraient à l’origine de cette réalité. Bien que nous ne puissions pas non plus exclure les facteurs biologiques et contextuels. Or, ce que nous verrons toujours dans ces cas, c’est l’incapacité à maintenir une vie stable et à vivre des expériences agréables ou même à prendre conscience de l’amour qui les entoure.

Voici quelques exemples de comportements et de réactions que l’on peut observer chez ces personnes :

  • Faible confiance en soi.
  • Tendance à la négativité.
  • L’auto-indulgence (insister sur le fait que tout va mal pour eux, même profiter de leur inutilité ou de leur malchance).
  • Incapacité à faire face aux problèmes, aussi petits soient-ils.
  • Faible estime de soi.
  • Problèmes interpersonnels constants, tendance aux disputes, aucune capacité à s’engager dans quelque chose à court et à long terme.
  • Problèmes de comportement alimentaire à une tendance à l’automutilation.
  • Des idées suicidaires peuvent apparaître.
  • Elles ont tendance à s’isoler.
  • Elles refusent toutes sortes d’aides.
  • Elles ont tendance à recourir au chantage émotionnel et à la victimisation.

Derrière le comportement autodestructeur se cache souvent un trouble de la personnalité limite (TPL).

scène pour représenter ce que c'est que d'aimer une personne avec des comportements autodestructeurs

Aimer une personne aux comportements autodestructeurs : comment aider ?

Aimer une personne aux comportements autodestructeurs, c’est se demander constamment pourquoi notre affection ne suffit pas pour qu’elle change. ” Pourquoi n’arrêtes-tu pas de boire pour moi ? “, ” Si tu m’aimes et que tu sais que je suis à tes côtés, pourquoi penses-tu au suicide ? “

Avoir une relation avec quelqu’un qui ne s’aime pas, qui ne cherche pas d’aide et ne change pas nous fait dériver des bateaux qui sombrent sous le poids de la frustration et du sentiment de rejet. De l’abandon aussi, car qui ne se respecte pas, ne sait pas aimer les autres comme ils le méritent.

Comment agir dans ces situations ? Nous l’analysons.

1. Comprendre la réalité psychopathologique de votre partenaire

Une personne autodestructrice sous-estime ou n’est pas consciente de l’impact de ses actions sur elle-même ou sur les autres. Elle s’installe dans le déni et aussi dans la spirale de la honte. Il n’est pas facile de prendre conscience de ses propres impulsions et comportements. Il est important de garder à l’esprit que ces réalités cliniques sont toujours le symptôme d’un trouble sous-jacent, d’un problème mental qu’il faut traiter.

Nous pouvons être confrontés à un traumatisme, un trouble de la personnalité borderline, des troubles anxieux, des dépressions, etc. Nous ne pouvons forcer personne à changer s’il n’en comprend pas lui-même la nécessité.

2. Protégez votre santé psychologique

Aimer une personne aux comportements autodestructeurs peut nous conduire au bord du gouffre. Au sacrifice de soi, pour finir par négliger ses propres besoins fondamentaux, à l’épuisement émotionnel et psychologique… Si on veut vraiment être utile, il faut savoir se fixer des limites et comprendre que notre mission de couple n’est pas pour “sauver” l’autre.

Notre tâche sera d’être avec la personne que nous aimons, en la soutenant en tout, mais en sauvegardant toujours notre intégrité.

3. Il faut impliquer de prendre conscience de ce qu’il ne faut PAS faire

Il y a un certain nombre de drapeaux rouges à ne pas franchir dans ces cas. Ils sont les suivants :

  • Être obsédé par les comportements de votre partenaire et le prendre personnellement.
  • En les faisant chanter : « Si tu m’aimais vraiment, tu ne ferais pas ça.
  • Servez-vous de la honte ou de l’humiliation pour inciter à un changement : « C’est honteux de voir comment tu te comporte.
  • Dire à notre partenaire qu’elle est malade ou folle et qu’elle a besoin d’une aide urgente. Ces types de phrases ne font qu’amener l’autre personne à se mettre sur la défensive et à s’éloigner beaucoup plus. Ça ne marche pas.

4. Quelques stratégies qui peuvent aider

Aimer une personne ayant des comportements autodestructeurs, c’est avoir affaire à quelqu’un qui est susceptible, qui évite le soutien extérieur et qui suppose également qu’elle ne mérite pas cette aide. Cela implique de tempérer ce qui est dit et ce qui est fait. La meilleure chose à faire est de garder quelques idées en tête :

  • Il est positif de rappeler à l’être aimé que nous l’aimons, que nous sommes à ses côtés pour tout ce dont il a besoin. Sans jugement.
  • Faites preuve de compassion. Faites-lui comprendre que nous comprenons à quel point une telle situation doit être compliquée et éprouvante pour lui.
  • Dites-lui qu’il mérite de se sentir bien, d’être heureux et qu’il y a toujours des ressources à sa disposition quand il le souhaite.
  • Il est important de communiquer que nous avons confiance en vos forces pour vous impliquer dans un processus psychothérapeutique et surmonter cette situation avec une aide professionnelle.

Dernier point mais non le moindre, considérons un autre aspect. Parfois, les personnes autodestructrices conduisent à des comportements nuisibles aux autres. Des comportements violents peuvent survenir. Si nous sommes dans une relation abusive, il est légal et respectable d’opter pour la rupture.

Parfois, dans notre obsession de sauver les autres, nous nous mettons en danger. Les limites sont bonnes à garder à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
La gentillesse qui mène à l’autodestruction
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La gentillesse qui mène à l’autodestruction

Il est parfaitement logique que la plupart des gens se sentent plus sereins lorsqu'ils interagissent avec des personnes dont la gentillesse transpa...



  • Beck, Aaron T.; Kovacs, Maria; Weissman, Arlene (1979). “Assessment of suicidal intention: The Scale for Suicide Ideation”. Journal of Consulting and Clinical Psychology. 47 (2): 343–352. doi:10.1037/0022-006X.47.2.34
  • Gvion, Yari (2015). “Traumatic Experiences and Their Relationship to Self-Destructive Behavior in Adolescents”. Journal of Infant, Child, and Adolescent Psychotherapy. 14 (4): 406–422. doi:10.1080/15289168.2015.1090863
  • van der Kolk, Bessel (December 1991). “Childhood Origins of Self-Destructive Behavior”. The American Journal of Psychiatry. 12: 1665–1671.