Agir avec son coeur, c’est aider les autres à se lever

15 mars 2016 dans Emotions 0 Partagés

Aider apaise et récompense. Même si pour beaucoup, tendre la main aux autres mène souvent à la désillusion, il n’y a que les personnes nobles et vraies qui peuvent comprendre que l’on ne peut pas faire autrement pour autant.

Aider les autres à se lever, ce n’est pas facile ; parfois, il faut avant tout qu’ils prennent conscience qu’ils ont besoin d’aide, et que saisir la main qu’on leur tend, ce n’est pas un signe de faiblesse, mais bien de force.

D’autre part, aider les autres, c’est aussi investir efforts, temps et émotions. Pour autant, malgré ces contraintes, l’envie d’aider est plus forte.


La vie devrait toujours être une rencontre naturelle pour l’amour et le respect ; c’est pourquoi l’empathie universelle est cette force implicite que l’on a dans notre coeur, qui nous permet de nous exprimer via la bonté.


Certes, ce n’est pas facile, et parfois, certains finissent par oublier toutes ces phrases que l’on aime tous partager sur les réseaux sociaux, car nombreux sont ceux qui n’arrivent même pas à cerner leurs besoins les plus urgents.

Parfois, ce sont notre propre famille ou nos propres amis qui ont besoin de soutien. Une personne qui traverse une dépression a besoin de compréhension, de soutien et de proximité.

Parfois, à l’adolescence, nos enfants traversent une mauvaise passe : harcèlement à l’école, première déception amoureuse, etc.

Souvent, on ne s’en rend même pas compte, car on ne prend pas le temps de s’y intéresser, et qu’on est trop occupé à s’intéresser à d’autres choses.

Le coeur a besoin d’yeux pour voir et de liberté intérieure pour ressentir. On doit se débarrasser de toute superficialité afin de s’occuper de l’essentiel, afin que cette bonté, naturelle chez l’être humain, nous permette d’aider ceux qui en ont besoin.

Apprendre à écouter avec le coeur

mujer-tumbada-frente-a-una-vela

Parfois, votre meilleur.e ami.e peut être tout sourire, et pourtant il vous suffit de regarder dans ses yeux pour deviner cette larme sur le point de couler sur sa joue.


Le coeur qui sait écouter est sage et dénué de tout égoïsme, loin de cet univers fermé qui ne s’alimente que de ses propres besoins. La bonté sait pressentir et lire entre les lignes.


Pressentir les émotions des autres, c’est un don de notre cerveau social qui s’établit au travers des neurones miroir et de l’empathie.

Nous savons tous identifier les émotions basiques telles que la tristesse, la haine, l’amour ou la peur.

Cependant, parfois, du fait des influences sociales, éducatives ou personnelles, certains ont une meilleure intuition, et ont plus de facilités à faire la différence entre « je sens », « j’ai besoin », et « je veux ». C’est ensuite autour de ces trois axes que la vie s’articule.

Pour vivre avec le coeur, il ne suffit pas d’être authentique comme beaucoup le croient. Etre sensible, ce n’est pas être faible, tout comme vouloir aider les autres à se lever, ce n’est pas se moquer d’eux.

Ceux qui vivent et qui construisent leur vie avec leur coeur ont tout à fait conscience des aspects suivants.

mujer-con-un-pájaro-en-el-hombro

Je t’aide car tu m’aides

Ceux qui tendent leur main à ceux qui en ont besoin, en fait, n’attendent rien en retour. S’ils le font, c’est parce cette attitude fait partie de leur caractère, car c’est ainsi qu’ils ressentent les choses.

Ils n’attendent rien de matériel en échange, et ne veulent pas non plus recevoir de faveurs ni de flatteries.

La plus grande récompense que l’on puisse recevoir consiste à se sentir utile et à donner forme à ce sentiment interne qui les définit.

Si on tourne la tête et que l’on fait comme si on ne voyait pas les besoins de quelqu’un, cela nous donne lieu à une certaine dissonance interne en nous. C’est aller à l’encontre de nos valeurs.

L’aide, cette sagesse qui nous enrichit

On peut être titulaire de multiples diplômes universitaires, parler cinq langues, avoir plusieurs voitures, ou encore tenir entre ses mains le smartphone dernier cri.

Mais tous ces artifices ne vous seront d’aucune utilité si vous ne voyez pas que votre mère, par exemple, a besoin d’aide car elle souffre d’une démence, ou que votre compagnon/compagne se sent seul même si vous êtes toujours à ses côtés…

  • Aider l’autre nous enrichit, car cela nous permet de reconnaître nos semblables.
  • Aider l’autre nous enrichit, car cela nous apprend à parler le langage des émotions les plus basiques.
  • Aider l’autre nous enrichit, car on devient des personnes capables de donner du bonheur et de nouvelles opportunités.

La bonté qui vient du coeur est le seul investissement qui ne fait jamais faillite

Nombreux sont ceux qui pensent le contraire, qui se disent parfois que faire le bien autour de nous peut nous apporter de la déception.

Cependant, soyez en sûr : les bonnes personnes doivent comprendre qu’il y a des limites, et qu’elles aussi ont le droit de dire « stop » si elles en ressentent le besoin.

La bonté s’offre avec liberté et intelligence. On sait que les actes qui viennent du coeur sont de grands investissements. Cela nous aide à avancer sans rancoeur mais au contraire poussé par la liberté, les émotions et le bien-être.


Personne ne peut avancer dans la vie avec une plus grande joie que celle d’avoir le soleil qui se lève en soi, et de savoir faire face à toute tourmente.


joven-cogiendo-rama-en-un-lago

A découvrir aussi