Affrontez-vous les problèmes ou y faites-vous face ?

11 août 2017 dans Psychologie 0 Partagés

Nous nous heurtons à des situations négatives presque tous les jours, des situations qui tirent le pire de nous. Par conséquent, nous nous disputons, nous crions, nous nous rebellons, nous agissons sans penser. Finalement, nous perdons le contrôle. Cependant, quand se présentent les circonstances adéquates, ces mêmes difficultés et problèmes, face auxquels on réagit de manière si peu adéquate, on en vient à les voir depuis un point de vue qui génère en nous plus de calme, et cela nous permet de respirer un peu.

Ces deux manières de réagir face aux difficultés ne sont pas seulement le produit des circonstances, mais elles émanent aussi d’une décision interne que l’on prend parfois inconsciemment. Sans le savoir, on choisir de faire face aux problèmes, et d’autres fois, d’affronter les adversités. Deux options qui conditionneront, faute d’autres variables telles que le hasard, notre succès ou notre échec dans la résolution de ces difficultés.

Faire face aux problèmes suppose une importante fatigue émotionnelle

Faire face aux problèmes, cela augmente le risque pour nous de perdre le contrôle, de nous laisser porter par la première émotion que l’on ressentira, sans chercher le calme ou une perspective différente. Nos émotions prennent le contrôle et on se laisse porter. Cependant, cette sorte de libéralisme émotionnel s’accompagne généralement d’une conséquence : des regrets par rapport à ce que l’on a fait ou dit sans réfléchir.

Sans s’en rendre compte, nous nous trouvons au milieu de disputes insensées qui non seulement nous apportent une très grande fatigue émotionnelle, mais parfois aussi physique. De fait, quand avec le temps, on parvient à voir cette situation depuis un autre point de vue, on se rend compte que l’on a fait de vraies montagnes de simples grains de sable.

Avez-vous déjà réagi de manière impulsive face à quelque chose, et avez-vous déjà oublié ce que vous avez pu dire à cette occasion ? Quand cela arrive, cela veut dire que vous avez lâché prise face à ce premier instinct de protection. Pour autant, si vous pensiez également ce que vous avez dit avec la tête froide, alors vous n’étiez pas vraiment en danger. Parfois, votre impulsion sort sous forme de défense de votre propre ego.


Faire face aux problèmes vous mènera à perdre le contrôle et, en même temps, vous éloignerez la possibilité de trouver une solution qui puisse vous satisfaire.


Faire face à ce qui vient en le considérant comme une menace ou un ennemi plutôt que de le voir comme un défi, cela vous rendra intolérant-e, vous bloquera, vous empêchera de penser clairement et souvent vous mènera au regret. Cependant, il y a une autre option qui demande de la pratique, et qui parfois suppose un grand effort, mais qui en vaut la peine : et si on cessait de faire face pour affronter, plutôt ?

Affronter les difficultés, cela vous permet de grandir

Faire face aux difficultés ne vous rend pas plus fort-e-s : vous libérez une grande quantité d’énergie sans la diriger avec intelligence. Vous vous laissez porter par vos instincts les plus primaires sans aucun contrôle, ce qui vous empêche de gérer la situation de la manière la plus adéquate. Cependant, quand vous affrontez, vous grandissez, vous devenez plus fort-e, plus mature. Ainsi, vous êtes en conditions d’aborder toute difficulté avec plus d’efficacité.

Quand une adversité se présente face à vous, vous savez vous arrêter pour voir les choses plus clairement et prendre la meilleure décision. Vous savez que vous pouvez prendre votre temps, car il n’est pas indispensable de réagir ou de donner une réponse tout de suite ! Ainsi, précipiter la réponse quand la situation ne le demande pas, ce peut être la première erreur que l’on commet, la première raison pour laquelle ensuite on en arrive à s’arracher les cheveux.

Vous êtes conscient-e-s que lorsque vous êtes tranquille et calme, même si autour de vous sévit un véritable chaos, vous pensez de manière intelligente. Avec ce souffle, le souffle que vous vous interdisez de perdre, la solution à cette situation est plus proche.

De plus, affronter les problèmes, cela vous empêche de faire du mal aux autres inutilement. En vous exprimant de manière claire, cordiale et respectueuse, votre point de vue restera plus clair et vous pourrez formuler vos critiques aux autres de telle manière qu’iels ne les prendront pas personnellement.


Seul-e-s celleux qui ont affronté les adversités ont conscience de leurs propres forces.


Comme vous avez pu le voir, faire face aux problèmes ou les affronter sont deux choses complètement différentes. Dans le premier cas, vous perdez le contrôle, vous n’êtes pas capable de gérer vos émotions et les remords finiront par vous cerner. En revanche, dans le deuxième cas, vous gagnerez en assertivité, vous saurez solutionner les difficultés de manière efficace et vous les prendrez comme une opportunité de grandir, mûrir et apprendre.

Les adversités renferment toujours une opportunité : elles nous permettent d’apprendre. Elles ne sont pas un malheur, elles ne font pas de nous des victimes. Penser ainsi nous mènera à faire face, pas à affronter. Ce n’est pas la même chose d’essayer de les détruire que d’essayer de les surmonter, les intégrer à notre histoire et rester avec la leçon qu’elles nous ont apportée et qu’on aura pu en tirer.

A découvrir aussi