Adelphopoiesis : en quoi cela consiste ?

· 15 novembre 2018
Qu'est-ce que l'adelphopoiesis ? Découvrez-le en lisant la suite de cet article.

Dans notre société, le mariage homosexuel en tant que tel est une possibilité contemporaine. Cependant, cela ne l’est pas tant si nous nous intéressons aux exemples que l’histoire nous a donné jusqu’à aujourd’hui. L’un de ces exemples est l’adelphopoiesis. Ce terme fait référence aux mariages légaux entre des personnes du même sexe depuis le Moyen-Age.

Les relations entre des personnes du même sexe au cours de l’histoire n’étaient pas quelque chose de rare. L’habitude la plus connue était liée à la pédophilie dans la Grèce Antique lorsque les professeurs et les élèves établissaient des relations qui allaient au-delà de l’apprentissage éducatif. Dans d’autres époques de l’histoire, des couples adultes du même sexe se sont formés, consolidés et ont été acceptés socialement.

GK Chersterton disait que « les architectes connaissent tout ce qui fait référence au style romantique, sauf sa fabrication ». Il semblerait donc que dans d’autres temps, certains « architectes » étaient capables d’avoir des relations avec des personnes du même sexe en laissant le romantisme prendre place même si ce n’était pas la dynamique la plus commune dans ce type d’unions.

Cela signifie-t-il que l’homosexualité et les relations entre des personnes du même sexe ont toujours été acceptées ? Evidemment, non. Bien que nous connaissions l’adelphopoiesis et d’autres rituels similaires dans le Rome Antique ou l’Empire Chinois, cela n’a jamais été l’approche habituelle.

« En fait, je ne cherche pas à comprendre pour croire, mais à croire pour comprendre. Je crois cela car si je ne croyais pas, je ne comprendrais pas ».

-San Anselmo de Canterbury-

peintures d'hommes mariés : adelphopoiesis

Qu’est-ce que l’adelphopoiesis ?

Comme vous pouvez l’imaginer, le but de l’adelphopoiesis n’était pas d’unir des personnes dans un sens romantique. Cependant, aussi bien au niveau religieux qu’au niveau légal, on reconnaissait la relation de deux hommes (le plus souvent), et parfois de deux femmes, avec une acceptation totale de la part de l’Eglise.

Mais on ne considérait pas cette relation comme un mariage en tant que tel, mais comme une union qui obligeait les deux membres à prendre soin l’un de l’autre. Ils partageaient donc leur vie, leurs biens, leurs missions, leurs emplois et même leurs familles. Si l’un des membres de l’union mourrait, l’autre s’engageait à continuer de prendre soin des proches de la personne décédée.

Comme s’il s’agissait d’un mariage conventionnel, les deux personnes de même sexe s’engageaient à être fidèles jusqu’à la mort. Cependant, la pratique permettait de partager quasiment tout, et même d’être enterrés ensemble mais pas de partager l’amour romantique de manière explicite.

Néanmoins, bien qu’il ne s’agisse pas d’une union romantique mais d’une sorte de jumelage légal, il semblerait que les relations sexuelles n’aient pas été des choses rares dans ce genre d’union. Ce n’était pas quelque chose que l’on envisageaient mais plutôt quelque chose que l’on acceptait implicitement afin de profiter d’une union « entière » et « totalement légalisée ».

Une pratique valide pendant de nombreuses années

L’adelphopoiesis n’était pas une pratique habituelle mais elle fut acceptée socialement et légalement pendant quasiment tout le Moyen-Age et même au cours de l’époque moderne. Néanmoins, cette union était plus commune dans les zones d’Orient qu’elle ne l’était en Europe. On sait que l’Eglise catholique proposait cette cérémonie et on sait que certains saints furent liés à d’autres personnes de cette manière comme par exemple Côme et Damien.

D’autre part, on ne sait pas exactement pourquoi ce rituel fut abandonné. On considère que l’attraction romantique entre des personnes du même sexe a pu en être le motif. Car cela ne fut réellement jamais bien vu.

En fait, on acceptait légalement le fait que deux personnes du même sexe puissent s’unir pour partager ensemble leur vie et leurs charges. Mais sans homosexualité. Néanmoins, il semblerait que cela se savait implicitement et que l’on se doutait du fait qu’il y avait quelque chose de plus derrière ces unions.

couple de personnes de même sexe : adelphopoiesis

Le précurseur du mariage homosexuel

Sans doute voit-on l’adelphopoiesis depuis quelques années comme un antécédent du mariage homosexuel. Néanmoins, le rituel d’autrefois se célébrait à l’église où se réunissaient les proches de chacun des membres du couple devant la croix en suivant les pas des cérémonies liturgiques.

Certains auteurs tels que J. Boswell, défendent l’idée du fait que l’homosexualité ait été acceptée par l’Eglise jusqu’au 13ème siècle. Pour cela, ils interprètent ce rituel comme un exemple de cette acceptation. N’oublions pas qu’entre le Moyen-Age avancé et l’Age classique, la différence temporelle est faible. Pour autant, nous parlons d’une hypothèse insensée.

« L’amour naît du souvenir, vit de l’intelligence et peur de l’oubli. »

-Ramon Llull-

 

Images de www.medievalists.net