À quoi ressemble le cerveau synesthésique ? Voici ce que dit la science

Le "cerveau synesthésique" fonctionne différemment. Entendre des sons lorsque nous voyons des couleurs ou sentir une odeur lorsque quelqu'un nous caresse répond à de petites altérations neurologiques très spécifiques, mais fascinantes. Jetons un coup d'œil à tout cela.
À quoi ressemble le cerveau synesthésique ? Voici ce que dit la science

Dernière mise à jour : 30 août, 2021

Voir des couleurs en écoutant de la musique. Déguster une glace et sentir une caresse sur votre joue. Toucher le pétale d’une fleur et ressentir un goût sucré dans la bouche… Toutes ces expériences sensorielles décrivent une altération neurologique vécue par des milliers de personnes dans le monde. Mais à quoi ressemble le cerveau synesthésique, et qu’est-ce qui explique réellement cette caractéristique ?

Nous savons que des personnalités telles que Vincent Van Gogh, Vladimir Nabokov, Wassily Kandinsky et Nikola Tesla étaient capables d’expérimenter deux sens en même temps. La vérité est que l’on a longtemps pensé que la synesthésie était une caractéristique des esprits fantaisistes et qu’il n’existait aucune base scientifique pour l’expliquer.

Cependant, avec l’arrivée du nouveau millénaire, les neuroscientifiques, les psychologues et même les généticiens se sont intéressés à cette singularité neurologique. Ce qu’ils ont découvert à ce jour est pour le moins fascinant. Regardons cela de plus près.

Selon les experts, la synesthésie peut améliorer les capacités cognitives, telles que la créativité et même la mémoire. La raison en est que le cerveau est plus apte à établir des connexions.

Un cœur dans un cerveau.

Qu’est-ce que la synesthésie ?

Commençons par clarifier la définition de la synesthésie. Il s’agit d’un phénomène perceptif orchestré par une perturbation neurologique. Elle implique l’activation automatique et involontaire de plusieurs régions sensorielles ou cognitives en même temps en réponse à des stimuli spécifiques. Cela signifie que les sons peuvent avoir une couleur, la musique une saveur, les paroles peuvent être associées à certaines tonalités, etc.

Il est également important de prendre en compte un certain nombre de détails. La synesthésie ne répond pas à une expérience hallucinatoire, comme le soupçonnaient les psychiatres Bleuler et Lehmann en 1871. Elle ne définit pas non plus un trouble mental tel que la schizophrénie, et n’est pas le produit d’un esprit hautement imaginatif.

On peut dire que la première étape importante qui nous a permis de comprendre la synesthésie comme un phénomène neurologique a été l’étude de 1995 menée par le Dr Paulesu. Dans cette recherche, différents tests diagnostiques ont été effectués avec la tomographie par émission de positons pour mesurer les réponses hémodynamiques chez les synesthètes.

Ce qui a été découvert est quelque chose que l’on soupçonnait déjà : le cerveau synesthésique fonctionne différemment…

À quoi ressemble le cerveau synesthésique ?

On estime que 3 à 5 % de la population souffre d’une forme de synesthésie. Elle est également plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. D’autre part, il est intéressant de savoir que beaucoup le considèrent comme un don, car voir le monde à travers une intégration multiple de plusieurs sens en même temps rend la réalité plus intense, particulière et fascinante à la fois.

Sans oublier un autre détail : il est très fréquent que les personnes synesthésiques soient plus créatives et aient également une meilleure mémoire, car leur cerveau a plus de connexions. Des études telles que celles menées par le Dr Gian Bheeli de l’Université de Zurich et publiées dans la revue Nature indiquent également qu’il existe une base génétique et que généralement la maladie est héréditaire.

Des sons qui ont un goût sucré, une musique qui éclate en couleurs, des textures qui évoquent des images… Si l’on se demande à quoi ressemble le cerveau d’un synesthète, la science nous a déjà donné des réponses intéressantes.

Le phénomène de l’activation croisée

Comme nous le savons tous, les enfants traversent une période de développement cérébral qui consiste en un élagage neurologique. En d’autres termes, il s’agit d’un processus au cours duquel les connexions synaptiques entre les neurones sont éliminées afin de façonner un cerveau plus spécialisé.

Jusqu’à l’âge de 12-13 ans, il est courant d’avoir beaucoup plus de neurones et de synapses que nécessaire sur le plan fonctionnel. Cette disparition progressive est nécessaire au bon fonctionnement du cerveau.

Il semble que les synesthètes n’achèvent pas complètement cet élagage neuronal. Ainsi, différentes zones se croisent. Des travaux de recherche, tels que ceux menés à l’université d’Amsterdam (Pays-Bas), nous apprennent que les régions associées à la couleur dans le cortex occipito-temporal peuvent soudainement se connecter aux régions motrices, de sorte que même certains mouvements peuvent évoquer une tonalité chez la personne.

Il convient de noter que chaque synesthète vit des expériences uniques, en fonction de la manière dont son cerveau est connecté.

L’hypothèse de la médiation limbique

Pour savoir à quoi ressemble le cerveau synesthésique, nous devons prendre en compte l’hypothèse de la médiation limbique. Elle a été énoncée pour la première fois par Richard Cytowic et Frank Wood en 1982 et indique que la synesthésie est orchestrée par le système limbique et, en particulier, par l’hippocampe.

Il a été observé que les synesthètes ont beaucoup plus de fibres conjonctives dans cette zone, qui partent du système limbique lui-même jusqu’au néocortex. Il en résulte un plus grand nombre de phénomènes perceptifs, de sensations, de souvenirs et même d’émotions.

Des fleurs colorées.

Ce que révèlent les études de neuro-imagerie fonctionnelle sur le cerveau synesthésique

Avec l’évolution des techniques de diagnostic et de neuro-imagerie, nous disposons désormais de beaucoup plus de données sur ce qu’est le cerveau synesthésique. Ainsi, grâce à toutes les personnes atteintes de synesthésie qui se sont portés volontaires pour des tests de tomographie par émission de positrons (TEP) et d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), nous savons ce qui suit :

  • Les régions du cortex visuel présentent une activation accrue.
  • La densité de la matière grise est plus élevée.
  • On observe une forte surconnectivité du cortex auditif à l’insula (cette dernière région est liée aux émotions et à la régulation de l’homéostasie corporelle).
  • Ainsi qu’une plus grande interconnectivité du cerveau entier par rapport aux non-synesthètes.

En conclusion, la synesthésie est actuellement un phénomène fascinant qui intéresse aussi bien les neuroscientifiques que les psychologues. Il est prévu que dans les années à venir nous en sachions beaucoup plus, mais le plus important est que ceux qui présentent cette particularité, loin de la vivre de manière problématique, semblent apprécier leur don.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les expériences de l’enfance peuvent modifier le cerveau, selon la science
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Les expériences de l’enfance peuvent modifier le cerveau, selon la science

Les expériences de l'enfance vont au-delà des souvenirs ou des traumatismes, elles peuvent modifier véritablement notre cerveau.



  • Beeli, G., Esslen, M., & Jäncke, L. (2005). Synaesthesia: when coloured sounds taste sweet. Nature, 434(7029), 38.
  • Beeli, G., Esslen, M., & Jäncke, L. (2008). Time course of neural activity correlated with colored-hearing synesthesia. Cerebral Cortex, 18(2), 379–385.
  • Hubbard, E. M. (2007). Neurophysiology of synesthesia. Curr Psychiatry Rep, 9(3), 193–199.
  • Hubbard, E. M., & Ramachandran, V. S. (2005). Neurocognitive mechanisms of synesthesia. Neuron, 48(3), 509–520.
  • Jäncke, L., Beeli, G., Eulig, C., & Hanggi, J. (2009). The neuroanatomy of grapheme-color synesthesia. Eur J Neurosci, 29(6), 1287–1293.
  • Rouw R, Scholte HS, Colizoli O. Brain areas involved in synaesthesia: a review. J Neuropsychol. 2011 Sep;5(2):214-42. doi: 10.1111/j.1748-6653.2011.02006.x. PMID: 21923787.