A la découverte de l’énigmatique “déjà-vu”

25 juin 2015 dans Curiosités 0 Partagés

“J’ai l’impression d’avoir déjà vécu ce moment…”. C’est l’une des phrases les plus utilisées pour parler des situations que nous avons l’impression d’avoir déjà vécu dans le passé.

Cela peut se produire à n’importe quel moment, et dans n’importe quelle situation : en marchant, en parlant dans un café, en regardant un film ou en voyageant en voiture, par exemple. Ce sentiment s’intensifie pendant une courte période, avant de disparaître totalement.

Si vous reconnaissez l’une de vos expériences dans ce que nous venons de vous décrire, ou si vous avez déjà prononcé la première phrase de notre article, vous avez déjà expérimenté un déjà-vu.

L’actualité de ce phénomène

Le mot déjà-vu, utilisé dans le monde entier, provient de notre langue française. En règle général, 65% des individus entre 15 et 25 ans l’auraient expérimenté.

On ne sait pas grand chose sur ce phénomène mystérieux, mais dans tous les cas, il s’agit d’une sensation fugace et rapide, et qui n’est pas due à un problème médical, ce qui la rend très difficile à étudier.

De nos jours, ce phénomène continue d’être une énigme et un défi constant pour toutes les disciplines scientifiques qui ont pour objet l’étude de l’esprit, du corps et de la santé humaine.

Les certitudes sur le sujet

Les certitudes que nous avons sur ce phénomène sont très minces :

– Le dénominateur commun de ce phénomène est que nous sommes tous conscients de ce qui se déroule lorsque nous vivons un déjà-vu, ce qui implique qu’il n’est pas nécessaire que tout notre cerveau participe à l’élaboration de ce phénomène.

– Des études scientifiques ont démontré que le déjà-vu provient de diverses altérations du lobe temporal. Une stimulation précise du cortex rénal peut produire ce phénomène.

– Comme l’affirme une étude publiée par le Journal Clinique de Neurophysiologie, l’action synchronisée du cortex rénal, de l’hippocampe (impliqué dans la naissance des souvenirs), et de l’amygdale cérébrale (impliquée dans la gestion des émotions) a comme conséquence la formation d’un sentiment de déjà-vu.

Cela a été prouvé par des études réalisées sur des patients épileptiques, sur lesquels le phénomène de déjà-vu a été provoqué par des impulsions électriques.

Les théories sur le fonctionnement du déjà-vu

Il existe divers moyens d’expliquer la survenance de ce phénomène, dont la majorité provient des neurosciences.

Certains spécialistes soutiennent que le sentiment de déjà-vu se produit lorsque notre cerveau essaye de générer des conceptions globales de la réalité, mais avec des souvenirs limités.

La mémoire fonctionne en prenant des morceaux d’information sensorielle, dans le but de ramener dans le présent un souvenir spécifique.

Le déjà-vu serait donc un mélange entre ces différentes informations sensorielles, et les souvenirs qui sont constitués au présent.

D’un autre côté, il existe une théorie très populaire qui estime que le déjà-vu est le résultat d’un dysfonctionnement sporadique entre la mémoire à long terme et la mémoire à court terme.

Des informations s’infiltrent alors dans les mécanismes de stockage et de transfert, créant une confusion. Cela signifie qu’en vivant une expérience nouvelle dans le présent (qui se stocke dans notre mémoire à court terme), un souvenir lointain de notre passé peut resurgir et se confondre avec l’expérience présente.

Il existe une autre théorie similaire qui explique que le déjà-vu est une erreur temporelle.

Cela signifie que l’information sensorielle du présent fait resurgir un événement du passé stocké dans la mémoire à long terme, ce qui a pour effet de retarder le traitement des informations du présent, tout en les associant avec le passé sensoriel.

Pour conclure, même si la cause et les mécanismes précis qui engendrent ce phénomène mystérieux ne sont toujours pas bien connus, soyez rassurés car c’est une expérience normale.

Cela peut arriver à tout le monde, et vous n’avez simplement qu’à profiter de cette sensation qui n’a pas fini de vous surprendre.

A découvrir aussi