8 informations insolites sur l'anxiété

21 février, 2020
Combien de types d'anxiété y a-t-il ? Dans quelle mesure toutes nos préoccupations sont-elles crédibles ? Sommes-nous rationnels lorsque nous éprouvons de l'anxiété ? Découvrez les réponses à ces questions et à d'autres sur l'anxiété.
 

Il ne fait aucun doute que nous sommes dans l’ère de l’anxiété, de cet état émotionnel qui serpente dans notre estomac, fait des nœuds dans notre gorge et se transforme en soucis sur le plan mental.

Parfois, il semble furtif et comme il est venu, il s’en va, mais parfois il reste avec nous plus que nous le voudrions. En réalité, si nous nous laissons emporter par sa capacité d’anticipation, d’imagination et de narration, nous pouvons nous retrouver piégés dans des scenarii terrifiants. Il y a une raison pour laquelle on dit qu’avoir de l’anxiété, c’est être malade de l’avenir.

Et bien qu’on parle beaucoup de l’anxiété de nos jours, il y a certains aspects et faits qui ne sont pas si bien connus. Êtes-vous prêt à les connaître ? Creusons un peu plus.

Un homme appuyé à la fenêtre envahi par l'anxiété

L’anxiété éteint le cerveau rationnel

Notre cerveau déteste l’incertitude, le fait de ne pas savoir ce qui va se passer et le sentiment d’être hors de contrôle. Ainsi, lorsque nous sommes confrontés à une situation inconnue, des milliers et des milliers de soucis commencent à courir dans notre esprit, tandis que l’amygdale, une structure cérébrale en forme d’amande et caractérisée comme la banque de notre mémoire émotionnelle, surveille tout ce qui se passe.

 

Si elle détecte une situation dangereuse, elle déclenche immédiatement le signal d’alarme, tout en libérant des hormones dans la circulation sanguine, comme le cortisol et la dopamine, pour lutter pour notre survie et anticiper ce qui va se passer. Cependant, lorsque cela se produit, il n’y a pas de retour en arrière, car le fonctionnement de notre cerveau rationnel est annulé.

Comme nous le voyons, bien que l’intention de l’amygdale soit bonne, son système de fonctionnement présente certaines caractéristiques primitives, de sorte que nous devenons plus instinctifs et générons des réponses plus vagues.

La plupart des préoccupations ne sont pas prises en compte

S’inquiéter est humain. De fait, nous sommes programmés pour le faire, pour anticiper ce qui pourrait arriver et être en mesure de penser à des plans de rechange pour survivre.

Pour autant, ce n’est pas la même chose de le faire de temps en temps que de le faire continuellement. Une étude de la Pennsylvania State University indique que 91% des soucis que nous avons en moyenne ne se produisent pas.

C’est une chose que l’auteur américain Earl Nightingale a prédit lorsqu’il a dit que 40 % de nos soucis ne se produiront jamais, 30 % sont liés au passé et donc s’en inquiéter ne change rien, 12 % sont des soucis inutiles pour notre santé et 10 % sont petits et presque insignifiants ou déconnectés. En guise de calcul, nous n’avons que 8 % de préoccupations auxquelles nous devons prêter attention.

 

Cela nous donne matière à réflexion : de toutes les choses que nous pensons, imaginons et craignons qu’il arrive, la fiction est l’un des grands protagonistes. Nous pouvons tout à fait tester cette réalité.

Par exemple, vous pouvez vous demander ce qui vous inquiète le plus et quels événements anticipés vous font le plus peur et une semaine ou un an plus tard voir ce qui s’est passé. Vous serez surpris.

Les types d’anxiété

Il existe 2 types d’anxiété :

  • Dans le premier type, l’anxiété est plus adaptative et vise à nous protéger des dangers potentiels qui peuvent nous blesser ou nous faire souffrir, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une anxiété rationnelle. Comme lorsque nous avons un entretien d’embauche ou que nous n’obtenons pas de réponse de quelqu’un d’important pour nous et que nous avions prévu de rencontrer
  • L’autre type est une anxiété plus irrationnelle, où quelque chose qui n’est pas une menace et que nous nous sentons incapables de gérer est perçu comme tel. Par exemple, quand nous allons à un entretien et que nous pensons que nous n’allons pas nous en sortir et que nous n’obtiendrons jamais un emploi et que nous vivrons dans des conditions indésirables ou quand une personne ne nous répond pas et ne se présente pas à l’heure que nous avions prévue et que nous pensons qu’elle nous a quittés, qu’elle ne veut plus être avec nous et que nous ne trouverons personne d’autre

Dans ce dernier état, nous avons tendance à éprouver de l’angoisse et un grand malaise que nous ne pouvons pas contrôler, qui se répand dans tout notre corps et finit par nous rendre difficile la réalisation de nos activités quotidiennes.

 

L’illusion que tout est important

Un autre aspect assez curieux est que pour l’anxiété tout est important, donc quand nous en faisons l’expérience, nous avons beaucoup de mal à établir des priorités.

Tout détail peut causer beaucoup de délires, tout aspect peut affecter ce que nous faisons ; d’où la nécessité de vouloir tout ficeler. Et si, en plus, nous sommes perfectionnistes, le scénario devient beaucoup plus sombre.

Ce n’est plus seulement ce que nous disons ou ne disons pas qui compte, mais les vêtements que nous portons, la façon dont nous nous comportons, ou l’influence d’une autre personne sur un événement quelconque. Tout est décisif, tout a une influence et tout doit être contrôlé – ce qui est impossible, bien sûr. Donc, se sentir accablé et stressé sera la norme.

L’évitement augmente l’anxiété

Il semble naturel d’éviter tout stimulus ou toute situation qui crée de l’anxiété ; en fait, lorsque nous le faisons, nous éprouvons un certain soulagement, mais ce qui se produit, c’est qu’à long terme, si cette stratégie devient la façon habituelle de faire face à ce que nous craignons, elle implique le contraire.

Lorsque nous évitons ou fuyons constamment quelque chose, ce que nous faisons, c’est renforcer cette non-prise en compte car elle bloque la vérification de l’innocuité du stimulus désagréable et la peur demeure. En d’autres termes, nous empêchons que cela se produise et vérifions ainsi s’il existe un danger réel, de sorte que nos idées irrationnelles seront perpétrées et maintenues dans le temps et que l’anxiété augmentera.

 

De plus, l’évitement limite notre vie de telle façon qu’il peut avoir des conséquences sur notre humeur et causer plus de problèmes d’anxiété.

L’anxiété a aussi des masques

Dans certains cas, l’anxiété peut être à l’origine de certaines émotions telles que la tristesse, la colère et même la douleur, mais aussi la procrastination, le manque ou l’excès de sommeil, le besoin incessant de manger ou le manque d’appétit.

Cependant, il y a aussi une anxiété silencieuse et inexpressive. Les personnes qui en souffrent donnent souvent l’image d’être calmes et sereines, même si leur intérieur est plein de bruit et de peur. Beaucoup d’entre elles ne savent même pas qu’elles sont anxieuses.

Une femme posant une main à la fenêtre triste à cause de l'anxiété

Cultiver un sentiment d’espoir réduit l’anxiété

L’esprit anxieux a la conviction presque absolue que ce qui est à venir est dangereux et menaçant, surtout s’il n’est pas familier. Il craint l’incertitude et l’insécurité. Et bien qu’il existe différentes approches et thérapies pour y faire face, il existe aussi des stratégies qui peuvent être utiles, comme par exemple cultiver l’espoir.

Le psychologue et professeur Matthew Gallaguer de l’Université de Houston et son équipe ont mené une étude qui a montré que le travail sur le sentiment d’espoir en thérapie peut être très utile, car il aide une personne à changer sa façon de penser, de ressentir et de percevoir la réalité.

 

Quand on y pense, l’espoir est le contraire de la peur, car il implique de croire que les choses ne vont pas si mal ou qu’elles peuvent au moins s’améliorer. C’est un aspect philosophique, spirituel et émotionnel qui renforce également la résilience et la mentalité de croissance.

L’exigence personnelle est l’une des causes les plus courantes d’anxiété

Être exigeant avec soi-même n’est pas un problème, en fait cela nous aide à grandir en tant que personne. Le problème survient lorsque nous devenons trop exigeants avec nous-mêmes et cela se reflète négativement dans le dialogue que nous avons avec nous-mêmes.

Oui, c’est vrai, parfois ce n’est pas tant le quoi, mais le comment ou les deux à la fois. Le fait est que nous nous imposons de manière destructrice et que nous finissons par nous faire du mal.

C’est la tyrannie de l’autodiscipline, de la façon dont nous nous parlons, où les « je dois » et les « je devrais » pèsent lourdement sur nous et où prévaut un idéal de notre façon d’être et de nous comporter – fort, bon, parfait, rapide et efficace.

Un impossible qui nous asservit à la souffrance parce que rien n’est jamais suffisant, qui nous punit pour cela et qui nous piège dans une toile dont il est difficile de sortir et dans laquelle l’anxiété est le principal protagoniste.

Comme nous le voyons, l’univers de l’anxiété est aussi mystérieux qu’excitant. Il ne cesse de nous surprendre. L’anxiété est cet état émotionnel auquel nous devons avoir du respect et donc nous informer sur tout ce qu’il implique est toujours positif.

 

 

  • Hofmann, S. G., Sawyer, A. T., Witt, A. A., & Oh, D. (2010). The Effect of Mindfulness-Based Therapy on Anxiety and Depression: A Meta-Analytic Review. Journal of Consulting and Clinical Psychology78(2), 169–183. https://doi.org/10.1037/a0018555