7 techniques dérivées du psychodrame

Les techniques psychodramatiques favorisent la catharsis (décharge émotionnelle), la compréhension de processus cachés ainsi que la mise en oeuvre de comportements nouveaux. Dans cet article, nous vous présentons quelques-unes de ces techniques et expliquons ce qui les rend si précieuses pour le développement émotionnel d'un individu.
7 techniques dérivées du psychodrame

Dernière mise à jour : 22 novembre, 2021

Le psychodrame est une technique ou un ensemble de techniques thérapeutiques dont le centre est la mise en scène/dramatisation d’une réalité d’un certain point de vue. L’objectif est d’encourager l’expression de sentiments refoulés, non exprimés, ou mal compris afin de favoriser la catharsis et le changement de comportement. Pour cela, on utilise différentes techniques dérivées du psychodrame.

Les éléments à travailler peuvent être liés à des souvenirs, des événements présents et également futurs. Cette technique est donc très utile pour tous les types de troubles, depuis la dépression, l’anxiété, les TOC, les troubles alimentaires ou les problèmes de gestion émotionnelle.

Quel est l’objectif du psychodrame ?

Le psychodrame a plusieurs objectifs, parmi lesquels nous pouvons citer :

  • Parvenir à une compréhension réelle et plus profonde d’une situation concrète. Cela peut s’appliquer aussi bien à des situations vécues il y a longtemps, qui peuvent laisser des blessures non guéries. Par exemple, des situations angoissantes qui génèrent ensuite une anxiété future. Les techniques dérivées du psychodrame peuvent alors aider à entrer en contact avec ces émotions vécues et les sentiments qu’elles ont causés ou continuent de causer. L’idée est d’entrer en contact avec des sentiments, des idées et des pensées qui ne font pas partie de notre routine.
  • Comprendre des points de vue différents du sien. De nombreuses techniques dérivées du psychodrame permettent de voir la position de l’autre par rapport à un conflit passé ou futur. Observer la façon de penser des autres et surtout participer à leur propre discours, peut nous aider à travailler l’empathie, à comprendre la motivation de certains actes.
  • Travailler d’autres habiletés ou capacités. Certaines techniques nous permettent d’adopter divers rôles que nous ne savons peut-être pas gérer. Elles sont utilisées comme entraînement pour expérimenter d’autres postures, conduites, ou même d’autres aspects de la personnalité.

Règles psychodramatiques

Dans les techniques dérivées du psychodrame, l’objectif est que le sujet -ou le protagoniste, comme on l’appelle souvent dans ce domaine- ne décrive pas verbalement ses conflits. Cela diffère de la manière dont les personnes partagent, gèrent et réfléchissent à leurs problèmes, généralement de façon verbale. Le but est donc de parvenir à une participation plus authentique et profonde.

Même si le psychodrame est initialement joué avec plusieurs individus et la présence d’un public -qui fonctionne comme une caisse de résonnance affective pendant la performance-, il peut également se réaliser avec moins de sujets, voire seulement avec soi-même.

Réalisée avec un plus grand nombre de personnes, la performance d’un partenaire peut nous aider à comprendre la façon d’agir des autres. En effet, le protagoniste agit selon ses émotions et critères, en fonction de sa réalité objective.

D’autre part, le psychodrame est recommandé pour de nombreux individus, y compris les personnes les plus timides ou réservées. Le protagoniste est parfois réservé et peu naturel. Peu importe, tant qu’il ne se sent pas forcé.

Le changement dans le psychodrame

Ce qui est réellement intéressant dans les techniques dérivées du psychodrame, c’est que l’insight, la prise de conscience ou la compréhension soient obtenus par la dramatisation.

La présence d’un thérapeute n’est pas indispensable, ni les verbalisations qu’il élabore. L’intuition ne s’acquière pas grâce aux propos du thérapeute, mais émerge spontanément de la performance.

Techniques du psychodrame

Explicitation du dialogue interne

La technique du soliloque vise à amener le protagoniste à exprimer ce qu’il pense et ressent avant d’aborder une situation précise. Cette situation peut être angoissante dans le présent à cause de l’avenir. Ou parce qu’elle fut source d’angoisse dans le passé. Cette technique peut alors être utile lorsqu’on reçoit un appel du patron. Ou quand on ressent la peur de l’abandon au début d’une dispute.

Par ailleurs, la technique de l’aparté sert à entrer en contact avec ce qu’un sujet pense ou ressent face à un événement particulier, et qu’il n’exprime pas souvent. Dans l’aparté, il s’agit d’exprimer à voix haute ce que, lors d’un dialogue, une confrontation ou une discussion, on tait par peur ou par gêne. C’est comme une parenthèse. Cela permet à la personne d’entrer en lien avec sa réalité.

Echange de rôles

La technique d’échange des rôles consiste à envisager une situation concrète dans laquelle nous sommes immergés. Il peut s’agir d’une conversation avec un ami ou une réunion de travail.

L’idée est que le protagoniste joue le rôle de l’autre. De cette personne avec laquelle il discute, qui a fait quelque chose qui lui a déplu ou bouleversé. Le but est qu’il comprenne la situation du point de vue de l’autre personne. Et qu’il parvienne ainsi à gérer d’autres types d’émotions et comprendre les émotions qui ont conduit autrui à agir ainsi.

Le protagoniste et l’égo auxiliaire

Certaines de ces techniques nécessitent la présence d’un égo auxiliaire. Cet égo souhaite alors accueillir ces aspects oubliés dans les interactions, qui contiennent souvent des informations très précieuses.

Dans la technique du double, l’égo auxiliaire se place derrière le protagoniste, et pendant que celui-ci parle, il verbalise des questions non exprimées par la personne. Il s’agit d’un moyen d’ouvrir l’échange.

Ces questions qui ne sont pas explicites sont généralement de nature menaçante, douloureuse ou semi-consciente. En manifestant des problèmes qu’il pense pertinents, l’égo renvoie des parties aliénées de lui-même au protagoniste et l’amène à des niveaux plus secrets.

Dans la technique du miroir, on utilise également un égo auxiliaire. Dans ce cas, il ne parle pas, mais se tient devant le protagoniste, et pendant que celui-ci dramatise une situation, il procède à l’imitation de son comportement non verbal. Cela inclut alors les gestes, les positions, les tics, les expressions faciales, etc.

En général, les éléments que nous considérons comme pertinents sont les éléments verbaux. Autrement dit, ce que la personne exprime oralement. Toutefois, le comportement non verbal est également très significatif et peut fournir davantage d’informations que le propre message oral.

Changer la réalité

Les techniques dérivées du psychodrame, telles que l’extra-réalité, permettent au protagoniste de vivre une autre expérience que celle qui a déjà eu lieu. L’extra-réalité cherche à défaire les événements tels qu’ils se sont produits afin que l’individu ait l’opportunité de les vivre autrement.

Faire l’expérience de situations déjà vécues en y ajoutant la façon dont nous aurions aimé les vivre peut nous amener à comprendre la douleur de certaines situations. Ainsi qu’à avoir une autre réalité symbolique qui peut approfondir cette douleur, tout en lui permettant de guérir en paix.

Dans la technique du rôle substitutif, semblable à l’échange des rôles, on pose une situation que la personne a peur de vivre. Il peut s’agir d’un souvenir d’enfance, d’une séance avec des chefs de projet, la perte d’un partenaire…

Lors de cet exercice, le but n’est pas de se mettre à la place de l’autre, mais de se mettre à une autre place. L’objectif est de permettre au protagoniste d’aborder la situation sans la charge émotionnelle qui découle de son rôle en dehors de la scène.

Vivre un souvenir d’enfance en se mettant dans le rôle d’un frère, d’un cousin, d’un voisin.. Théâtraliser la perte d’un partenaire dans le rôle d’un spectateur, d’un ami qui voit tout… Tout cela peut amener à se détacher émotionnellement de la situation et à commencer à l’observer plus calmement, plus tranquillement, afin de réfléchir, comprendre et intégrer.

Enfin, le psychodrame est un excellent moyen de parvenir à la catharsis et à un changement de comportement à travers la compréhension de nos propres sentiments. Non seulement il peut être intéressant pour progresser dans l’amélioration des troubles psychologiques. Mais aussi extrêmement utile pour ceux qui souhaitent se découvrir, se décharger émotionnellement. Et se connecter avec des sentiments, des sensations et des pensées auparavant dans l’ombre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels masques portez-vous ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Quels masques portez-vous ?

Quels masques portez-vous ? Découvrez avec nous ces différents masques que nous portons tous au quotidien, et ce qu'ils disent de nous.



  • Mercader, C. (2013). Teoría y técnica del psicodrama. Apuntes de Psicología, 31(3), 321-325.