L'empathie chez les chevaux

L'empathie chez les chevaux a été plus que démontrée dans leurs relations quotidiennes avec les humains. Cependant, nous parlons d'un processus plus complexe qu'il n'y paraît et qui a aussi un grand sens intraspécifique.
L'empathie chez les chevaux

Dernière mise à jour : 14 octobre, 2021

Les équidés sont des animaux qui se sont révélés sensibles aux émotions humaines. En fait, l’empathie chez les chevaux est l’une des caractéristiques les plus étudiées chez ces animaux.

Les chevaux, en tant qu’animaux grégaires et de proie, dépendent fortement de leur groupe pour leur survie. Une tâche qui est plus facile parce qu’ils peuvent communiquer efficacement avec les autres, et reconnaître les émotions en eux est un élément fondamental du processus.

Dans cet article, vous en apprendrez plus sur l’empathie des chevaux et son utilité pour leur vie. Ne passez pas à côté car vous serez surpris de la profondeur de la connexion chez ces animaux.

Empathie chez les chevaux

La capacité empathique joue un rôle fondamental dans le comportement coopératif et social. Jusqu’à il y a quelques années, les éthologues et les psychologues considéraient l’empathie et d’autres processus cognitifs d’ordre supérieur comme le domaine exclusif de la psychologie humaine.

Cependant, au cours de la dernière décennie, les résultats des études scientifiques ont brouillé la frontière entre les humains et les autres animaux. Les études les plus courantes portent sur les primates, mais cela s’est retrouvé chez la plupart des espèces sociales.

L’une des composantes de l’empathie est la contagion émotionnelle. Avec cette dernière, un animal se sent semblable à un autre lorsque celui-ci montre des signes d’émotion. Les chevaux sont sensibles aux émotions des autres, les captent instantanément et se retrouvent conditionnés par ces dernières.

empathie chez les chevaux

Comment s’exprime l’empathie chez les chevaux ?

Les états internes des animaux ne peuvent être étudiés qu’indirectement, par l’observation de leur comportement, puisqu’ils ne peuvent pas les communiquer verbalement. Dans le cas de l’empathie, il existe un certain nombre de comportements que l’on considère comme caractéristiques :

  • Des réflexes émotionnels face à l’expression d’une humeur : les réponses empathiques sont inconscientes et automatiques.
  • Mimétisme moteur.
  • Mouvements synchronisés : regarder un troupeau de chevaux courir en est un excellent exemple. Bien qu’ils soient très nombreux, ils se synchronisent parfaitement pour courir dans différentes directions grâce au langage corporel.
  • Suivi du regard : c’est aussi un indicateur très courant chez les chevaux. Suivre le regard d’un congénère peut faire la différence entre voir le prédateur à temps ou se faire dévorer.

Le mouvement synchronisé et le suivi du regard sont couramment observés chez les chevaux. Cependant, il n’y a toujours pas d’études systématiques de ces modèles moteurs imitatifs.

Empathie et conscience de soi

Empathie et conscience de soi sont indissociables. La première exige que l’animal soit capable de se distinguer de l’autre – qu’il soit conscient de lui-même – car sinon, la contagion des humeurs ne pourrait pas se faire.

On a pu démontrer que les chevaux étaient capables de passer le test du miroir, comme le conclut cette étude de mars 2021. Des chercheurs ont fait des marques sur les joues des chevaux pour voir comment ils réagiraient face au miroir, et les résultats ont été positifs : les chevaux se frottaient la tête contre le miroir pour enlever la tache.

Cheval aux yeux fermés

Valeur adaptative de l’empathie chez les chevaux

En tant qu’animal de proie, le cheval dépend de sa capacité à s’échapper. Leurs prédateurs naturels sont de gros animaux, tels que les pumas, les loups ou les ours, de sorte que leur capacité à fuir dépend en grande partie de leur rapidité à identifier les menaces potentielles.

En conditions de liberté, les chevaux placent une bonne partie de leur sécurité sur les informations qu’ils obtiennent du groupe. Pour tirer le meilleur parti de cette stratégie de survie, ils ont développé une bonne capacité à lire le langage corporel de leurs pairs.

De cette façon, l’empathie aide les chevaux à avoir un temps de réponse réduit face au danger. Grâce à sa contagion émotionnelle rapide et sa lecture du langage corporel, un troupeau peut fuir de manière synchronisée en un instant, sans se piétiner ou s’écraser les uns les autres.

De plus, afin de ne pas passer toute leur vie à fuir, les chevaux ont développé des compétences pour identifier les menaces réelles, comme le démontre une étude publiée dans la revue Nature. Il a été conclu que le ton émotionnel de la communication était un indicateur décisif de danger.

Cette capacité à lire et à ressentir les émotions des autres n’est pas si exclusive aux humains, comme vous avez pu le voir. De plus, si vous avez la chance de tisser un lien avec l’un de ces mammifères, cela vous semblera si évident que vous ne comprendrez pas pourquoi quelqu’un aurait besoin d’une étude scientifique pour le croire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Savez-vous d’où viennent les chevaux?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Savez-vous d’où viennent les chevaux?

Le cheval est un "mammifère périssodactyle domestiqué" de la famille des équidés. C'est un herbivore de grande allure



  • Baciadonna, L., Duepjan, S., Briefer, E. F., Padilla de la Torre, M., & Nawroth, C. (2018). Looking on the Bright Side of Livestock Emotions-the Potential of Their Transmission to Promote Positive Welfare. Frontiers in veterinary science, 5, 218.
  • Smith, A.V., Proops, L., Grounds, K., Wathan, J., Scott, S. K., & McComb K., (2018) Domestic horses (Equus caballus) discriminate between negative and positive human nonverbal vocalisations. Scientific Reports volume 8, Article number: 13052.
  • Górecka-Bruzda, A., Fureix, C., Ouvrard, A., Bourjade, M., and Hausberger, M. (2016). Investigating determinants of yawing in the domestic (Equus caballus) and Przewalski (Equus ferus przewalskii) horses. Science Nature (103): 72.
  • Fry, N. E. (2013). Equine-assisted therapy: An overview. In M. Grassberger, R. A. Sherman, O. S. Gileva, C. M. H. Kim, & K. Y. Mumcuoglu (Eds.), Biotherapy — History, principles and practice: A practical guide to the diagnosis and treatment of disease using living organisms (pp. 255-284). New York, NY, US: Springer Science + Business Media.
  • Baragli, P., Scopa, C., Maglieri, V., & Palagi, E. (2021). If horses had toes: demonstrating mirror self recognition at group level in Equus caballus. Animal Cognition, 1-10.