Les 4 animaux les plus empathiques

Les animaux les plus empathiques qui existent ont démontré cette qualité à l'intérieur et à l'extérieur du laboratoire. Ils montrent une prosocialité et une contagion émotionnelle.
Les 4 animaux les plus empathiques

Dernière mise à jour : 01 octobre, 2021

L’empathie se définit comme la capacité à percevoir, partager ou déduire les sentiments et émotions d’autrui, en prenant comme principe la reconnaissance de l’autre comme similaire. Les animaux les plus empathiques possèdent une série de mécanismes cérébraux qui n’ont pas été retrouvés chez toutes les espèces.

Cependant, dans d’autres taxons, la simple observation du comportement animal conduit nécessairement à un comportement empathique. Il existe un bon volume de littérature destinée à confirmer ou infirmer les hypothèses autour de ce sujet.

Les animaux peuvent-ils ressentir de l’empathie ?

Les chercheurs se posent cette question depuis de nombreuses années, car si certains animaux sont clairement empathiques, d’autres semblent ne pas l’être – et ils n’en ont pas besoin si l’on prend en compte les caractéristiques de leur espèce. L’empathie est une capacité multifactorielle avec deux types principaux :

  • Empathie émotionnelle : c’est la capacité de ressentir les états émotionnels des autres. On l’appelle aussi contagion émotionnelle.
  • Empathie cognitive : capacité à connaître l’état mental des autres.

Les structures cérébrales impliquées dans l’empathie sont le tronc cérébral, l’amygdale, l’hypothalamus, les noyaux gris centraux, l’insula et le cortex préfrontal. Par conséquent, les animaux qui ont ces mêmes structures – ou d’autres analogues – devraient pouvoir faire preuve d’empathie.

L’empathie apparaît comme un processus adaptatif dans les espèces sociales, car c’est l’un des mécanismes les plus sophistiqués de coexistence entre les individus. Sans elle, la cohésion du groupe est impossible à atteindre. De plus, les exigences d’empathie incluent également la conscience de soi et qu’elle soit généralisable aux autres membres de l’association.

Cette projection de la conscience de soi est ce qu’on appelle la théorie de l’esprit. Un bon exemple serait de mettre une chanson spécifique à un ami qui traverse une période difficile parce que nous nous souvenons qu’elle nous a aidés à nous remonter le moral : nous supposons que le même processus se produira dans son esprit que dans le nôtre.

Trois dauphins

Les animaux les plus empathiques

Plus tard, vous avez des espèces qui, en raison de leurs grandes capacités cognitives, ont été les plus étudiées en termes de possession d’empathie. Bien qu’elles ne soient pas les seules, les études qui les traitent sont celles qui montrent les résultats les plus clairs.

1. Dauphins

Le moyen le plus simple d’évaluer l’empathie au niveau de l’observation consiste à adopter des comportements d’aide. Voici quelques preuves assez claires chez les dauphins :

  • Plonger dans des zones où il y a des dauphins est relativement dangereux, mais pas parce qu’ils peuvent vous attaquer : les dauphins savent que les humains ne respirent pas sous l’eau et essaient de sauver les plongeurs en pensant qu’ils se noient. Le changement soudain de pression dû à une remontée trop rapide à la surface peut endommager le corps.
  • Les dauphins défendent d’autres espèces de requins : ces gros poissons sont l’ennemi naturel des dauphins et il existe plusieurs histoires qui racontent comment ils défendent les nageurs des attaques de requins ou servent d’appât pour les éloigner des groupes de baleines.
  • Les dauphins aident leur espèce : lorsqu’un dauphin du groupe est trop faible ou blessé, les autres membres du groupe nagent autour de lui pour le protéger et l’aider à remonter à la surface afin qu’il puisse respirer.

En laboratoire, il a également été possible d’évaluer l’empathie à travers des comportements prosociaux. Dans une étude de 2018, un groupe de dauphins a eu la possibilité d’aider ses semblables à profiter d’une friandise, sans conséquences directes pour eux. Ce qui a été observé, c’est que, dans la plupart des cas, les dauphins l’ont fait.

2. Éléphants

Les éléphants sont connus pour leur émotivité profonde et complexe. La sphère sociale porte un grand poids dès la naissance et leurs liens forts donnent lieu à une grande variété de comportements utiles. Ce type de comportement est également constant.

Par exemple, lorsqu’un veau est piégé dans la boue, tout le troupeau travaille ensemble pour le sortir. Lorsqu’un animal âgé tombe malade, ils restent à ses côtés jusqu’à sa mort. Et, en fait, lorsqu’ils meurent, ils présentent une série de comportements caractéristiques :

  • Ils ne quittent pas le cadavre pendant des jours.
  • Ils le recouvrent de feuilles et de branches : des cas ont été rapportés d’éléphants faisant de même avec des cadavres humains. Bien que cela indique qu’ils ont des rituels funéraires, il n’a pas été possible de le prouver pour le moment.
  • Comme l’a montré une étude de 2014, ils réconfortent leurs pairs en période de stress, à la fois lors du décès d’un être cher et dans d’autres situations.

3. Grands primates

Les grands singes ont plus que prouvé qu’ils étaient parmi les animaux les plus empathiques qui soient. Les chimpanzés, les gorilles, les orangs-outans et les bonobos présentent des comportements utiles et compatissants, et certains d’entre eux vont même plus loin et démontrent des notions de justice.

Le moyen le plus simple de vérifier la contagion émotionnelle chez les primates est, curieusement, de bâiller. Les chimpanzés, par exemple, bâillaient en regardant d’autres de leur espèce le faire en vidéo.

Frans de Waal, dans son livre The Monkey Inside Us (2005), affirme que, tout comme nous ressemblons aux chimpanzés par la bellicosité, nous partageons également le caractère prosocial avec eux et d’autres espèces, comme le bonobo.

4. Rongeurs

Les rongeurs, en particulier les rats et les souris, se sont également révélés expérimentalement empathiques. Les comportements réconfortants sont fréquents lorsque les rongeurs observent des signes de stress chez leurs congénères, par exemple.

La contagion émotionnelle est également fréquente chez eux. Les rats et les souris imitent constamment les états d’excitation et les comportements de leurs congénères et sacrifieront même leur gain personnel pour atténuer la détresse d’un autre homme.

Les études sur les petits rongeurs sont particulièrement utiles pour trouver les bases émotionnelles du comportement humain.

Souris

Ces animaux ne sont pas les seuls à faire preuve d’empathie. Dans toute espèce sociale, des comportements empathiques et prosociaux peuvent être trouvés, car il s’agit d’un mécanisme hautement adaptatif qui assure la survie du groupe. Par conséquent, il est presque possible de s’assurer que nous ne sommes pas les seuls : les animaux peuvent aussi souffrir pour les autres.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 stratégies pour améliorer l’empathie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 stratégies pour améliorer l’empathie

Savez-vous comment améliorer l'empathie ? Nous vous expliquons les étapes à suivre pour accepter et respecter les autres.



  • de Waal, F. B. (2007). Do animals feel empathy?. Scientific American Mind, 18(6), 28-35.
  • Pérez-Manrique, A. & Gomila, A.“False belief attribution in bottlenose dolphins (Tursiops truncatus) using a novel paradigm”. Oral presentation. Behaviour 2015. 9–14 August 2015. Cairns, Australia.
  • Kuczaj, S., Tranel, K., Trone, M., & Hill, H. (2001). Are animals capable of deception or empathy? Implications for animal consciousness and animal welfare. Animal Welfare10(1), 161-173.
  • Nakahara, F., Komaba, M., Sato, R., Ikeda, H., Komaba, K., & Kawakubo, A. (2017). Spontaneous prosocial choice by captive bottlenose dolphins, Tursiops truncatus. Behavioural processes135, 8-11.
  • Plotnik, J. M., & de Waal, F. B. (2014). Asian elephants (Elephas maximus) reassure others in distress. PeerJ2, e278.
  • Amici, F., Aureli, F., & Call, J. (2014). Response facilitation in the four great apes: is there a role for empathy?. Primates55(1), 113-118.