7 clés pour ne pas oublier les tâches en attente

L'oubli est un phénomène courant qui joue souvent contre nous. Maintenant, que pouvons-nous faire pour ne pas oublier les tâches en attente ?
7 clés pour ne pas oublier les tâches en attente

Dernière mise à jour : 24 avril, 2022

Notre cerveau est un réseau complexe d’interconnexions neuronales qui nous permet de mener à bien des tâches très complexes. Grâce à lui, nous pouvons acquérir et développer de nouvelles connaissances, apprendre un nouvel art ou construire des machines qui nous emmènent sur la lune. Cependant, son fonctionnement n’est pas parfait, et il commet parfois des erreurs qui peuvent nous coûter très cher.

Cette fonctionnalité paradoxale de notre esprit nous amène à nous demander pourquoi nous oublions et ce que nous pouvons faire pour ne pas oublier les tâches en attente que nous avons. Dans cet article nous passerons brièvement en revue les causes de l’oubli et nous parlerons de 7 clés pour ne pas oublier les tâches à accomplir.

L’oubli

Plusieurs facteurs interviennent dans l’oubli à la suite de changements dans le monde qui nous entoure ou en nous. Au sein de ces changements, la mémoire peut être affaiblie par le passage du temps, les changements contextuels et les interférences.

Le passage du temps

Le temps qui passe est l’un des facteurs qui affecte le plus notre mémoire. Si nous examinons notre expérience quotidienne, nous pouvons confirmer que l’information s’oublie si nous ne la revoyons pas. Les traces de la plupart des souvenirs s’estompent avec le temps.

Baddeley, Eysenck et Anderson (2010) affirment que la cause de l’oubli à travers le temps résulte du fait que les traces mnésiques s’affaiblissent. Cette idée d’affaiblissement au fil du temps est connue sous le nom de “décroissance de l’empreinte”. Cette explication n’a pas encore été prouvée et n’est pas exempte de critiques. Elle n’est donc pas considérée comme une cause en soi, mais est associée à deux autres facteurs : les fluctuations contextuelles et les interférences.

tâches

Changements contextuels

Des fluctuations ou des changements contextuels peuvent rendre l’oubli plus probable lorsque le contexte de recherche d’informations ne correspond pas au contexte dans lequel les informations ont été encodées.

Cette courbe d’oubli repose sur le fait que les scénarios changent avec le temps. De sorte que le contexte de récupération et d’encodage finissent par être très différents, ce qui ne facilite pas la récupération de la mémoire.

Ingérence

L’explication de l’interférence suggère que les expériences s’accumulent et que de nouveaux souvenirs se configurent. Ceci qui rend difficile l’accès aux informations qui ont été stockées. Plus les informations sont similaires, plus il est probable que des interférences se produiront.

À la suite d’interférences, les informations de la mémoire à long terme peuvent être confondues ou combinées avec d’autres informations lors de l’encodage, déformant ou interrompant les mémoires (McLeod, 2008). Cette interférence peut être de deux types : rétroactive (la nouvelle information interfère avec la mémoire de l’ancienne) ou proactive (l’ancienne information interfère avec la mémoire de la nouvelle).

Comment ne pas oublier les tâches en attente

Sur la base des explications que nous avons brièvement examinées et sur d’autres idées, nous avons développé 7 clés pour ne pas oublier les tâches qui nous attendent.

1. Écrire les tâches 

Nous avons vu que la mémoire s’affaiblit avec le temps. Connaissant cette caractéristique de notre système cognitif, nous devons l’aider. Pour cela nous pouvons noter dans un agenda ou sur un post-it la tâche que nous devons réaliser. L’écriture ne nous aide pas seulement à mémoriser. Elle facilite également la consolidation de l’information, car nous la révisons au moment de la rédiger.

2. Se détendre

Des niveaux élevés de stress peuvent affecter négativement les opérations cognitives impliquées dans la formation de souvenirs explicites (Sandi, 2012).

Nous sommes parfois tellement saturés de tant de choses à faire que nous sommes stressés et ne laissons pas au cerveau le temps de traiter et d’encoder les informations dont nous voulons nous souvenir plus tard. Par conséquent, prendre quelques secondes pour se détendre, respirer et faire une pause peut être bénéfique pour ne pas oublier les tâches en attente.

3. Utiliser les émotions

Les êtres humains ont tendance à mieux se souvenir des événements qui ont été imprégnés d’émotions intenses. Diverses études montrent en effet que les événements émotionnels sont mieux mémorisés que les événements neutres. Ainsi, nous savons que l’excitation émotionnelle influence positivement et affecte les performances de la mémoire à long terme (Cahill et McGaugh, 1995 ; Bradley et al., 1992).

Sur la base de ce qui précède, si nous augmentons la probabilité de se souvenir des tâches en attente, nous pouvons les associer à une émotion (de préférence agréable) associée à la tâche, de manière à faciliter leur consolidation dans la mémoire. Pour cela, nous pouvons réfléchir à ce que nous voulons réaliser et le relier à la tâche. Par exemple, si je dois faire un devoir de maths, je peux le relier à mon désir d’obtenir mon diplôme et aux émotions agréables que je ressentirai à ce moment-là.

4. Organiser nos tâches

Nous avons vu que des informations similaires ont tendance à produire des interférences. Par conséquent, lors de l’organisation de notre calendrier de tâches, nous devons essayer, dans la mesure du possible, de ne pas planifier deux tâches identiques pour le même jour, car elles peuvent interférer l’une avec l’autre lorsque nous essayons de nous en souvenir.

5. Utiliser plusieurs clés

Une autre clé pour ne pas oublier les tâches en attente est de créer plusieurs clés de récupération. Mais celles-ci doivent être importantes ou significatives pour nous. “La récupération dépend du nombre et de la qualité des clés disponibles lors du rappel. Lorsque des clés non pertinentes sont utilisées, la récupération peut échouer. Elle peut également échouer lorsqu’une clé précédemment pertinente change au fil du temps » (Baddeley, Eysenck & Anderson, 2010, p. 229).

Pour y parvenir, nous pouvons définir une alarme pour nous rappeler la tâche, écrire une note et la coller dans un endroit visible, demander à quelqu’un de nous aider à nous souvenir le moment venu, etc.

6. Bien dormir

Afin de ne pas oublier une tâche en attente, il est nécessaire d’avoir bien encodé et stocké les informations. Il est nécessaire de consolider l’instruction pour pouvoir plus tard s’en souvenir. Dans ce processus de consolidation, il existe un facteur qui peut beaucoup nous aider : le sommeil.

Une enquête de Diekelmann et al. (2013) permit de découvrir que le sommeil peut être bénéfique pour la mémoire prospective, c’est-à-dire se souvenir de faire quelque chose (composante prospective) et se rappeler quoi faire (composante rétrospective). Une bonne clé pour ne pas oublier une tâche en attente est donc de bien dormir.

tâches

7. Encoder et récupérer au même endroit

Nous savons que l’information est plus facilement mémorisée lorsque les signaux présents lors de l’encodage sont également présents lorsque l’information est récupérée (Tulving, 1974). Sur la base de ce postulat, une clé pour ne pas oublier les tâches en attente est d’essayer de les mémoriser là où nous les avons encodées.

Par exemple, si j’ai un devoir à remettre à l’université dans les trois jours, le mieux que je puisse faire est d’enregistrer cette information (“Je dois remettre un travail dans trois jours”) dans ma chambre, où j’étudie et passe la plupart de le temps. Je vais donc encoder les informations au même endroit où j’ai l’intention de les récupérer.

Ce ne serait pas très pratique d’essayer de stocker de telles informations pendant que je voyage dans le bus, car ce n’est pas l’endroit où je veux les récupérer. L’objectif est que le contexte où j’encode ou stocke soit le même que celui où je considère qu’il est plus pertinent de se souvenir. Donc, si jamais vous pouvez choisir, mieux vaut passer un examen dans la même classe où l’on vous enseigna.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Que sont les parapraxies ? Types et exemples de distorsions de mémoire
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Que sont les parapraxies ? Types et exemples de distorsions de mémoire

Nous vous invitons ici à découvrir en quoi consistent les parapraxies, quelles sont les plus fréquentes et celles que vous connaissez peut-être.



  • Baddeley, A., Eysenck, M. y Anderson, M. (2010). Alianza Editorial.
  • Bradley, M. M., Greenwald, M. K., Petry, M. C., & Lang, P. J. (1992). Remembering pictures: pleasure and arousal in memory. Journal of experimental psychology: Learning, Memory, and Cognition18(2), 379.
  • Cahill, L., y McGaugh, J. L. (1995). A novel demonstration of enhanced memory associated with emotional arousal. Consciousness and cognition4(4), 410-421. https://doi.org/10.1006/ccog.1995.1048
  • Diekelmann, S., Wilhelm, I., Wagner, U., y Born, J. (2013). Sleep improves prospective remembering by facilitating spontaneous-associative retrieval processes. PloS one8(10), e77621. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0077621
  • McLeod, S. A. (2008, December 14).Forgetting. Simply Psychology. simplypsychology.org/forgetting.html
  • Sandi, C. (2012). Influencia del estrés sobre las capacidades cognitivas. Ministerio de Educación.
  • Tulving, E. (1974). Cue-dependent forgettingAmerican Scientist, 62, 74-82. https://www.rotman-baycrest.on.ca/files/publicationmodule/@random45f5724eba2f8/AmerSci74_62.pdf

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.