Les 6 principales théories sur le développement

· 2 janvier 2018

La psychologie du développement se charge de l’étude de l’être humain tout au long de ses étapes vitales. Elle étudie comment la cognition se développe et comment le comportement change au fur et à mesure du développement humain. C’est une discipline intéressante qui apporte une multitude de connaissance dans le champ de la psychologie appliquée et, pour réussir à la comprendre et à ne pas nous perdre en chemin, nous allons décrire les six principales théories sur le développement.

Parmi les données dont nous bénéficions actuellement, certaines peuvent sembler un peu obsolètes. Cependant, leur exposition et compréhension sont fondamentales pour expliquer les avancées qui ont été faites au niveau de la psychologie du développement lors de ces dernières décennies. Ces six théories sur le développement, dont nous allons parler dès maintenant en empruntant une perspective évolutive, sont la Gestalt, la psychanalyse, le comportementalisme, la psychologie cognitive, Piaget et Vygotski.

Théories sur le développement

La psychologie de la Gestalt (psychologie de la forme)

La psychologie de la Gestalt fut l’un des premiers courants scientifiques à surgir dans la psychologie. Aujourd’hui, ses connaissances ont été assimilées mais son approche dans l’étude de la perception a, sans aucun doute, été révolutionnaire. Par ailleurs, même si les psychologues reliés à elle sont moins connus dans l’étude du développement, il faut souligner qu’ils ont été très importants dans ce domaine.

deux profils de personnes

La Gestalt affirme que, pour connaître, nous nous servons d’une série de structures. Des structures qui auraient une base physique et imposeraient leurs qualités à tout ce qui a trait à notre développement. Nous pourrions aussi les définir comme des totalités complexes, produits de la décomposition des unités complexes. Compliqué? Nous allons voir si nous pouvons l’expliquer un peu mieux.

Ce que la Gestalt nous dit à propos du développement est qu’il se base sur des structures d’origine biologique que nous apprenons petit à petit à utiliser au fur et à mesure que nous grandissons. Par conséquent, il n’y aurait pas de « développement » à partir d’une genèse et de stades évolutifs, seulement une découverte progressive des capacités du cerveau. La recherche actuelle nous montre que cela n’est pas vrai et qu’il existe  réellement une genèse et une évolution dans les processus cognitifs.

La psychanalyse

La psychanalyse est un courant dont le père est irréfutable: Sigmund Freud. Cette approche se concentre sur les impulsions inconscientes et leurs effets sur notre comportement. Si cette branche pèche par sa méthode peu scientifique et si ses postulats manquent de principe de parcimonieelle a eu un grand impact dans l’étude du développement et ses théories ont supposé une révolution par rapport à la conception que l’on avait de l’enfance et de l’adolescence sur le plan psychologique.

Par rapport au développement, on considère que celui-ci se produit parce que l’enfant a besoin de satisfaire une série de besoins à chaque étape évolutive. Par conséquent, on classifie le développement à partir d’une série de stades, en fonction de la façon dont on établit la satisfaction de cette série de besoins. La psychanalyse a aussi souligné l’importance de la sexualité à toutes les étapes de notre développement, même les premières.

Le comportementalisme

Courant qui est né en réponse à la très légère attitude scientifique de la psychanalyse. Il est extrêmement positiviste. Tout ce qui ne peut pas être mesuré directement, pour ce courant, reste en-dehors du champ de la psychologie. Par conséquent, seule la relation entre les stimuli perçus et le comportement manifeste qu’ils déclenchaient a été étudiée, en ignorant toute variable intermédiaire qui ne pouvait pas être mesurée.

Pour les comportementalistes, le développement ne se comprend qu’avec les différents types d’apprentissage qui sont considérés dans ce champ. L’enfant naît avec une série de réponses inconditionnées et innées, qu’il associe à d’autres stimuli à travers l’expérience. Une multitude de comportements complexes sont générés à partir de processus très simples. Le problème de cette théorie sur le développement est qu’elle peut être trop réductionniste.

pavlov

La psychologie cognitive

Elle a surgi en réaction au comportementalisme et se charge d’étudier les processus internes qui peuvent intervenir entre un stimulus déterminé et un certain comportement. C’est là que naissent les perspectives informatiques et connexionnistes du cerveau humain. Aujourd’hui, la psychologie cognitive est le point de vue qui bénéficie d’un appui maximal, surtout en Europe.

Par rapport à l’étude du développement, la psychologie cognitive affirme que le sujet élabore des informations qui construisent des représentations internes de la réalité du monde. Ce point de vue se rapproche de Piaget et Vigotsky en raison de ce principe constructiviste. Cependant, il s’éloigne d’eux pour se rapprocher du comportementalisme lorsqu’il définit les processus comme étant associatifs.

Jean Piaget

Piaget est l’une des grandes références au niveau des théories sur le développement. On le considère comme l’un des pères du constructivisme. Il part de l’idée selon laquelle l’enfant construit son monde ; sa manière de le construire va se faire en fonction des problèmes qu’il rencontre. Sa théorie sur le développement se centre sur la formation des connaissances.

À travers son point de vue constructiviste, il a élaboré une théorie qui divisait le développement en une série de stades. Ces stades sont universels et tous les sujets les traverseraient à des âges similaires. Si vous voulez en savoir plus sur la théorie de Piaget et ses stades, vous pouvez consulter le lien suivant.

cerveau d'un enfant

Lev Vygotski

Une autre grande référence au niveau des théories sur le développement. Tout comme Piaget, il a pensé au développement avec une perspective constructiviste. Cependant, même s’ils coïncident au niveau du point de vue, ils ont fixé leur attention sur des points distincts; tandis que Piaget se concentrait sur la façon dont l’individu interagit dans son milieu, Vygotski s’est centré sur les effets culturels et sociaux qui influaient sur le développement.

Pour Vygotski, le développement est indissociable de l’environnement social car ce sont la culture et la société qui transmettent les formes de comportement et d’organisation de la connaissance. Il ne s’agit pas d’un processus de copiage et de collage : l’enfant construit sa réalité à partir de ce que lui dit la société. On connaît ce postulat théorique sous le nom de socio-constructivisme.

C’est un paradigme intéressant qui offre de nombreuses possibilités. Même si beaucoup de personnes considèrent la pensée de Vygotski comme opposée à celle de Piaget, ces deux figures peuvent, en réalité, se réconcilier facilement. Mais pour cela, nous devons adopter une perspective plus large, qui agirait à partir de différents niveaux et différentes formes de recherche.