5 phrases de Mariela Michelena sur les relations

· 16 février 2018

Mariela Michelena est une psycho-analyste spécialisée dans les relations de couple. Dans ses livres, elle nous montre comment vit une personne avec dépendance émotionnelle, la manière erronée et toxique dans laquelle peut se développer ce type de relations et tous les problèmes qui naissent de cette façon de vivre des relations. Son intention est d’apporter un éclairage sur les relations de couple, pour cela nous allons évoquer quelques-unes des phrases de Mariela Michelena les plus significatives sur ce thème.

Bien que les années passent et que nous avancions, il semblerait que nous soyons restés coincés dans une sorte de série d’illusions, d’expectatives et de pas à suivre erronés qui dérivent des relations de couple désastreuses. Dans ce domaine de la relation de couple, il semblerait que nous continuions de trébucher sur la même pierre. Peut-être que ces phrases de Mariela Michelena nous permettrons une fois pour toutes de laisser derrière nous nos vieilles croyances et d’en adopter d’autres plus saines.

« La vieille formule d’interrogation de la marguerite : m’aimes-tu, ne m’aimes-tu pas ? Est une formule trompeuse. Pour que les réponses de la marguerite soient fiables, vous devez poser des questions plus complexes, me veux-tu comme je mérite d’être aimé ? »

-Mariela Michelena dans son livre Les femmes mal-aimées-

1) « La souffrance par amour est gratuite »

C’est l’une des premières phrases de Mariela Michelena, très forte et qui signale la facilité que nous avons à nous mettre en situation de souffrance. Une souffrance qui parfois est évitable et qui parfois ne l’est pas de sorte que dans ce dernier cas nous gagnons lorsque nous sommes intelligents dans la gestion de cette douleur interne. La souffrance peut apparaître pour ne pas avoir d’enfant ou pour ne pas obtenir ce que nous nécessitons pour vivre ou les ou pour ne pas recevoir les ressources sur lesquelles nous comptons.

En revanche, lorsque nous parlons de la souffrance par amour, nous faisons référence au fait de ne pas aimer ou ne pas être bien aimé. On ne nous respecte pas ? Sommes-nous avec notre partenaire par peur de la solitude ? dans ces cas, nous souffrons par amour, un amour qui n’est pas sain.

Lorsque nous souffrons par amour, nous ne recevrons rien en échange, même si nous le créons. « Si je me soumets, il restera avec moi, si je ne dis pas ce que je pense, il ne me laisser pas ». Ces pensées rendent la relation toxique et font adopter des attitudes nocives qui vont à l’encontre de notre propre personne. Bien que nous en pensions le contraire, cela n’en vaut pas la peine…

couple

2) « Nous convertissons un quelconque crapaud qui nous passe devant en prince charmant »

La seconde des phrases de Mariel Michelena que nous avons choisie évoque cette éternelle recherche du prince charmant. Une recherche qui ne termine pas très bien, car en raison de la frustration que nous avons d’attendre quelque chose qui n’arrive pas, nous finissons par convertir un quelconque crapaud en un prince charmant. Nous réalisons cela jusqu’à ce qu’un jour, nous soyons capables de quitter enfin ce voile que nous avons devant les yeux afin de découvrir la véritable réalité. Nous nous sentons donc trompés par l’autre, lorsque l’idéalisation fut la nôtre.

De nombreuses personnes n’attendent pas de trouver quelqu’un qui leur plaise vraiment. D’autres commencent à avoir des illusions et des expectatives dès les premières salutations. La précipitation n’est jamais une bonne amie et encore moins en matière de relations. C’est donc là que nous devrions prendre conscience de ce que nous aimons, de ce que nous recherchons et ouvrir les yeux pour voir si la personne que nous avons en face correspond à l’image que nous avons d’elle.

« Tandis que l’amour s’embellit et s’encombre, l’amoureux devient plus dépendant et appauvri. »

-Mariela Michelena-

3) « Un homme n’est pas un bébé »

De nombreuses personnes traitent leur partenaire comme s’ils étaient des enfants ou des bébés. La femme dans ce cas, agit comme une mère et traite son partenaire comme s’il était son bébé. Le cercle se ferme lorsque le « bébé » lui apporte un amour inconditionnel.

L’amour inconditionnel est un amour sans conditions pour lequel Mariela Michelena affirme que « ceux qui aiment d’un amour inconditionnel le font car ils en on envie et car dans leurs amours, ce sont eux qui commandent ». Il n’existe pas de besoin de réciprocité, ils se suffisent à eux-mêmes. C’est un amour que nous pouvons apporter à un enfant, mais pas à un partenaire.

Si nous analysons la situation, nous nous rendrons compte que le fait d’aimer un homme comme s’il était un bébé revient à aimer une illusion, quelque chose qui existe uniquement dans notre esprit. Si nous ouvrons les yeux, nous nous rendrons compte du fait que ce bébé a une barbe, est un adulte et est autosuffisant. Lui apporter un amour inconditionnel revient à lui donner un pouvoir énorme qui peut faire beaucoup de mal. En fait, c’est une preuve du peu d’amour que nous éprouvons envers nous-mêmes.

réciprocité

4) « La passion pour toute la vie ? Il y a des gens qui peuvent l’avoir, mais ce n’est pas la majorité des cas »

Mariela Michelena nous avertit sur la croyance du fait que si nous avons trouvé l’amour véritable, la passion ne disparaitra jamais. Cela n’est pas la réalité, en raison de la cohabitation, de la routine, des problèmes… En définitive, l’amour en soit ne permettra pas à la passion d’être toujours au même niveau. Nous l’alimentons avec nos actes, nos attentions, nos engagements…

Bien que certains couples puissent disposer d’une passion durable, il est « normal » que la passion nécessite d’être entretenue pour se maintenir. Si nous, il est parfois possible qu’elle disparaisse, en causant ainsi la frustration du couple.

« Nous exigeons à la vie des choses qu’elle n’a pas à nous donner, un bonheur auquel nous-mêmes n’avons pas à être condamnés. »

-Mariela Michelena-

5) « Par amour, les femmes sont capables de s’immoler »

La dernière phrase de Mariela Michelena est extrêmement importante pour nous rendre compte que les limites de l’amour, de ce que nous apportons et offrons, sont décidées par nous-mêmes. Dans toutes les relations de couple, nous devrions avoir des limites claires. Des choses que sous aucun prétexte nous ne tolérerions, des choses qui seraient le déclencheur de la préparation de nos valises et de notre départ.

Pour chaque personne, ce débordement est différent. Par exemple, il y aura des personnes qui ne tolèrent pas l’infidélité. Pour d’autre, en fonction de la manière dont se produira celle-ci (aventure d’un soir, relation parallèle, multiples infidélités), la tolérance appliquée sera plus ou moins importante. L’important est que nous établissions tous ces limites. Les mettre de côté est à l’encontre de nos valeurs et c’est quelque chose qui se retournera plus tard contre nous.

s'investir dans une relation

En revanche, il paraîtrait que nous soyons capables d’oublier tout cela en entrant dans une relation. Nous sommes capables de frôler l’inimaginable, les plus grandes folies afin de maintenir quelque chose qui se maintiendra peut-être. Cela signifie-t-il que nous n’avons pas de limites ? Avons-nous si peu de valeurs ?

L’astuce pour ne pas tomber dans une relation qui nous détruit est de prendre soin de notre propre estime de nous-mêmes et de ne pas empiéter sur les limites que nous avons établies en accord avec nos valeurs. Mais, surtout nous devons apprendre à nous éloigner des croyances et expectatives qui favorisent l’idéalisation de l’autre. Ces phrases de Mariela Michelena vous ont-elles plus ? Avec laquelle seriez-vous le plus en accord ?