5 considérations que toute personne âgée mérite

4 juillet 2017 dans Psychologie 365 Partagés

L’intolérance face à la vieillesse est un autre des maux contemporains qui a été installé dans le monde, de manière graduelle et sans que l’on sache bien quand cela a commencé. De sources de sagesse, les personnes âgées sont devenues des êtres avec qui on ne sait pas tellement quoi faire. Lorsqu’on dépasse un certain âge, beaucoup affrontent le rejet, l’oubli ou le mépris.

L’idéal contemporain se concentre sur la jeunesse comme source de bien-être. Même si c’est faux, beaucoup y croient quand même et agissent en conséquence. La force physique est devenue un porte-bonheur. Une personne âgée n’a pas sa place dans cette équation et sa vulnérabilité n’est pas quelque chose auquel on veut faire face.

« Les premières quarante années de vie nous donnent le texte ; les trente suivantes, le commentaire. »

-Arthur Schopenhauer-

Les personnes les plus fragiles sont souvent reléguées au second plan. C’est ce qui arrive avec les enfants et les malades, entre autres. Les adultes jeunes, sain-e-s, fort-e-s et en pleine capacité de tout leur potentiel, avancent toujours à la recherche de quelqu’un pour déléguer leur attention et les soins aux autres, qui sont normalement de leur responsabilité. Qu’il s’agisse de leurs propres enfants, ou de leurs parents ou proches, on dirait qu’ils n’ont jamais de temps pour eux.

C’est pour cela que nous vous conseillons cet article, car il va vous donner 5 considérations à prendre en compte si vous vous sentez dépassé-e par les événements.

N’essayez pas de changer une personne âgée

En soi, essayer de changer quelqu’un, c’est lui manquer de respect. Qui vous dit que vous avez raison, que vous possédez la vérité ou que vous avez les facultés à faire une telle chose ? Il n’y a que celleux qui se croient mieux que les autres qui essaient de les changer. Et le concept de « mieux » ou « pire » est extrêmement relatif et dangereux dès lors qu’on l’utilise pour qualifier les autres en comparaison avec soi-même.

Toute personne âgée a déjà fait face à de nombreuses situations. Elle a formé ses propres avis, à propos ou pas. Elle a acquis ses propres habitudes, goûts et manières de faire. Personne n’a le droit d’essayer de la convaincre de ce qu’elle doit penser ou faire. Et de fait, il est très probable que même si l’on essaie, on n’y arrive pas du tout. Accepter cela permet d’éviter des moments inutiles.

N’entrez pas dans des disputes avec elles

Peut-être que votre père ou votre grand-père sont convaincus de quelque chose qui vous semble absurde. Leurs croyances religieuses ou politiques sont peut-être complètement différentes des vôtres. Les personnes âgées, de bonne foi, veulent parfois essayer de vous convaincre qu’ils ont raison.

N’oubliez pas qu’une personne âgée a amassé une grande expérience, qu’il ne faut ni mépriser, ni négliger. Si elle pense comme elle pense, ce n’est pas le fruit du hasard, mais d’expériences et de connaissances acquises. Ce n’est pas une bonne idée de vous plonger dans des disputes pour qu’elles comprennent votre point de vue. Offrez-leur une écoute affectueuse et respectueuse : elles la méritent.

Soutenez-les dans leurs intérêts et leurs loisirs

Souvent, les personnes âgées se montrent timides ou craintives envers leurs propres intérêts ou loisirs. Aujourd’hui, leur parole n’est pas très écoutée, à moins qu’elles occupent des postes de pouvoir. Même si beaucoup se montrent ennuyé-e-s ou apathiques, il en existe beaucoup d’autres qui sentent qu’elles ont des messages importants à transmettre.

Cela peut être la lecture, le jardin ou même le sport. C’est génial de découvrir ces intérêts orphelins. Et si vous les connaissez, ou que vous en avez pris connaissance, cela vaut la peine de soutenir cette personne pour qu’elle développe davantage cet intérêt. Dans la vie, un loisir ou un intérêt peut être un baume extraordinaire.

Acceptez leurs limites physiques et cognitives sans les critiquer

On dit qu’il y a un test que nous devrions tous faire. Se boucher les oreilles avec du coton, s’appliquer de la vaseline sur les yeux et accrocher deux briques à ses pieds. Ensuite, essayez de vivre ainsi pendant une heure. De cette manière, vous saurez comment se sent une personne âgée. Peut-être que vous apprendrez ainsi à être plus tolérant-e envers les limites de ces personnes.

Si vous vous promenez avec une personne âgée, marchez à son rythme et ne lui demandez pas plus que ce qu’elle peut donner. Si elle ne vous entend pas quand vous parlez, efforcez-vous de parler plus fort et plus clairement, au lieu de la récriminer. Écoutez ses plaintes concernant sa santé sans vous offusquer et traitez-la comme vous aimeriez que l’on vous traite à cet âge.

Passez ses manies sous silence

Certaines personnes âgées peuvent être assez capricieuses et têtues. Elles peuvent même être espiègles et pleines de défis. En vérité, il y a un moment où elles recommencent à se comporter comme des enfants. Et au milieu de cet infantilisme tardif, il y en a certaines qui développent des comportements extravagants.

Souvenez-vous que derrière la manière d’agir d’une personne, il y a une raison. Elles vivent des changements très grands et se confrontent à l’idée qu’elles font mourir dans quelques années. Leurs obstinations et caprices les aident à compenser leur sentiment de vulnérabilité ou de peur. Ne donnez pas à ces comportements plus d’importance que nécessaire.

Les parents ou grands-parents sont des sources de sagesse, même s’ils n’ont pas appris à lire et à écrire. Les écouter et passer du temps avec eux peut nourrir votre cœur de manière surprenante. Accueillir leur vulnérabilité fait de vous une meilleure personne et donne à votre vie un sens plus profond.

Lisez aussi : L’ombre de la vieillesse arrive lorsque la lumière de la curiosité s’éteint

A découvrir aussi