Dis-moi comment tu fais preuve d’autorité, je te dirai comment grandiront tes enfants

· 2 juillet 2017

L’éducation des enfants est devenue un sujet très compliqué, car les théories qui prétendent détenir des solutions universelles sont de plus en plus nombreuses. Pour autant, nous ne venons pas au monde avec qui nous explique comment être des bons parents. Il existe bien évidemment certains critères généraux que l’on peut dégager sans se tromper. Au premier rang d’entre eux, on retrouve la manière dont les parents font preuve d’autorité face à leurs enfants. Même si ce concept a énormément évolué ces dernières années, il n’a pas disparu pour autant.

Auparavant, l’autorité parentale était bien plus présente qu’aujourd’hui. Dans la plupart des cas, les enfants obéissaient à leurs parents simplement parce qu’ils le devaient. Point. Il s’agissait d’un autoritarisme absolu, où l’enfant respectait les règles par crainte des représailles. Ainsi, pour se faire respecter, les parents utilisaient un éventail de sanctions pour punir les manquements de leurs progénitures, allant des menaces jusqu’aux châtiments corporels. La violence physique faisait partie intégrante de cette forme d’éducation.

L’unique loi de l’autorité est l’amour. »

-José Martí-

De nos jours, la situation est peu à peu en train de s’inverser. De nombreuses voix s’élèvent pour critiquer le manque d’autorité des parents. Ils seraient de moins en moins respectés par leurs enfants et ils rechigneraient à imposer leurs règles. Nous sommes arrivé-e-s à un point tel que nous parlons de parents maltraités ou d’enfants despotes.

L’autorité et l’éducation des enfants

Les règles sont importantes pour acquérir des responsabilités et pour limiter l’arbitraire. Les limites apportent de la stabilité dans nos relations sociales. Ce sont les parents, ou plus généralement les adultes, qui sont en charge des enfants qui doivent les faire respecter. La plupart d’entre eux ne le font pas, par simple négligence, ou par conviction. Imposer des limites exige un effort important, qui en rebute certain-e-s.

Les enfants sont souvent capricieux. Voilà pourquoi il est important de leur faire comprendre qu’ils ne peuvent pas faire tout ce dont ils ont envie, que les choses s’obtiennent par l’effort et par le travail. Que parfois, même en y mettant du cœur, les choses que nous désirons nous échappent. Plus l’enfant est jeune, plus nous devons lui imposer des règles. Il est un enfant qui est encadré par un adulte, et il doit l’accepter. Il ne faut pas lui imposer sans sommation, mais lui expliquer le bien-fondé de cette répartition des rôles.

Lorsque l’enfant grandit, il est possible d’entrer dans un dialogue constructif avec lui. C’est le moment idéal pour analyser les règles auxquelles il doit se conformer, pour lui faire comprendre que certaines d’entre elles ne sont pas négociables. La famille doit avancer au rythme dicté par les parents, qui en assurent l’entière responsabilité. Tout simplement parce qu’ils sont adultes. Car si l’enfant veut changer les choses, il doit se comporter en adulte et devenir, en premier lieu, responsable de lui-même.

Établir et maintenir n’importe quelle forme d’autorité est source de conflits. Les enfants sont des adultes en formation, qui n’ont pas intégré toutes les dimensions de l’existence. Ils cherchent seulement à faire ce qui leur produit de la satisfaction. Les limites imposées par leurs parents provoquent en eux de la frustration et les poussent parfois à se mettre dans des colères noires. Certains parents fatiguent vite face à ces batailles compliquées, ils s’avouent rapidement vaincus. Mais c’est à peu près tout le contraire de ce qu’ils doivent faire. Essayer de retrouver son autorité après l’avoir perdue est une tâche extrêmement compliquée.

Le laxisme à outrance et ses effets néfastes

L’absence d’un modèle d’autorité cohérent peut impacter négativement la vie de n’importe quel être humain. En règle générale, les enfants élevés dans ce cadre deviennent des adultes anxieux et peu sûrs d’eux. Lorsque les parents ne fixent pas de limites, ou ne les respectent pas eux-mêmes, l’enfant a l’impression de marcher sur un sol instable. Il ne dispose d’aucune référence pour interpréter le monde qui l’entoure, quand bien même son intention serait de le remettre en question.

Même si certains parents le font avec les meilleures intentions du monde, ne tombez jamais dans le piège du laxisme à outrance, qui peut faire le plus grand mal à vos enfants. Cette méthode éducative est souvent perçue comme permettant d’éviter la transmission des angoisses des parents aux enfants, de ne pas stresser les enfants en les responsabilisant trop tôt. Mais elle est fondée sur une conception erronée de la liberté. De ce manque d’autorité peuvent naître des enfants têtus, indolents et pleins de préjugés.

Le plus grave dans tout cela est ce qui leur arriver à l’âge adulte. Ils n’auront absolument pas les bons outils pour faire face à une réalité dans laquelle limite et impossibilité sont des maîtres-mots. Ils n’auront pas les forces qu’exigent les plus grandes difficultés de la vie. Ils vivront dans la frustration car rien n’ira exactement comme ils le désirent et qu’ils ne sauront pas gérer cette inadéquation entre leur volonté et le monde qui les entoure.

L’affection et la complicité, deux conditions indispensables à l’autorité

Tenter d’exercer une autorité sans la mâtiner d’affection et de complicité relèverait davantage d’un ordre tyrannique que d’une velléité pédagogique. Un père ou une mère qui ne pénètreraient dans la vie de leurs enfants que lorsqu’il est l’heure de donner des ordres ou d’exiger des choses se tromperaient. Ce comportement relève d’une volonté de pouvoir, de soumission de l’autre. Il ne s’agit à aucun moment de la juste autorité nécessaire à toute bonne éducation.

Il est très important que les parents consacrent du temps à leurs enfants. Pour leur parler, pour jouer avec eux, pour apprendre à les connaître et pour révéler leur personnalité. Lorsqu’un enfant sent que ses parents l’aiment, il est bien plus disposé à accepter leur autorité. Il comprendra bien vite qu’il ne s’agit en rien de l’imposition d’un pouvoir arbitraire, mais davantage d’une ligne de conduite à suivre pour réussir dans la vie.

Les enfants qui grandissent sans parents ou sans autorité ne deviennent pas des adultes stables. Ils ont la fâcheuse tendance de penser qu’ils ont toujours raison et essayent de se servir des autres à leur convenance. Il est difficile pour eux d’assumer des responsabilités importantes et de faire face à des problèmes complexes. Leur confiance en eux n’a pas eu le temps de s’épanouir. Dans les cas les plus graves, ils peuvent franchir la ligne jaune imposée par la vie en société et sombrer dans des comportements délictuels.

 

Images de Rafael Duarte