4 enseignements du Tao pour gérer les personnes difficiles

12 février 2018 dans Développement personnel 873 Partagés

Dans les enseignements du Tao, se trouvent aussi ces sages conseils pouvant nous aider à gérer les personnes difficiles, ces présences qui nous volent notre énergie et qui souvent mettent des barrières sur notre chemin. Selon les principes de Lao-Tse, dans ces cas-là, la meilleure des choses à faire consiste à rester sereins, à se vider des émotions négatives et à ôter tout pouvoir à ceux qui aiment nous agacer.

Si nous jetons un oeil aux dernières publications qui nous disent comment améliorer notre style de communication et comment atteindre le succès au travail, il y a un sujet qui se répète souvent : le besoin d’apprendre à gérer les personnes difficiles. Or, qu’est-ce donc qu’une personne difficile ? Il convient avant tout de le définir.

Dans le monde de l’entreprise et du coaching, on sait que pour survivre aux contextes sociaux, il faut avoir la force de cohabiter avec des profils de personnalité très concrets. Nous faisons ici référence aux personnes passives-agressives et aux personnes narcissiques. Ce sont des présences qui pullulent dans presque tous les domaines de la vie, qui font usage de l’abus verbal, de la manipulation, et parfois, leur simple présence nous perturbe.

Au cours des dernières années, une grande partie des publications qui avaient pour objectif de nous apprendre à gérer ce type de situations se nourrissaient des enseignements du Tao pour diverses raisons ; tout d’abord, pour leur bonne gestion des émotions, mais aussi pour leur gestion adéquate de ces états avec lesquels nous pourrons, en dernière instance, affronter l’abus de pouvoir, mettre des limites et améliorer nos styles de communication.

Peu importe que les textes de Lao-Tse soient si vieux ; ils n’en demeurent pas moins très utiles.

homme avec un serpent

1. Contrôler les personnes difficiles sans avoir besoin de lutter contre elles

« Contrôler l’ennemi sans lutter contre lui est la plus grande des capacités. »

Gichin Funakoshi

Dans les enseignements du taoïsme, on prône le fait que vivre, c’est comme suivre le cours d’une rivière. Se laisser porter par son lit sans résistance fait partie de cette harmonie dont nous devrions tous tirer profit.

Or, des concepts tels que la lutte, l’affrontement ou la résistance sont l’antithèse de cette idée, de ce concept où on veut simplement avancer avec courage et flexibilité. Ainsi, ceux qui choisissent, par exemple, de faire usage des disputes, de l’affrontement constant avec les personnes difficiles, n’obtiendront ainsi qu’une seule chose : un plus grand découragement et une extrême frustration.

Opter pour la « non lutte » ne veut pas dire abandonner ou se laisser humilier. Cela veut dire, avant toute chose, ne pas donner de pouvoir à ceux qui ne le méritent pas, choisir la sagesse au-delà de la violence et opter pour le calme avant d’ouvrir les sas, de part en part, pour que l’anxiété nous inonde.

2. Videz votre tasse d’émotions négatives

« Le vide est le meilleur point de départ… Alors, abandonnez toutes vos idées préconçues et soyez neutre. Savez-vous pourquoi cette tasse est si utile ? Car elle est vide. »

Bruce Lee

Les personnes difficiles, souvent, gâchent notre journée avec un seul mot ou un seul commentaire, et ce peu importe à quel point leur message est irrationnel, à quel point leurs actes sont inappropriés. Un des conseils que nous transmettent les enseignements du Tao, c’est que moins on y réagira, plus il nous restera d’espace pour faire usage du jugement.

Tentons alors de contrôler l’angoisse et les émotions négatives. Une fois que la personne difficile a mené à bien sa manoeuvre, comptez jusqu’à 10 et respirez profondément. Personne n’a le droit de gâcher votre journée, alors videz-vous de la haine, des insultes, de la mauvaise humeur, etc.

L’esprit doit être comme une salle dégagée, où le vent contaminé entre par un côté et disparaît en une seconde par l’autre.

3. Soyez pro-actif, pas réactif

Les personnes difficiles font souvent de nous des victimes de leurs arts malsains. Peu à peu, nous accumulons tellement de haine, de mal-être et de frustration que nous courrons le risque de réagir de la pire des manières. Ce n’est pas le plus adéquat. Tôt ou tard, nous regretterons d’avoir eu cette réaction et surtout, de ne pas avoir mis des limites plus tôt.

« Ne soyez esclave de rien ni de personne, atteignez la véritable liberté. »

-Credo de Jeet Kune Do-

illustration

Le Tao nous recommande d’apprendre à être proactifs. Que cela veut-il dire exactement ? Que nous devons apprendre à prendre le contrôle des événements au lieu rester là à regarder passivement les choses se produire.

Un conseil que nous donnent les enseignements du Tao, c’est d’essayer de nous mettre à la place d’une personne difficile à chaque fois que nous en croisons une en nous disant : « ça ne doit pas être facile ».

  • Cette phrase peut nous aider à comprendre bien des choses : « ça ne doit pas être facile pour mon collègue de travail de ne plaire à personne, d’avoir si peu de patience et si peu de contrôle de ses émotions », « ça ne doit pas être facile pour mon frère de ne pas avoir de travail, d’être endetté et d’avoir en plus un caractère si compliqué. »

Comprendre la perspective de l’autre nous permettra d’être préparés à mieux contrôler la situation. Ainsi, lorsque nous serons disposés à apporter de l’aide…cette dernière sera plus opportune, et lorsque nous ferons une critique constructive…cette dernière sera plus juste et motivante.

4. La force du bambou

« Il y a des moments au cours desquels, lorsque rien ne va, il ne reste d’autre choix que d’être ferme. Comme le bambou qui se renforce après avoir été plié. »

-Le Tao-entreprise-

Parfois, cela arrive ; nos circonstances avec les personnes difficiles atteignent une limite et on se sent non seulement mis de côté, mais aussi vaincus, voire même complètement humiliés. Dans ces moments-là, le Tao nous recommande de visualiser un bambou.

Nous pouvons nous aussi le faire. Lorsque l’on sent que l’on a atteint la limite, c’est le moment de nous élever avec plus de force pour générer un changement. Nous ne ferons pas usage de la violence, car la force, ce n’est pas la violence, c’est la capacité de répondre, c’est savoir se positionner avec courage face à ceux qui osent faire de nous quelque chose que nous ne sommes pas : des personnes faibles.

chemin de bambous

Pour conclure, les enseignements du Tao contiennent de merveilleuses braises de connaissance qui continuent à allumer notre capacité d’apprentissage, nous éclairant avec leur calme pour nous aider à gérer avec plus de sagesse les complexités du monde actuel.

Tirons-en des leçons et appliquons-les à chaque fois que cela est possible.

A découvrir aussi