William Stern, le créateur du QI (et son plus grand critique)

La personne qui a inventé le concept de QI a fini par être son plus grand détracteur. William Stern a averti que connaître l'aptitude mentale d'une personne devrait également prendre en compte tout, de ses émotions à sa détermination.
William Stern, le créateur du QI (et son plus grand critique)
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 24 octobre, 2022

Avez-vous déjà passé un test d’intelligence ? Avez-vous eu à faire, peut-être, une psychotechnique dans un processus sélectif ? Il existe divers instruments à ces fins, de l’échelle d’intelligence de Wechsler pour adultes (WAIS) au test Raven toujours difficile.

Toutes ces ressources ne sont pas seulement destinées à nous montrer à quel point nous sommes efficaces sur le plan cognitif. Les tests qui mesurent les domaines liés à l’intelligence nous organisent également socialement sur la base d’une liste de capacités supposées. Pensons par exemple à l’association Mensa, une communauté dans laquelle n’entrent que des personnes ayant des capacités élevées et qui dépassent le centile 98. Quoi qu’il en soit, actuellement, l’évaluation du QI est toujours importante dans de nombreux domaines et scénarios.

Ils sont utilisés dans les procédures judiciaires pour évaluer la maturité psychologique de certains accusés. Aussi lorsqu’une personne a subi un traumatisme crânien et que l’on cherche à connaître l’étendue des blessures. Et, bien sûr, des tests d’intelligence sont utilisés pour détecter les meilleurs candidats pour un emploi. Maintenant, il y a de nombreuses voix qui mettent en garde contre un aspect depuis des décennies.

Utiliser le QI comme moyen exclusif de mesurer l’aptitude d’une personne peut être discriminatoire et également limitant. En fait, la première personne à avoir mis en garde contre le danger d’utiliser cet indicateur comme seul mécanisme d’évaluation du talent et de l’aptitude humaine a été son propre créateur : William Stern.

L’American Psychological Association a appliqué des tests d’intelligence pendant la Première Guerre mondiale pour sélectionner les recrues. Ces tests étaient clairement discriminatoires en déduisant que certains immigrés européens vivant aux États-Unis étaient mentalement inférieurs.

Personne passant un test psychologique pour mesurer le QI de William Stern
William Stern a regretté d’avoir popularisé son concept de quotient intellectuel (QI).

Qui était Guillaume Stern ?

William Stern (1871-1938) était un psychologue et philosophe allemand célèbre pour ses remarquables contributions dans le domaine de l’intelligence et de la personnalité. Il a inventé le terme quotient intellectuel (QI) et créé des instruments innovants pour détecter les aptitudes et les talents chez les personnes. Cela a immédiatement ouvert une ère dans laquelle les processus de sélection ont commencé à être régulés par ce type d’instrument.

Maintenant, s’il y a un domaine qui a bénéficié de l’introduction de l’IC, c’est bien celui des enfants. Les psychologues avaient passé des décennies à essayer d’évaluer l’âge mental des enfants et d’apprécier les différences individuelles de développement. Des personnalités comme Alfred Binet et Théodore Simon s’y sont déjà essayées. Cependant, William Stern a fourni la clé déterminante.

Sa théorie proposait également la formule suivante : QI = âge cognitif/âge chronologique x 100. L’âge chronologique faisait référence au jour et à l’année de naissance de la personne. Cognitive est une mesure standardisée qui mesure les capacités cognitives d’une personne par rapport à la performance moyenne de sujets du même âge.

Ainsi, avec ces données, il a été établi que le retard mental d’une personne était établi à un QI de 70-85. Stern a averti que cette formule ne devrait pas être utilisée comme la seule méthode pour catégoriser l’intelligence d’un individu. Cependant, ils ont ignoré ses avertissements.

“La fragilité mentale ou le retard limite ne peuvent pas être évalués uniquement par le QI.”

-William Stern-

Intérêt marqué pour le développement de l’enfant

Stern a épousé une autre psychologue, Carol Joseephy. S’il y avait bien un domaine qui les intéressait tous les deux, c’était l’apprentissage du développement de l’enfant, ce qui les a amenés à mettre en place un projet célèbre. Les Stern ont étudié leurs trois enfants de la naissance à 18 ans pour comprendre comment ils établissent le langage et l’ensemble des processus cognitifs : mémoire, attention, jugements, raisonnement, etc.

Un travail réalisé par le Dr James T. Lamiell rassemble toutes les conclusions auxquelles le couple est parvenu dans cette étude familiale. Pour ce faire, le test de QI n’a pas mesuré les aspects qui font également partie du comportement intelligent chez les enfants. William Stern a souligné l’importance des variables volitives (motivation, résolution) et émotionnelles.

Cerveau d'enfant illuminé symbolisant la molécule qui rajeunit les cerveaux vieillissants
Pour William Stern, les émotions sont également déterminantes dans l’évaluation de l’intelligence.

Le pionnier du QI qui a fini par être son plus grand critique

La personne derrière le concept IQ a fini par être son plus grand détracteur. C’est l’une des ironies les plus curieuses de l’histoire de la psychométrie et de l’étude de l’intelligence. En fait, ce que tout le monde ne sait pas, c’est que William Stern aurait voulu que son nom ne soit pas associé à cette théorie et à sa formule classique (Lamiell, 2003, p. 1).

En 1933, il écrit les mots suivants :

“Dans toutes les conditions, les êtres humains sont et resteront les centres de leur propre vie psychologique et de leur propre valeur. En d’autres termes, ils restent des personnes, même lorsqu’ils sont étudiés et traités d’un point de vue extérieur par rapport aux objectifs des autres… Mon le sentiment est que les psychotechniciens dégradent les gens en les utilisant comme un moyen pour les fins des autres (pp. 54-55).”

-Stern, 1933, cité dans Lamiell, 2003-

La philosophie du personnalisme contre le mercantilisme de la sélection du personnel

Si William Stern a développé à la fois le QI et d’autres approches psychométriques, c’était pour mieux connaître les gens, pas pour délimiter leur potentiel en fonction d’un centile. De fait, il était un défenseur de la théorie philosophique du personnalisme, une approche qui perçoit l’être humain comme quelqu’un de libre, unique et avec une valeur inhérente juste pour être qui ils sont.

Quelqu’un qui ne peut jamais être traité comme une marchandise et qui montre également la possibilité d’actualiser son potentiel quand il le souhaite. Tout cela contraste avec ce qui a été réalisé plus tard avec ses tests d’intelligence. L’industrie du travail ainsi que l’armée ont commencé à sélectionner des personnes en fonction de l’indicateur de QI.

Stern a regretté toute sa vie que les psychotechniques transforment les gens en machines pour le marché du travail ou l’armée. Beaucoup ont vu leurs opportunités complètement limitées simplement en obtenant un score faible ou moyen à ces tests. C’était le début du 20e siècle et ce que le père du QI ne savait pas, c’est que cette tendance allait durer encore plusieurs décennies…

Cela pourrait vous intéresser ...
La flexibilité cognitive est plus déterminante que le QI
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La flexibilité cognitive est plus déterminante que le QI

La flexibilité cognitive est une compétence associée à la capacité de s'adapter et d'apporter de nouvelles solutions à des problèmes anciens.



  • Allport, Gordon (Oct 1938). “William Stern: 1871-1938”. The American Journal of Psychology. 51 (4): 772–773. JSTOR 1415714
  • Lamiell, James T. (2003), Beyond Individual and Group Differences. Sage Publications, ISBN 9780761921721
  • Lamiell, James T (2009). “Some Philosophical and Historical Considerations Relevant to William Stern’s Contributions to Developmental Psychology”. Zeitschrift für Psychologie. 217 (2): 66–72. doi:10.1027/0044-3409.217.2.66
  • Stern, William (1914) [1912 (Leipzig: J. A. Barth, original German edition)]. Die psychologischen Methoden der Intelligenzprüfung: und deren Anwendung an Schulkindern [The Psychological Methods of Testing Intelligence]. Educational psychology monographs, no. 13. Guy Montrose Whipple (English translation). Baltimore: Warwick & York. ISBN 9781981604999

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.