Aptitudes pour le débat

· 19 mars 2019
Quelles capacités faut-il avoir pour savoir débattre ?

À un moment historique où avoir une opinion sur tout semble être obligatoire, il est très intéressant d’observer les débats. Ceux-ci apparaissent comme un élément naturel de la relation sociale: nous les voyons habituellement dans différents contextes, comme les réseaux sociaux, la télévision… Il est donc important d’avoir certaines facultés pour le débat car nous ne savons jamais à quel moment nous nous retrouverons plongés dedans.

La capacité de débattre correspond à un type d’habileté qui exige de la pratique. Cependant, on ne réfléchit que très peu à cette faculté. Ainsi, si nous brisons cette tradition, nous pouvons nous rendre compte des habiletés que l’on peut développer pour le débat. Le domaine éducatif a relégué ce type de formation à des études concrètes car, bien souvent, on considère les aptitudes pour le débat comme des aptitudes transversales. Il est vrai que très souvent, elles finissent par ne pas être présentes chez une personne parce qu’elles n’ont pas été étudiées dans une matière spécifique.

Par ailleurs, la pensée critique et les techniques d’argumentation et de réfutation sont des outils indispensables pour défendre un argument ou une idée. Les réseaux sociaux sont un terrain parfait pour le développement de ces aptitudes. Ainsi, lorsque nous analysons les débats qui y ont lieu, nous identifions facilement les différentes carences en communication. La plus habituelle, et également la plus triste, est le manque de respect pour ceux qui ne partagent pas les mêmes idées.

La pensée critique et la capacité d’analyse

débat entre jeunes

La pensée critique est l’une des aptitudes pour le débat. Elle implique d’être capable de penser de façon réfléchie, en différenciant des arguments solides de simples illusions. En étant critiques, nous nous rendrons compte que de nombreuses opinions naissent en se basant sur la simple répétition d’arguments créés par des campagnes. Or, ces campagnes cherchent précisément à créer un courant de pensée déterminé.

La pensée critique va dans le sens contraire. Elle est basée sur la pensée logique et sur l’analyse critique d’idées ou de dogmes pour ne pas aboutir à des conclusions hâtives. Ici, on fuit les analyses biaisées, les euphémismes et les arguments qui se basent sur des suppositions.

Comme nous l’avons déjà noté, la bonne nouvelle est que la pensée critique peut être développée. Il faut d’abord choisir consciemment sa source d’information. Par ailleurs, il est important de séparer l’information de la source dont nous l’avons obtenue. Il est vrai que cette dernière peut inspirer confiance (ou non) mais cela ne nous empêche pas d’analyser de façon critique une information que nous allons utiliser comme argument lors d’un débat.

L’argumentation

Exposer un argument, ou une série d’arguments, consiste à apporter des informations et des raisons pour défendre une opinionSurtout quand un sujet prête à discussion ou à débat. Nous partons de la base de la pensée critique avec laquelle nous avons analysé et disséqué l’idée à défendre. L’argumentation se compose de plusieurs éléments:

  • Bien que cela semble évident, l’objet de l’argumentation est un élément à prendre en considération. On doit connaître le sujet sur lequel on débat, s’il s’agit d’une situation économique, politique, etc. On doit aussi avoir des connaissances sur le sujet, et pas seulement une opinion.
  • La thèse, ou l’idée principale que l’on cherche à défendre. Il s’agit de l’idée, ou des idées, autour desquelles tournera l’argumentation. Le concept doit être clair et être exposé correctement.
  • Le corps. Il s’agit du développement des idées ou des positions que l’on veut défendre. Ici, on réfléchit à l’objet du débat sous tous les angles possibles. Deux éléments entrent en jeu: l’argumentation et la réfutation des arguments contraires.
  • La conclusion. Ce peut être une conclusion d’affirmation, quand les arguments ont expliqué et étayé l’objet du débat. Ou ce ne peut être qu’une suggestion lorsqu’on n’a pas réussi à aboutir à des conclusions définitives. On suggère alors des recherches ou de futurs développements sur le sujet. Par ailleurs, il est important de savoir mettre un terme à un débat quand celui-ci semble s’embourber ou quand les positions ne bougent pas d’un poil.

La réfutation

La réfutation vise à trouver une inconsistance dans l’argument contraire. Par exemple, nous avons tous connu la tentation de généraliser un fait à partir d’expériences personnelles, en aboutissant ainsi à des conclusions erronées.

En plus de possibles lacunes, il faut savoir que, pour chaque argument, il existe un contre argument: c’est l’idée que l’on réfute. Il faut ici appliquer les mêmes paramètres de logique et de pensée critique que lors de l’argumentation initiale. Dans le cas contraire, l’inconsistance ne fera qu’augmenter.

L’une des aptitudes pour le débat consiste à savoir gérer les contre-argumentations avec intelligence. À un certain moment, il peut être intéressant d’étendre l’idée à un contexte plus large lorsque quelqu’un a commis l’erreur de généraliser. Par exemple, si l’on parle d’une loi économique qui semble fonctionner pour un pays, il peut être bon de voir comment cette loi fonctionne dans l’économie d’autres pays, ou même à d’autres niveaux.

« Il faudrait demander à cette personne si elle ne pense pas que le monde est plus vaste que son point de vue et que sa perception à propos d’un fait n’est pas nécessairement celle de toute la planète. »

-Susan Sontag-

aptitudes pour le débat

 

Quelques techniques pour développer des aptitudes pour le débat

Acquérir des aptitudes pour le débat est une force qui nous servira à de nombreuses reprises et dans différents domaines de notre vie. Cela requiert de l’intelligence pour l’analyse et des ressources qui ont bien été développées. Ces ressources qui peuvent nous aider sont simples: il peut s’agir de l’utilisation d’arguments rationnels basés sur des idées admises par la société et qui, en général, s’appuient sur un processus de cause à effet ou sur des analogies.

La capacité de débat est un art que l’on peut acquérir ou pratiquer. C’est une habileté sociale très positive, qui donne de bons fruits, si nous décidons de la travailler. Sachez qu’il existe des cours et des formations pour s’améliorer ou acquérir toutes les techniques utiles au débat.