La vulnérabilité est votre force (résilience)

· 12 octobre 2015

“Je suis vulnérable, je l’admets ». Mais, qui ne l’est pas ? Nous sommes tous blessés par différentes choses. Au quotidien, il y a des aspects qui nous affectent et qui, parfois, nous rendent plus fragiles.

Ne craignez pas la solitude quand vous voyez le vide dans vos mains. Nos craintes sont nôtres et personne ne peut rien faire pour les dissimuler ni pour les cacher comme de vieilles billes dans la poche d’un enfant.

Nous nous rappelons tous de cet échec, qui a sûrement changé nos vies. Ce chemin que nous n’avons pas pu traverser car on nous a déçu, ou parce que nous n’avons pas été assez courageux.

Qui ne s’est pas senti vulnérable au moins une fois dans sa vie? Comme on dit souvent, dans la vulnérabilité se trouve aussi la force. 

Ma vulnérabilité, ma force

Nous vivons dans une société où seuls les plus forts sont les plus aptes. On valorise la raison au-dessus du sentiment, on prend comme référents les personnes capables de cacher leurs émotions pour arriver à leurs fins.

Parfois, nous éduquons aussi nos enfants avec l’idée qu’il est préférable qu’ils cachent leurs larmes, qu’ils gardent le silence et qu’ils attendent, au lieu d’exprimer ce qu’il se passe en leur intérieur.

De nombreux enfants grandissent en cherchant des petits coins de tranquillité pour se cacher.

Les personnes qui ont été éduquées à cacher leurs émotions disposent d’une grave carence qui, à long terme, leur apportera de nombreux problèmes.

Elles sont capables de gérer tout ce monde intérieur complexe : la peur, la colère, l’incertitude, etc.

Mais comment faire, si on leur a toujours dit qu’ils ne devaient jamais montrer ce qui les affectaient ?

Les conséquences du fait de ne pas savoir « assumer » notre vulnérabilité peut générer plusieurs problèmes :

1. Au moment où le facteur peur, crainte ou insécurité surgit, la personne n’a que deux options : rester paralysée sans pouvoir réagir ou fuir la situation.

2. Le fait de ne pas assumer que nous sommes fragile à l’intérieur fait que nous construisons une fausse carapace qui, tôt ou tard, finira par être abattue.

3. Il est nécessaire d’assumer notre propre vulnérabilité. Sachez qu’il y a des choses qui vous font du mal, alors assumez-les, comprenez-les et essayez de les surmonter.

La vulnérabilité et la résilience

Nous avons tous la merveilleuse capacité de nous dépasser face à l’adversité, la difficulté, l’obscurité et la peur.

La résilience est une graine que nous hébergeons tous dans le plus profond de notre être, et il faut seulement savoir l’utiliser quand nous en avons besoin.

Pour cela, il est nécessaire d’être conscient de tous ces aspects :

1. Vous n’êtes pas aussi fort que vous le pensez. Vous ne pouvez pas assumer autant de charges sur vous-même. Vous n’êtes pas une super-femme ou un super-homme.

Nous avons tous nos limites et, si vous n’en êtes pas conscient, vous finirez pas vous casser la figure. Protégez-vous, mettez des limites, et soyez conscient du chemin que vous pouvez parcourir. Sentez votre vulnérabilité et protégez-la.

2. Il est possible que vous-même soyez déjà conscient de votre vulnérabilité. Mais le fait d’être vulnérable n’est pas un état permanent. 

Il faut d’abord reconnaître que nous pouvons être blessés, et qu’il y a des choses qui font mal. C’est une première étape pour pouvoir mettre tous les moyens et les stratégies en oeuvre pour aller de l’avant, conserver son intégrité et se dépasser.

3. Parfois, la vie enfile son côté le plus cruel et nous emmène sur un chemin difficile. Comme vous le savez, la vie a tendance à générer de graves effets secondaires.

Cependant, si vous développez votre résilience, vous réussirez à protéger votre intégrité et vous en ressortirez renforcé.

Il vous faudra trouver dans votre intérieur un souffle d’espoir, auquel vous vous accrocherez très fort pour sortir de cette situation.

Vous êtres plus courageux que ce que vous pensez, car même si cela vous semble surprenant, votre vulnérabilité est aussi votre force.