Ce que vous niez vous soumet, ce que vous acceptez vous transforme

· 18 août 2015

Les changements les plus significatifs commencent à se produire lorsque nous acceptons les choses comme elles sont ; que ce soit l’acceptation de ce qui nous arrive dans la vie, ou l’acceptation de nous-même.

Dans nos vies changeantes, se produisent beaucoup de situations où nous n’avons pas d’autres alternatives que d’accepter les choses telles qu’elles viennent. Que se passe-t-il quand nous nous nous refusons à les accepter ?

Quand nous ne résistons pas aux changements, à ce qui ne fait déjà plus partie de notre contrôle, et que nous ne pouvons rien faire pour l’éviter car c’est quelque chose qui est arrivé ou qui est en train d’arriver, nous tombons dans la souffrance.

Les circonstances les plus claires où l’acceptation joue un rôle fondamental sont la mort, l’amour et le désamour.

Comment refuser l’amour, et comment refuser le fait de tomber amoureux ou de ne plus être amoureux ? En s’entêtant à nier ces réalités auxquelles nous ne pouvons rien faire lorsqu’elles surviennent.

Il ne s’agit pas de situations bonnes ou mauvaises, il s’agit de réalités qui sont propres à l’être humain, qui font partie de nos vies, et qui nous apportent de la joie ou de la tristesse.

L’intensité des émotions nous indique à quel point cette expérience est significative pour nous.

Si vous n’avez pas la force d’imposer vos propres conditions dans la vie, vous devez accepter celles qu’elle vous offre. 
S. Eliot

chemin-de-la-vie

Le besoin de comprendre

Face à ce qui échappe à notre contrôle, nous avons tendance à essayer d’apporter une réponse, et de trouver une explication qui nous soulage. Nous avons besoin de comprendre tout ce qui se passe dans nos vies. 

Nous oublions que tout ce que nous essayons de comprendre, va être le résultat de nos interprétations et de notre expérience. Nous voulons donner un sens à ces explications pour finalement nous convaincre et nous faire croire que c’est notre réalité.

Se surprendre, s’étonner, c’est commencer à comprendre. 

José Ortega y Gasset

Nous nous perdons dans la raison, dans les mots, alors que toute la vérité, et toute la réalité se trouve en nous, dans ce que nous ressentons, et dans l’émotion que nous sommes en train d’expérimenter.

Le fait d’aller vers ce sentiment que notre propre corps se charge de montrer, revient à accepter la réalité de ce qui nous arrive. 

La tendance à aller vers le raisonnement pour expliquer certaines questions comme celles en lien avec l’amour sont des empêchements et des barrières que nous nous mettons à nous-mêmes pour ne pas accepter la réalité. 

La compréhension est une table rase sur laquelle il n’y a rien d’écrit.

Aristote

Qu’arrive-t-il quand nous n’acceptons pas ce qui nous arrive ? 

Quand nous enfouissons ces sentiments que nous ne voulons pas écouter, car nous ne voulons pas être triste ou avoir peur qu’ils nous fassent trop de mal (une souffrance que nous croyons ne pas être capable de surmonter ou d’affronter), nous nions l’évidence et notre existence.

Nous enfouissons notre essence, et nous refoulons des émotions qui devraient être libérées, vécues, et expérimentées.

En n’acceptant pas nos vulnérabilités, nous oublions une partie essentielle de notre humanité, croyant que nous sommes au-dessus d’elles.

Le corps se charge de nous donner les signaux pertinents sous forme d’alerte pour qu’à un moment donné, nous décidions de sortir tout ce que nous sommes en train d’occulter (colère, tristesse, énervement etc.).

Si nous ne le faisons pas, la maladie et la déconnexion de nous-même et de notre bonheur prennent le pas sur le reste.

Accepter-420x280

Apprendre à accepter

Le développement personnel et l’apprentissage se produisent quand nous sommes disposés à accepter nos sentiments et nos émotions telles qu’elles apparaissent, sans les passer par le filtre de la raison qui les modifient, les répriment et les éteint.

Il faut savoir que la raison aura besoin d’une explication à ce qui est en train de se passer, mais en gardant ce type de pensées, nous dévions l’attention vers ce que nous expérimentons.

Le véritable apprentissage survient quand nous sommes disposés à accepter, à ressentir chacune des émotions qui surgissent face à chaque expérience que nous vivons.

C’est ainsi que nous nous transformons en suivant le flux de la vie. Tout ce que nous nions et tout ce que nous ne sommes pas disposés à accepter nous soumettra au détachement de nous-même, et à tout ce que cela implique.

Quand nous acceptons des faits inévitables dans nos vies, nous pouvons sentir la tristesse très intensément. 

Le fait de la ressentir est justement ce qui nous en libère, pour continuer à avancer et donner lieu à de nouvelles émotions et expériences. 

Au moment où nous commençons à accepter ce qui nous arrive, nous commençons à nous accepter nous-même.

Nous sommes ainsi préparés à pardonner et à nous pardonner, afin de continuer à vivre de nouvelles expériences, laissant jaillir l’énergie et nous sentant vivant.

La raison ne m’a pas tout enseigné. Tout ce que je sais m’a été donné par le coeur.

Leon Tolstoi