Vivre avec un partenaire alexithymique : un froid relationnel

30 juin 2019
Les personnes alexithymiques tombent aussi amoureuses mais elles ne savent pas aimer. C'est pourquoi on trouve dans ce type de relations affectives de la froideur, de la solitude et ce vide affectif où les mots, les regards et les nutriments émotionnels les plus basiques manquent.

Vivre avec un partenaire alexithymique peut entraîner une grande souffrance. En effet, dans ce type de relation, l’empathie est souvent absente. De même, il est fréquent que l’un des membres regrette l’absence de cette connexion authentique dans laquelle les sentiments se valident, dans laquelle on peut construire une intimité authentique grâce aux mots qui nourrissent et à ces gestes complices où les émotions dansent.

Solitude, incertitude, incompréhension… Tels sont certains des sentiments que ressentent les personnes qui partagent leur vie avec un alexithymique. Or, nous ne pouvons pas négliger la réalité que vit une personne alexithymique. De nombreuses personnes définissent cette situation comme un trouble neurologique alors que d’autres parlent d’un trouble psychologique avec des contraintes sociales.

Quoi qu’il en soit, il n’y a aucun doute sur le fait que l’alexithymique peut :

  • aimer
  • tomber amoureux
  • ressentir des choses
  • avoir des sentiments
  • être heureux
  • s’émouvoir
  • souffrir

Sur ce point, il est identique à toute autre personne. Néanmoins, et c’est là que se trouve le problème, il est incapable d’exprimer ce qu’il ressent et il ne comprend pas non plus les codes émotionnels de ceux qui l’entourent.

Si ce trouble entraîne plus d’une limitation dans la société, l’alexithymie est hautement problématique au niveau affectif. Une étude -menée par l’université de Missouri-Colombia aux États-Unis- révèle que c’est d’ailleurs pis encore. En effet, l’alexithymie pourrait être la cause d’un bon nombre de ruptures amoureuses.

Nous devons compléter cette information par une autre. On estime qu’environ 10 % de la population pourrait souffrir de ce déficit en termes de communication émotionnelle, avec une prévalence chez la gent masculine.

Le terme « alexithymie » provient du grec et signifie « absence de mots pour exprimer les émotions ou les sentiments ».

vivre avec une partenaire alexithymique

L’expérience de vivre avec un partenaire alexithymique

Vivre avec un partenaire alexithymique suppose une usure dans tous les sens du terme. En effet, tout d’abord puisque souvent, tout le monde ignore que cette relation de couple compte un troisième membre : le trouble psychologique ou l’altération neurologique même. Nous incluons cette précision parce qu’il n’existe pas actuellement de consensus sur le sujet. De plus, les personnes qui ignorent à quoi est due cette incapacité à exprimer et à comprendre les émotions sont nombreuses.

Le psychiatre Peter Sifneos a découvert cette condition en 1972. Jusqu’à maintenant, nous savons que l’alexithymie pourrait être liée à un trouble du système limbique. Nous savons également que cela n’a rien à voir avec la personnalité psychopathique. Autrement dit, l’alexithymique ressent mais ne sait pas comment interpréter ses propres émotions ni celles des autres.

Tout cela fait qu’aux niveaux affectif et relationnel, on expérimente les réalités suivantes :

Incapacité à exprimer ses sentiments

Le partenaire alexithymique ne nous dira jamais s’il est en colère, heureux, ému ou inquiet. Pour ce type de personnes, toute émotion est un mystère. Ce n’est rien d’autre qu’un ensemble d’expériences physiologiques menant à percevoir une certaine tension, de l’inquiétude, des maux de ventre, etc. Il ne pourra pas exprimer ce qu’il ressent parce qu’il ignore ce qu’il se passe dans son corps. Il ne peut pas mettre de nom sur les émotions même s’il les ressent.

Cela implique donc, par exemple, de ne pas pouvoir gérer la colère. Il ne peut pas non plus transmettre de l’amour, de l’admiration ni ces empreintes émotionnelles de base dans une relation de couple.

 

être en couple avec une personne alexithymique est difficile

Incompréhension des sentiments de l’autre

La personne alexithymique est incapable d’identifier les émotions des autres. Elle ne comprendra pas, par exemple, pourquoi son partenaire sera blessé par ses comportements. Elle ne sera pas non plus capable de comprendre pourquoi il n’est pas heureux, de quoi il a besoin, ce qui le rend triste, pourquoi il change d’humeur, etc.

En outre, si à un moment son partenaire lui demande d’avoir une conversation intime, il s’en sentira incapable. Devoir approfondir ce type d’aspects émotionnels est quelque chose d’inconfortable pour l’alexithymique. Il s’agit d’un aspect qu’il ne sait pas gérer, qu’il ne perçoit pas, qu’il ne comprend pas.

Par ailleurs, le style de communication de l’alexithymique est également très significatif. Il n’aime les réflexions, les double sens, le langage poétique, ironique ou romantique. Sa façon de voir les choses est toujours très logique, concrète et littérale. La communication avec lui est donc toujours très rigide, et surtout, aussi difficile que frustrante.

Mon partenaire est alexithymique, que puis-je faire ?

Vivre ensemble, créer un projet d’avenir, résoudre des problèmes voire parvenir à des accords simples avec la personne alexithymique peut s’avérer très compliqué. Il faut prendre en compte le fait que tout notre tissu social se construit en soi à travers les émotions. Que pouvons-nous faire dans ces cas ?

Que nous soyons une personne alexithymique ou son partenaire, nous devons comprendre un point important ; cette condition s’accompagne souvent d’autres troubles. Il est très courant, par exemple qu’il existe une dépression latente ou un trouble du stress. D’autre part, l’alexithymie peut aussi être présente chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger.

Quoi qu’il en soit, nous avons besoin d’établir un diagnostic approprié. De plus, l’alexithymie se situe dans un spectre. Autrement dit, certains en souffriront d’une manière plus importante et d’autres n’en montreront que quelques traits. C’est pourquoi il est toujours conseillé d’avoir recours à une aide professionnelle et de travailler sur ces aspects.

Alexithymie et relations affectives : quelques clés à prendre en compte

Nous devons savoir que la personne alexithymique a bel et bien des sentiments mais qu’elle ne sait pas les exprimer. Par conséquent, il est approprié de travailler certains codes de base à travers desquels elle pourra exprimer l’affection. Les regards, les caresses et le contact physique sont de bons moyens de nous auto-valider au quotidien.

  • Il est essentiel que l’alexithymique reçoive un soutien psychologique. C’est la seule manière à envisager si on veut que la relation de couple se maintienne. Cette condition est incurable. Il est seulement possible de la travailler afin que le patient trouve des mécanismes et des compétences pour améliorer son empathie, sa communication et l’expression de ses émotions
  • Les domaines que l’on travaillera pendant la thérapie avec le patient sont la stimulation et l’identification émotionnelle, l’empathie, les compétences sociales, la communication émotionnelle et la réduction de l’anxiété et du stress

Enfin, nous devons savoir que tout le monde ne répond pas bien à la thérapie. De plus, de nombreux alexithymiques sont réticents à l’idée d’accepter une aide spécialisée parce qu’ils considèrent que ce sont les autres qui ont un problème. Pour certains de ces hommes et femmes, ce sont leurs partenaires qui identifient un problème avec leurs émotions. Ils sont trop intenses, irrationnels et incompréhensibles à leurs yeux.

Dans ce cas, la meilleure option est le bien-être. Protéger l’intégrité et éviter la souffrance inutile sera toujours la meilleure réponse lorsque nous ne voyons pas de volonté de changement de la part de l’alexithymique.

 

  • Frye-Cox, NE, y Hesse, CR (2013). Alexitimia y calidad marital: los roles mediadores de la soledad y la comunicación íntima. Diario de psicología familiar , 27 (2), 203-211. https://doi.org/10.1037/a0031961