Connaissez-vous le syndrome d’Asperger ?

· 17 mai 2017

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce syndrome ou avez connu une personne qui en souffre. Vous-même, qui lisez cet article derrière votre écran, cohabitez peut-être même avec ce syndrome d’Asperger.

Le syndrome d’Asperger est un trouble du spectre autistique. Malgré tout, il se différencie clairement de l’autisme typique grâce à de multiples recherches qui sont en train d’être effectuées dans ce domaine. La différence la plus évidente concerne la capacité à être indépendant-e dans la vie adulte quotidienne, en comparaison avec les personnes qui souffrent d’un autisme plus prototypique.

Le syndrome d’Asperger est un trouble du neuro-développement

Il s’agit d’un trouble du neurodéveloppement avec une base génétique importante et héréditaire. Des structures cérébrales sont endommagées. Mais… que sont les troubles du neuro-développement ?

Il s’agit d’un groupe hétérogène de problèmes neurologiques au sein desquels on retrouve des altérations dans différents processus : dans la cognition, la communication, le comportement et la motricité. Ces altérations sont causées par un développement cérébral atypique.

En fait, le cerveau des personnes qui souffrent du syndrome d’Asperger fonctionne sous de nombreux aspects d’une manière différente de celui des personnes qui n’ont pas d’altérations dans leur développement neurologique. Nous ne parlons pas ici de quelque chose de mal ou de bien, nous parlons seulement d’un fonctionnement différent dans sa manière de traiter et de percevoir l’information.

Les personnes souffrant d’Asperger perçoivent le monde d’une façon différente

D’une certaine façon, c’est comme si elles avaient des codes différents pour interpréter le monde et leur entourage. Ces codes les font vivre d’une manière qui semble étrange pour certaines personnes. Mais qui n’a pas connu quelqu’un qui agit parfois d’une manière que nous n’attendons pas ? Nous-mêmes percevons parfois la réalité de façon tordue et cela nous pousse à agir bizarrement aux yeux des autres.

Approfondissons un peu le sujet et parlons maintenant des caractéristiques les plus typiques de ce syndrome. En voici quelques unes :

Caractéristiques du syndrome d’Asperger

Voici une petite liste :

  • Au niveau social, les personnes qui en souffrent sont maladroites et ont du mal à maintenir une relation avec d’autres enfants et/ou adultes. Elles peuvent être ingénues ou crédules.
  • Très souvent, elles ne sont pas conscientes des sentiments et intentions des autres ou ne parviennent pas à comprendre ces réactions émotionnelles.
  • Elles ont beaucoup de mal à participer et à maintenir le rythme normal d’une conversation. Elles deviennent facilement nerveuses quand elles font face à des changements dans leur routine ou à des transitions.
  • Elles interprètent le langage de façon littérale et par conséquent ont parfois du mal à comprendre ce qu’elles écoutent. (Elles ne comprennent pas l’ironie, pour elles il s’agit de quelque chose de littéral. Par exemple, si l’on prend la phrase « il a le cœur sur la main », pour elles l’interprétation est littérale. Et donc bizarre).

Par ailleurs :

  • Elles sont très sensibles aux sons forts, aux couleurs, aux lumières, aux odeurs et aux saveurs.
  • Elles ont tendance à développer un très grand intérêt (fixation) pour un thème ou un objet et peuvent devenir de véritables experts à ce sujet. (Beaucoup d’enfants qui souffrent du syndrome peuvent  un paysage quelques secondes et être capables de reproduire absolument chaque détail de ce dernier avec une précision effarante).
  • Leur psychomotricité n’est pas très bonne et elles ne sont donc pas habituellement douées en sport.
  • Très souvent, elles possèdent une certaine incapacité à se faire des amis de leur âge ou à maintenir cette relation. (Et ce parce qu’elles ne perçoivent pas le monde de la même manière et cela les frustre. Il nous arrive la même chose quand nous ne nous entendons pas avec quelqu’un parce que nos façons de voir le monde et de vivre sont antagoniques. Avec cette maladie, c’est un peu similaire).

Vous connaissez quelqu’un qui souffre d’Asperger ? Mettez-vous à sa place et vous le comprendrez

Pour cela, nous devons être capables de voir au-delà du trouble. Les personnes qui en souffrent se sentent très souvent incomprises. Elles se sentent comme des étrangers dans un monde qui fonctionne avec des règles qui vont parfois contre les leurs. Elles ne comprennent pas le sens de beaucoup de nos agissements.

Nous devons donc faire preuve de beaucoup d’empathie envers elles. Comprendre que leur manière de percevoir la réalité est différente de la nôtre. Cela ne veut pas dire que cette manière est bonne ou mauvaise : elle est seulement différente.

Nous vivons dans un monde merveilleux où nous avons la chance d’être tou-te-s différent-e-s et de pouvoir apprendre de ces différences. Des différences qui enrichissent les relations et nous aident à être plus tolérant-e-s, en plus de nous défaire d’une grande partie des préjugés que nous portons sur notre dos, dans notre sac à dos vital.