Syndrome d’Asperger : je ne suis pas un robot sans sentiments

· 28 avril 2017

Je suis une personne comme toi. Je ne suis pas un robot sans sentiments et quand tu te moques de moi, tu me fais du mal. Peut-être que je ne comprends pas l’ironie ou les blagues, peut-être que je prends trop au pied de la lettre ce que tu me dis, mais cela ne me rend pas moins humain-e. J’ai des sentiments, et même si tu ne le vois pas car je ne suis pas capable de les exprimer, tes mots, parfois, me font beaucoup de mal.

Je ne suis pas sourd-e et j’entends ce que tu dis, même si je n’y accorde pas la même signification. Je n’ai aucun handicap intellectuel, même si tu as l’impression du contraire. Tu peux me considérer comme une bête étrange mais la seule chose qui me différencie de toi, c’est ma tendance à voir le monde depuis un point de vue plus rationnel et plein d’informations. Je ne suis pas extraordinaire, je suis comme toi ; simplement, je regarde le monde différemment. Je suis atteint-e du syndrome d’Asperger.


« Tout dépend de la façon dont on regarde les choses. Une fois que vous comprenez comment les personnes atteintes du syndrome d’Asperger pensent et voient le monde, ce que vous voyiez initialement comme un handicap devient à vos yeyx un talent ou un don. »

– Szatmari –


Ne te risque pas à me juger si tu ne te mets pas à ma place

Il est tellement facile de juger une personne sans se mettre à sa place ni manifester envers elle une quelconque empathie, de faire des blagues à son sujet parce qu’elle voit le monde autrement.

On dit que les personnes atteintes d’Asperger présentent une altération neuro-biologique du développement – et pas une maladie – qui affecte l’empathie. Pourtant, ce sont les autres qui ne font preuve d’aucune empathie face à elles, et qui les utilisent comme si elles étaient sur Google pour avoir des informations, comme si elles étaient des machines. Iels ne tiennent pas compte de la souffrance qu’iels peuvent provoquer en elles en les dépouillant de leur humanité et en jouant avec leurs sentiments.


« Regardez avec les yeux de l’autre, écoutez avec les yeux de l’autre et sentez avec le coeur de l’autre. »

– Alfred Adler –


On les juge sans pitié, on les juge automatiquement et sans les connaître, seulement parce qu’aux yeux des autres, elles sont des pièces qui ne correspondent pas au reste du puzzle. Personne n’essaie de se mettre à leur place et de vivre dans leur condition. Tout ce que les gens savent, c’est que le syndrome d’Asperger figure dans le DSM-5, dans la section des « Troubles du Spectre Autistique ». Pourtant, l’autisme et le syndrome d’Asperger n’ont rien à voir.

La seule chose qu’une personne avec le syndrome d’Asperger a hors du commun – un des éléments qui la différencient des autres, pas ce qui la caractérise – c’est son manque d’adresse au moment de se lier à d’autres personnes. Cela est dû, en partie, aux problèmes dans l’usage du langage, dans ce que l’on connaît comme la pragmatique. Pour ce qui est du reste des caractéristiques ou capacités, il peut y avoir des similitudes et des différences avec d’autres personnes.

Le monde des sentiments et des émotions est compliqué pour tout le monde

Le monde des sentiments et des émotions est compliqué pour tout le monde, d’où le fait que l’intelligence émotionnelle soit fondamentale pour l’adaptation de l’être humain. Mais lorsque l’on a Asperger, c’est encore plus compliqué. Pour cela, avoir au clair quelques règles sur les besoin et la manière d’interagir avec les personnes avec Asperger, tout en tenant compte de l’âge, résulte très important :

Vivre avec un enfant avec le Syndrome d’Asperger

Les enfants avec Asperger sont généralement très particuliers dès le départ. Ils ont besoin que l’on emploie avec eux un langage qui soit le plus positif possible, qu’on les complimente régulièrement et sincèrement plutôt que de se concentrer sur ce qui manque dans leur manière d’agir. Souvent, il est très pratique de leur dire ce qu’ils doivent faire et s’abstenir de faire.

Il est fondamental de leur apprendre à écouter. Il faut être raisonnable dans ce qu’on leur demande, et la demande doit entrer en résonance avec les capacités de l’enfant. Pour cela, employer un mode d’expression simple, clair et concis améliorera grandement la communication.

Il est important de les aider à identifier leurs sentiments. Il est très difficile pour les enfants atteints d’Asperger de reconnaître les sentiments des autres et d’exprimer les leurs. Il résulte également très positif, dans la mesure du possible, de déplacer la critique et de les aider à avoir une image positive d’eux-mêmes, puisque cela aura une répercussion directe sur leur estime d’eux-mêmes.

Le syndrome d’Asperger dans l’adolescence 

Pendant l’adolescence, les différences entre les enfants atteints d’Asperger et les autres se creusent ; en effet, les adolescent-e-s ayant Asperger peuvent demeurer indifférent-e-s aux événements sociaux ou à la lutte pour l’indépendance, alors que les autres jeunes avancent vers l’étape adulte de la vie en cherchant leur propre place dans la société.

Un aspect très important à traiter est la relation avec leurs possibles compagnons/compagnes, que ce soit des hommes ou des femmes, puisqu’iels sont incapables de comprendre les relations de manière passionnelle. De plus, dans cette période, l’éducation sexuelle doit être un pilier central, même si cela est valable pour tou-te-s les adolescent-e-s.

Asperger dans l’âge adulte

Les personnes avec Asperger peuvent mener une vie normale ; d’ailleurs, c’est le cas de la majorité d’entre elles. Si elles ont travaillé sur leur capacité à s’adapter à leur environnement et leurs émotions pendant l’enfance, généralement, elles n’ont pas beaucoup de problèmes pour évoluer dans le monde des adultes. Cependant, au travail, là où elles « souffrent » le plus, c’est lorsqu’elles doivent faire face à un public. Généralement, elles sont plus à l’aise dans les contextes où elles doivent développer des projets individuels, avec toute l’indépendance et la complexité que cela implique.

Comme tu le vois, j’ai Asperger, mais je ne suis pas un robot sans sentiments. Ose me connaître et me comprendre. Mets-toi à ma place et aies recours à l’empathie, cette capacité dont tu disposes. Ne me juge pas, ne te moque pas de moi. Essaie de me comprendre et de m’apprendre à te comprendre. Je suis sûr-e que je te surprendrai.