La vie n’est pas comme les gens la peignent, mais telle que vous la coloriez

2 février 2017 dans Psychologie 166 Partagés

La vie n’est pas comme les autres la peignent, mais telle que vous la coloriez. Parce que ce sera toujours notre attitude qui sera le meilleur pinceau, celui capable de nous offrir des tons de lumière quand nous en avons le plus besoin. Tandis que notre volonté sera celle qui choisit de peindre les jours avec des sourires, avant que l’amertume ne déteigne sur nous…

Ce qui est certain, c’est que parfois, la vie elle-même nous apporte des journées grises. Des moments d’obscurité absolue. Ce sont des instants où, même si nous pensons tout contrôler et que nous percevons presque comme des fabuleux stratèges de l’adversité, il se passe toujours quelque chose qui nous rappelle à quel point nous pouvons être vulnérables.


Je ne veux pas de baisers en noir et blanc, je veux une vie pleine de couleurs. Je suis las-se des tonalités grises, des personnes aux cœurs orageux : maintenant, je veux seulement être comme ce papillon capable de renaître avec des couleurs de fête éclatantes.


Le neurologue, psychiatre et éthologue français Boris Cyrulnik nous offre à travers ses livres et interviews un concept vraiment utile et intéressant de la vulnérabilité personnelle et du bonheur. Parlons avant tout de ce bien-être que l’on atteint après avoir connu chaque gamme de clairs-obscurs dans nos palettes existentielles.

Personne n’est préparé à la souffrance. Une enfance heureuse ne garantit pas que demain, nous serons protégé-e-s de toute douleur émotionnelle. De la même manière, une enfance avec des traumatismes ne doit pas non plus déterminer notre maturité et notre futur, comme Cyrulnik nous l’explique dans son livre Les Vilains petits canards.

La vie peut être très sombre à chaque moment, nous le savons bien. Nous l’avons vécu. Cependant, au lieu de nous soumettre à ces faits, à ces traumatismes, nous devons cesser d’être les victimes de nos circonstances et devons travailler jour après jour dans ces réalités personnes. Parce que nous sommes tou-te-s dignes d’être aimé-e-s, d’être heureux-ses. Nous devons tou-te-s choisir les meilleurs couleurs avec lesquelles peindre notre horizon.

mariposa-gif

Les clairs-obscurs de la vie et la façon de les affronter

Nous ne nous en rendons pas compte, mais nous avons tou-te-s une façon bien particulière de “peindre” notre quotidien. Nous parlons bien sûr de notre attitude et de ces ressources psychologiques si spéciales avec lesquelles nous faisons face à l’adversité, interprétons la réalité et, parfois, la créons.

Cependant, c’est là qu’apparaît l’éternel dilemme. On a l’habitude de dire que c’est le composant génétique qui nous confère ces racines qui nous poussent plus ou moins fréquemment vers l’abattement. Vers la dépression ou vers cette vision tordue, où nous voyons seulement des jours gris alors qu’un soleil sincère, immense et éblouissant brille au-dessus de nous.

Que cela soit clair : la génétique prédispose mais ne détermine pas. La volonté et notre attitude valent beaucoup plus. A tel point que la docteure Rafaela Santos, auteure de Lève-toi et marche, nous indique que la résilience est une combinaison de facteurs génétiques, sociaux et psychologiques. Cependant, rien n’est plus puissant que cet entraînement conscient et constant où nous pouvons faire face de façon positive aux situations adverses.

arco-iris-manos-copy

Tout cela nous anime sans aucun doute à réfléchir sur une autre réalité personnelle. On sait, par exemple, que les enfants peuvent hériter de la prédisposition à l’anxiété et à la dépression de leurs parents. Iels le font en partageant une caractéristique physiologiques : un circuit cérébral en suractivité.

Ce qui nous détermine n’est pas une structure en soi, mais des fonctions métaboliques qui peuvent se modifier. Avec une attitude adéquate, des stratégies psychologiques et cet entraînement conscient que nous avons cité auparavant, nous peindrons la vie selon nos envies.

Le temps de la résilience et du surpassement est arrivé

La résilience est comme ce ressort qui donne une impulsion à la vie. C’est l’art qui nous confère une certaine sensation de contrôle face aux difficultés. De la même façon, au lieu de rester éternellement handicapé-e-s par cette enfance injuste, par cette perte dramatique ou par cet échec ineffaçable, nous avons l’opportunité de choisir de nouvelles couleurs avec lesquelles donner forme à notre horizon.

Les experts en surpassement personnel ont l’habitude de nous dire que pour atteindre cette capacité, il est nécessaire de développer la stratégie de la domination. Nous savons, par exemple, que le mot “résilience” vient de la physique, et qu’il définit ce type de matériau capable de récupérer sa forme originelle malgré le fait qu’il ait été déformé. Cependant, dans le domaine de la psychologie, les choses ne fonctionnent pas de la même manière.

mujer-barco

Quand quelque chose “nous déforme”, nous ne retrouvons jamais notre forme originelle. Nous ne serons plus jamais les mêmes. Pourtant, être quelqu’un de différent n’implique pas d’être une personne plus fragile, plus sombre et blessée. C’est là que nous devons appliquer la stratégie de la domination.

Parce que la résilience n’est pas la capacité à sortir indemne, c’est l’art de dominer nos perspectives de pensée pour créer de nouvelles émotions. C’est le défi de maintenir l’estime de soi, l’indépendance et le courage de choisir les couleurs avec lesquelles peindre le futur.

Trois idées à répéter au quotidien

La docteure Edith Grotberg, connue pour avoir créé la preuve des facteurs de résilience, envisage la capacité de récupération sur la base de trois phrases que nous pouvons répéter quotidiennement. Ce serait les suivantes :

  • J’ai la capacité de faire face aux difficultés. Je dispose de valeurs, de normes de conduite, d’estime personnelle et de personnes qui m’aiment.
  • Je suis une personne qui croit en l’espoir et qui a foi en elle-même.
  • Je peux résoudre des problèmes, communiquer, me défendre, avoir de bonnes relations et lutter pour mon bonheur.

Mettre en pratique ces simples stratégies de pensée en vaut la peine. Cela ne coûte rien, mais nous pouvons atteindre un grand résultat.

A découvrir aussi