Nul besoin de blesser pour enseigner, ni d’être blessé pour apprendre

· 7 septembre 2016

Dans notre monde, on est entouré par de nombreuses personnes différentes, des circonstances et des particularités qui conditionnent notre développement émotionnel.

Ainsi, il y a des situations inévitablement douloureuses et des gens pour qui blesser les autres est très simple.

D’une certaine manière, tout cela -le bon et le mal- ne peut pas ne pas être et existera toujours, puisque personne n’est parfait.

Nous faisons tous des erreurs, et parfois nous blessons les autres sans nous en rendre compte.

Le problème est lorsque on commence à croire que pour apprendre, il faut souffrir, alors qu’il n’est pas nécessaire de blesser pour apprendre ou d’être blessé pour apprendre.

La douleur et son côté positif

Il y a quelques jours, nous disions justement qu’apprendre est toujours un cadeau même si la source de l’apprentissage est la douleur.

Cette souffrance, au moins, n’est pas arrivée en vain car tout fruit récolté qui nous sert pour de nouvelles expériences sera positif.

Nous ne voulons pas que les autres nous fassent du mal pour tirer des leçons à partir de la souffrance de jours de tristesse extrême. 

Il n’y a rien de bon ou de mauvais, sinon l’idée que l’on s’en fait.”
-William Shakespeare-
Femme-sortant-de-la-terre

Peut-être que l’affirmation de Shakespeare, sortie de son contexte, est difficile à comprendre mais elle donne toute la vérité.

Dans des cas où la douleur est inévitable et qu’elle nous échappe, c’est vrai que nous ne pouvons pas agir et que nous sommes dans l’obligation de dépasser la période difficile.

Cependant, au-delà de cela, il est bon de se souvenir que ce qui nous arrive passe par le filtre de notre esprit et nous avons toujours le dernier mot. 

C’est-à-dire qu’il est bon de faire la différence entre la douleur inévitable et ce qui est une souffrance optionnelle : quand quelqu’un blesse quelqu’un d’autre, sans logique, son comportement n’est ni tolérable ni admissible.

Les expériences négatives nous aident à mûrir, mais quand nous sommes obligées de les vivre : dans tous les autres cas, la blessure ne sera jamais une bonne technique d’apprentissage.

Laisser une marque sans blesser

Nous ne voulons pas une blessure supplémentaire, que nous ne méritons sûrement pas, et aussi car la vie nous en apporte suffisamment d’elle-même : personne ne mérite des cicatrices qui naissent de lésions émotionnelles artificielles.

Personne ne devrait avoir quelqu’un à ses côtés qui lui fasse du mal : car qui pense que la voie la plus rapide, c’est provoquer de la douleur, se trompe.

Ce n’est pas une tâche facile mais si vous vous laissez emporter par la colère, générant alors des événements nocifs ou si vous partagez votre vie avec des gens qui en déclenchent, il est peut-être temps d’envisager un changement.

Presque tous les enseignements que nous pouvons recevoir peuvent se vivre d’une autre manière, loin des rancœurs, des envies et des méchancetés.

“Peut-être qu’il m’aimait, qui sait. Mais ce qui est sûr c’est qu’il avait une compétence particulière pour me blesser”.

-Mario Benedetti-

Nous ne pouvons pas laisser les autres nous faire du mal sans raison et nous avons tout le pouvoir entre nos mains, car celui qui fait du mal n’aime pas, il souhaite faire du mal.

Il est préférable de choisir des personnes qui nous montrent qui elles sont de façon honnête, réussissant à nous rendre meilleurs que ce que nous sommes, en prenant soin de nos sentiments et en valorisant notre ‘moi’ intérieur.

Femme-nature-1

Que l’on vous ait fait du mal n’est pas une excuse pour blesser les autres

Les personnes toxiques qui nous nuisent plutôt que de nous aider sont partout, et il est difficile de leur échapper.

Cependant, comme nous l’avons dit, prendre les rennes de sa vie est quelque chose qui nous aidera à éviter les blessures de manière répétée. 

Quand nous avons vécu des situations de grande douleur, de maltraitance psychologique ou d’imposition de la part de quelqu’un, nous avons en nous une série de séquelles que nous devons apprendre à résoudre de la meilleure manière possible pour éviter qu’elles nous poussent à nous comporter de manière similaire.

Par exemple, certains enfants qui se sont sentis abandonnés émotionnellement et ont grandi avec un grand déséquilibre familial ont développé des comportements d’apprentissage peu appropriés à l’âge adulte.

Ainsi, il est important de comprendre que blesser avec l’excuse d’avoir été blessé ne conduit à rien de bénéfique, ni pour nous ni pour les autres.

Si l’on veut que quelqu’un nous écoute et apprenne de quelque chose que nous souhaitons lui transmettre, ce n’est pas la bonne voie.

“À chaque fois que quelqu’un blesse quelqu’un d’autre, il le fait à partir de sa propre blessure. Plus elle est profonde, plus elle est douloureuse”.

-Miguel Ángel Núñez-