Une relation nécessite plus d’engagement et moins de sacrifices

21 mars 2019
A quoi ressemble une relation saine ?

Une relation nécessite plus d’engagement et moins de sacrifices. Cependant, beaucoup de personnes pensent que l’amour véritable exige constamment des sacrifices et des concessions. Plus ces derniers seront grands, plus le lien sera authentique. Or, croire à cette idée peut nous pousser à construire des relations au pouvoir unilatéral qui nous mèneront tout droit à des extorsions émotionnelles et à la perte de notre identité.

Tout n’est pas recevable en amour. Graham Greene disait que nous naissions tous avec une notion authentique et noble de l’amour mais qu’à un moment donné, nous finissions par en faire mauvais usage. C’est peut-être dû au modèle classique du romantisme qui nous a été inculqué. Celui qui nous a fait croire, pendant longtemps, qu’amour et souffrance se conjuguaient de la même façon.

En fait, nous avons tellement pris l’habitude de lier l’affection à l’idée du sacrifice que nous avons fini par évaluer l’amour véritable en fonction de ces deux ingrédients. Or, le voir à travers ce prisme nous pousse à comprendre ce sentiment comme une sorte de dieu atavique qui exige de grandes concessions et des offrandes douloureuses pour que nous puissions vraiment être dignes d’amour.

Évitons d’en arriver à ces extrêmes. Même si les relations exigent parfois des sacrifices ponctuels, cette pratique ne peut pas se transformer en norme. Le véritable amour a par-dessus tout besoin d’engagement. Ce doit être une source de réalisation quotidienne et non pas un ensemble de souffrances qui détruit nos rêves, notre identité et nos valeurs.

femme pensant à sa relation

Une relation nécessite plus d’engagement et moins de sacrifices: la clé se trouve dans l’équilibre

Les sacrifices sont parfois nécessaires. Nous pouvons espérer que notre conjoint-e fasse un pas en avant, et pas des moindres: quitter sa ville d’origine ou son pays pour commencer une vie avec nous, abandonner son travail, remettre un projet à plus tard, etc. Il y a des moments où, effectivement, des kilomètres doivent être parcourus, des racines doivent être arrachées, des futurs doivent être reformulés…

Ces actes doivent venir de nous-mêmes. Et la personne doit les interpréter comme un bénéfice, jamais comme un mal. La perception de gain doit être plus forte que la sensation de perte. En somme, un équilibre adéquat doit exister. L’acte doit par ailleurs être considéré comme utile pour le renforcement du lien. Ce doit être une décision qui sert à affiner encore plus l’engagement.

Le sacrifice, au contraire, ne sert pas toujours à renforcer l’engagement. Bien souvent, il n’apporte que de la souffrance. Celui ou celle qui le réalise ressent une sensation de perte, et cette expérience a un prix. Ainsi, des études comme celle menée dans les universités de Toronto et de Berkeley nous signalent une chose importante:

  • Nous sous-estimons souvent le grand impact de ces dynamiques. Les concessions continues et les renoncements érodent complètement notre tissu émotionnel et les murs de notre identité.
relation en crise

Le coût émotionnel des renoncements continus

Le laboratoire de psychologie de l’Université de Berkeley a mené l’étude que nous venons de citer pendant trois ans. Quatre-vingt couples y ont participé dans le but de découvrir l’impact des sacrifices faits dans une relation.

  • On a pu voir qu’une bonne partie des personnes qui faisaient des sacrifices pour l’autre avaient tendance à « cacher » ce coût émotionnel à leur conjoint. 
  • En n’exprimant pas le prix de cette décision, l’autre personne pensait souvent qu’elle avait été prise de plein gré et avec normalité. Elle n’hésitait donc pas à demander plus de sacrifices par la suite.

Lorsque les renoncements étaient constants et lorsque le coût émotionnel de ces actions n’était pas exprimé, ces personnes ressentaient de la frustration, des problèmes d’estime de soi et d’insatisfaction.

Une relation exige plus d’engagement et moins de sacrifices. Si nous devons faire un renoncement pour l’être aimé, nous devons lui faire comprendre le coût émotionnel et personnel que cela suppose pour nous. Nous devons verbaliser nos sentiments et exprimer clairement ce que chaque action réalisée pour la personne aimée implique.

L’amour ne se mesure pas en terme de sacrifices

Une relation nécessite plus d’engagement et moins de sacrifices, nous le savons. Cependant, nous avons été conditionnés par l’idée que l’amour et le sacrifice vont toujours de pair. C’est pour cela que nous choisissions de taire le poids de chaque renoncement. Certaines personnes en arrivent même à rationaliser ces concessions, en pensant que c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Elles doivent être faites. 

Ainsi, une personne peut essayer de se dire qu’abandonner son travail était la meilleure chose à faire, qu’abandonner cette passion, cette maison, ce projet, cette routine, cette amitié était parfaitement adéquat car, en fin de compte, l’amour est la chose la plus important qui soit. Ce raisonnement peut durer un mois ou même une année.

Cependant, la balance finira par ne plus être équilibrée. Un jour viendra où les pertes seront plus fortes que les gains et où la frustration émergera. La frustration, ou la haine. La haine vis-à-vis de cette personne pour laquelle nous avons cessé d’être nous-mêmes.

Nous devons comprendre qu’aimer ne signifie pas transformer des sacrifices en normes. Un lien doit favoriser notre développement personnel et non l’entraver. C’est pour cela qu’une relation nécessite plus d’engagement et moins de sacrifices. Nous pouvons faire n’importe quoi pour l’autre, tant que cela améliore la qualité du lien.

Mais gardons une chose à l’esprit: nous ne devons jamais faire de choses qui nous transforment en une personne que nous ne sommes pas.

 

  • Emily A. Impett, Bonnie M. Le, Aleksandr Kogan, (2008) “When You Think Your Partner Is Holding Back: The Costs of Perceived Partner Suppression During Relationship Sacrifice.” Social Psychological and Personality Science