Troubles émotionnels nocturnes : pourquoi est-ce que je me sens anxieux la nuit ?

La nuit peut devenir très sombre dans ces moments de tourments vitaux. Dans cet article, nous examinons pourquoi et ce que nous pouvons faire pour faciliter ou améliorer notre routine nocturne.
Troubles émotionnels nocturnes : pourquoi est-ce que je me sens anxieux la nuit ?

Dernière mise à jour : 03 septembre, 2021

La nuit est redoutée lorsqu’on traverse une étape de détresse émotionnelle. Le besoin de se reposer et l’imposition de 8 heures de repos nous martèlent quand nous ne pouvons pas nous endormir. D’autres fois, malgré l’arrivée du sommeil, il n’est pas réparateur, ce qui ajoute au maelström émotionnel du quotidien. Il s’agit de troubles émotionnels nocturnes.

Il peut arriver qu’au milieu de notre désespoir apparaisse l’angoisse. Cela provoque une altération de notre métabolisme émotionnel nocturne et, par conséquent, la fatigue s’ajoute aux problèmes que nous vivons.

Il y a des moments de la journée où nous sommes les plus vulnérables et, sans aucun doute, la nuit est l’un des plus courants pour diverses raisons. Voyons pourquoi et quels sont les effets que cela a sur notre santé.

Femme éveillée la nuit au lit et troubles émotionnels nocturnes

Pourquoi la détresse émotionnelle et l’anxiété s’intensifient-elles la nuit ?

La vérité est que la nuit a une série de caractéristiques distinctives. Qui peuvent favoriser différents états psychologiques en fonction de la prédisposition d’une personne. D’une part, la diminution des stimuli externes à tous les niveaux sensoriels et sociaux peut nous amener à nous concentrer sur diverses sensations corporelles. C’est la raison pour laquelle la douleur, la tension musculaire, la tachycardie ou les pensées sont interprétées de manière plus dysfonctionnelle la nuit.

Par exemple, en raison du manque de stimulation externe, les personnes souffrant d’acouphènes ou de bourdonnements d’oreilles les ressentent davantage dans le silence de la nuit. Pour atténuer cet effet, il est généralement recommandé à la personne de dormir avec une musique relaxante à faible volume. Car cela diminuera l’intensité de l’acouphène et l’aidera à s’endormir et à surmonter l’inconfort qu’elle produit.

D’autre part, nous devons également indiquer l’importance de notre interprétation de la détresse émotionnelle nocturne. La nuit étant l’espace de repos socialement et biologiquement réservé, ne pas pouvoir le faire nous amène à anticiper d’énormes malaises.

De même, le silence de la nuit et le manque d’activité peuvent nous amener à entrer dans notre esprit et à trop réfléchir à ce qui nous inquiète ou ce qui nous concerne. Étant une période de temps pendant laquelle nous ne pouvons pas exécuter une solution, si nous la trouvons dans notre rumination, la réflexion nous conduira sans aucun doute sur un chemin plein d’incertitude.

De cette façon, donner beaucoup de réflexion à quelque chose nous entraîne habituellement dans une spirale de souffrance dans laquelle nous finissons par trop analyser la réalité mentale et créer des scénarios qui ont peu à voir avec ce qui se passe.

Le sommeil perturbé comme cause et conséquence de l’anxiété la nuit

Souvent, notre sommeil est interrompu par des vagues d’inconfort, d’anxiété ou de réveils fréquents. Cette tendance est extrêmement dommageable. En effet, des études comme celle réalisée à l’université Johns Hopkins, à Baltimore, montrent qu’interrompre le sommeil est très dangereux pour notre humeur, puisque les phases de sommeil sont également altérées.

Il a été démontré que les ondes cérébrales lentes diminuent les perturbations du sommeil. Cela a été associé dans la littérature scientifique aux troubles de l’humeur.

N’oublions pas que, pour qu’un recyclage mental et physique adéquat ait lieu, notre système de régulation doit compléter une série de cycles de sommeil, passant par des phases REM et Non-REM à plusieurs reprises. Nous ne dormons pas bien parce que nous nous sentons mal. Et nous nous sentons épuisés émotionnellement parce que nous ne dormons pas bien.

Qu’y a-t-il derrière les troubles émotionnels nocturnes ?

Habituellement, lorsque nous analysons pourquoi une personne ressent de l’anxiété la nuit, nous trouvons un inconfort émotionnel qui n’a pas été géré. Les rêves sont précisément des élaborations mentales. Elles sont générées dans le but de digérer ou de recycler ce que notre psychisme a vécu au cours de la journée. Pour autant, dans certains cas, des troubles émotionnels nocturnes peuvent apparaître.

Parfois, les rêves sont vêtus de souvenirs, d’événements ou de peurs. Mais ce qui est clair, c’est qu’ils sont la tentative de notre esprit de repositionner pendant que nous dormons ce que nous n’avons pas consciemment organisé pendant la journée.

Si ce que nous avons à filtrer, digérer ou élaborer a une grande charge émotionnelle, cette tâche mentale nocturne sera beaucoup plus lourde et indigeste. Par conséquent, notre repos sera altéré, au prix de ce sommeil plus tardif ou de ce réveil plus tôt. Que notre sommeil soit constamment interrompu, qu’il y ait des cauchemars, des terreurs nocturnes ou des rêves répétés, etc.

Cela a un effet dévastateur sur notre état psychologique, compliquant la gestion des défis quotidiens et la peur de ce qui va se passer la nuit. Cette peur induit l’apparition de pensées à partir desquelles nous construisons des réalités catastrophiques. Pleines de sensations mentales et physiques négatives.

Il ne faut pas oublier que dans certains cas, il sera important de demander l’aide psychologique d’un professionnel de la santé mentale. Pour nous aider à développer et à gérer ce que nous vivons.

Homme avec anxiété la nuit et troubles émotionnels nocturnes

Les clés pour réduire les troubles émotionnels nocturnes et retrouver une bonne routine de sommeil

Pour rompre cette boucle, il est essentiel que nous sachions que se réconcilier avec la nuit et le sommeil est un processus qui nous oblige à évaluer quels sont les facteurs qui nous affectent. En outre, d’autres considérations à prendre en compte sont les suivantes :

  • Éliminer les soucis et résoudre ce qui est possible pendant la journée est crucial pour accélérer la digestion émotionnelle la nuit et éviter l’apparition d’anxiété.
  • Réguler les heures consacrées à l’activité physique. Trop et trop peu d’activité peuvent affecter le sommeil.
  • Les périodes d’activité physique doivent s’éloigner du coucher pour ne pas avoir à faire face à une surexcitation physiologique. De même, nous devons garder à l’esprit que l’utilisation d’appareils technologiques la nuit interfère avec le sommeil.
  • Maintenez une température, une hygiène et une ventilation adéquates dans votre aire de repos, qui ne doit être utilisée que pour dormir ou avoir des rapports sexuels.
  • Identifiez les stimuli qui vous altèrent le plus et essayez de réduire leur effet.
  • Maintenez des heures de repas et de repos régulières.
  • Effectuer des activités compensatoires qui vous permettent de réduire l’activation physiologique de l’émotion. Par exemple, la relaxation musculaire progressive, le yoga ou la pleine conscience.
  • Enfin et surtout, gardez à l’esprit que le sommeil viendra et qu’il existe de nombreux outils qui peuvent être acquis pour le réguler. Sur cette base, il s’agit d’explorer ce qui peut être amélioré et ce dont nous avons besoin.

Le sommeil et le repos sont des mécanismes du corps qui nous permettent de réguler nos systèmes physiques et mentaux. Disons que c’est un redémarrage qui aide à tout remettre en marche. Pour cette raison, le matériel émotionnel diurne que nous n’examinons pas peut apparaître sous la forme de tourments nocturnes.

N’oublions pas que prendre les problèmes au lit a des effets dévastateurs. Il est donc essentiel que nous nous donnions la possibilité de gérer psychologiquement ce dont nous avons besoin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi ressentons-nous de l’antipathie ?
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi ressentons-nous de l’antipathie ?

En psychologie, l'antipathie est comprise comme un sentiment d'aversion. Un rejet qui peut être conscient ou inconscient.



  • Finan, P. H., Quartana, P. J., & Smith, M. T. (2015). The Effects of Sleep Continuity Disruption on Positive Mood and Sleep Architecture in Healthy Adults. Sleep38(11), 1735–1742. https://doi.org/10.5665/sleep.5154