Trouble psychotique bref : symptômes et traitement

26 février 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
Trouble psychotique bref

Quand disons-nous qu’une personne est « folle » ? Comment définissons-nous la « folie » ? De nombreuses définitions et de nombreux points de vue différents sur le phénomène de la folie ont été donnés. Nous en parlerons ici via le trouble psychotique bref.

Traditionnellement, en psychiatrie, nous distinguons deux grands groupes de troubles : les troubles psychotiques et les troubles névrotiques. Nous pouvons généralement définir la folie comme un état psychotique. 

Les psychoses ou les états psychotiques impliquent une perte de contact avec la réalité, se manifestant à travers des délires et/ou des hallucinations. En revanche, les névroses ou les états névrotiques n’entraînent pas de perte de contact avec la réalité. Des exemples de troubles névrotiques seraient la dépression et l’anxiété, et des exemples classiques de psychose seraient la schizophrénie et le trouble bipolaire.

Principales caractéristiques définissant les troubles psychotiques : délires et hallucinations

Parler de trouble psychotique, tel que le trouble psychotique bref, correspond à parler de ses manifestations ou symptômes. Ainsi, il existe dans le trouble psychotique bref deux types d’altérations dans la perception de la réalité : les délires et les hallucinations.

Trouble psychotique bref

Lorsque nous parlons de délires, nous nous référons à des croyances fixes qui ne sont pas sensibles à la réalité, aux preuves contre ellesÉtymologiquement, le mot délire provient du mot latin delirare, qui signifie laisser le sillon labouré. Appliqué à la pensée, cela correspondrait à quelque chose comme « penser hors du sillon normal ».

Au sens non professionnel, le délire signifie « dérailler, avoir la raison perturbée ». Dans le langage commun, le délire est pratiquement synonyme de folie, de déraison ou de perte de réalité.

Caractéristiques des délires

Pour identifier un délire en tant que tel, nous devrions prendre en compte le degré auquel l’expérience s’ajuste aux points suivants :

  • Ils se maintiennent avec une conviction absolue.
  • Ils sont vécus comme une vérité évidente en tant que telle, avec une importante transcendance personnelle.
  • Ils ne se laissent pas modifier par la raison ou l’expérience.
  • Leur contenu est souvent fantastique ou du moins intrinsèquement improbable.
  • Les croyances ne sont pas partagées par les autres membres du groupe social ou culturel.
  • La personne est préoccupée par la croyance et il lui est difficile d’éviter d’y penser ou d’en parler.
  • La croyance est une source de mal-être subjectif ou interfère avec le fonctionnement social de la personne et avec ses occupations.

En bref, les délires se caractérisent comme étant conceptuellement très complexes, et il s’agit peut-être de la raison pour laquelle il est si difficile de les « enfermer » dans une définition. Un exemple classique de délire serait celui d’une personne convaincue qu’elle est espionnée ou contrôlée par des caméras cachées. Ou celle qui pense être Napoléon. Ou celle qui pense avoir la mission divine de sauver le monde de sa destruction.

Qu’entendons-nous par hallucination ?

Les hallucinations sont des perceptions qui se produisent sans la présence d’un stimulus externe. Elles sont vives et claires, avec toute la force et l’impact des perceptions normales et ne sont pas soumises à un contrôle volontaire.

Les hallucinations peuvent se produire dans n’importe quelle modalité sensorielle, mais les hallucinations auditives sont les plus fréquentes dans le trouble psychotique bref et dans la schizophrénie. Ces hallucinations sont généralement vécues sous la forme de voix, connues ou inconnues, qui sont perçues comme distinctes de la pensée propre.

Des exemples classiques d’hallucinations peuvent être identifiés chez les personnes qui entendent des voix leur disant qu’elles doivent accomplir une mission. Ou celles qui voient de petits animaux rampant sur leurs bras.

Trouble psychotique bref

Le trouble psychotique bref

Le trouble psychotique bref se caractérise essentiellement par une altération qui implique l’apparition soudaine d’au moins un des symptômes psychotiques suivants : délires, hallucinations, parler ou discours désorganisé ou comportement psychomoteur très anormal, y compris la catatonie. La catatonie est définie comme un syndrome neuropsychiatrique caractérisé par des anomalies motrices, qui se produisent en association avec des altérations de la conscience, de l’affect et de la pensée.

Des convulsions peuvent apparaître, mais elles sont plus fréquentes lorsque la cause est organique. En fin de compte (dans les deux cas organiques et psychiatriques), nous pensons que la catatonie trouve son origine dans un dysfonctionnement du cortex orbito-frontal latéral.

L’apparition soudaine d’un trouble psychotique bref est définie comme le passage d’un état non psychotique à un état clairement psychotique en l’espace de deux semaines. Un épisode de la maladie dure au moins 1 jour, mais moins de 1 mois, et l’individu retourne complètement au niveau de fonctionnement qui était le sien avant le trouble.

Caractéristiques du trouble psychotique bref

Selon le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM-5), pour qu’une personne soit diagnostiquée avec un trouble psychotique bref, les critères suivants doivent être remplis :

A. Présence d’un (ou plusieurs) des symptômes suivants. Au moins l’un d’entre eux doit être (1), (2) ou (3) :

  • Délires
  • Hallucinations
  • Discours désorganisé (parler désorganisé).
  • Comportement très désorganisé ou catatonique.

B. La durée d’un épisode de trouble est d’au moins un jour mais de moins d’un mois, avec un retour définitif total au degré de fonctionnement antérieur à la maladie.

C. Le trouble n’est pas mieux expliqué par un trouble dépressif majeur ou bipolaire avec caractéristiques psychotiques, ou d’autres troubles psychotiques tels que la schizophrénie ou la catatonie, et il ne peut pas être attribué aux effets physiologiques d’une substance (par exemple, un médicament ou une drogue) ou un autre problème médical.

Trouble psychotique bref

Comme nous pouvons le constater, une personne qui présente un trouble psychotique bref passe rapidement d’un état « normal » à un état psychotique, ce presque sans avertissement. Cet état de « folie » dure entre un jour et un mois (jamais plus que cela). Enfin, la personne récupère complètement ou revient à son état de base.

Les différences avec la schizophrénie sont claires. Dans la schizophrénie, les signes continus du trouble persistent pendant au moins six mois et, normalement, le passage du « normal » à la « folie » n’est pas si rapide, mais plus progressif. Le cours de la schizophrénie est généralement chronique, tandis que le trouble psychotique bref est généralement résolu ou « guéri ».

Bien que le trouble soit bref, il peut devenir grave

Les personnes atteintes de trouble psychotique bref éprouvent généralement une agitation émotionnelle ou une grande confusion. Elles peuvent présenter des changements rapides d’un affect intense à un autre. Bien que le trouble soit bref, le degré de dysfonctionnement peut être sévère dans la période où la symptomatologie est présente.

Cela peut nécessiter une supervision, de sorte que les besoins nutritionnels et hygiéniques soient satisfaits et que la personne soit protégée des conséquences d’un manque de jugement, d’un dysfonctionnement cognitif et d’actions motivées par des idées délirantes. D’autre part, il semble exister un risque accru de comportement suicidaire pendant le trouble psychotique bref, notamment lors de l’épisode aigu. Il est essentiel dans ce cas de prendre des mesures de sécurité pour empêcher la personne concernée de s’auto-mutiler.

Traitement du trouble psychotique bref

Le traitement pharmacologique est l’intervention principale pour les psychoses, mais le traitement lors de la phase initiale ne doit pas être exclusivement basé sur cela. Tant l’intervention psychosociale que la réalisation d’une thérapie psychologique sont très importants dans le processus de récupération.

médicament

Ces interventions englobent une série de mesures visant à minimiser la vulnérabilité des patients lors des situations de stress, à faciliter les processus de rétablissement, à renforcer leur adaptation et leur fonctionnement familial, social et éducatif, ainsi qu’à accroître leurs ressources pour faire face aux conflits, aux problèmes et tensions interpersonnels ou biographiques.

Comme nous avons pu le constater, le trouble psychotique bref peut avoir des conséquences importantes pour la personne qui en souffre. Cela peut également détériorer les relations familiales et personnelles, rendant essentiel de recourir à l’aide d’un professionnel qualifié afin de le traiter.

Références bibliographiques

American Psychiatry Association (2014). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), 5ème Ed. Madrid: Editorial Medica Panamericana.


A découvrir aussi