Trois choses simples devenues compliquées

11 septembre, 2020
L'humanité a de sérieux problèmes à résoudre, mais beaucoup de gens passent trop de temps à résoudre de petites difficultés fictives. Celles-ci sont parfois générées par d'innombrables choses simples qui sont soudainement devenues inutilement compliquées. Nous analysons ce phénomène ci-dessous.

Nous vivons à une époque contradictoire où les choses extrêmement complexes sont devenues simples et les choses simples sont devenues compliquées. De nos jours, il est relativement facile de relier différents points de la planète en quelques secondes, mais recevoir un message d’accueil du voisin peut être un exploit.

Dans une large mesure, le consumérisme est le facteur qui nous a conduit à ajouter des artifices aux choses simples, qui ne devraient pourtant impliquer aucune complexité. Tout comme la modernité apporte des avancées fantastiques dont nous devons tirer le meilleur parti, il est également possible d’apprendre à valoriser des aspects du passé qui peuvent être utiles dans le présent. Voici sont trois de ces aspects.

“Celui qui a commencé à vivre plus sérieusement de l’intérieur commence à vivre plus facilement à l’extérieur.”

– Ernest Hemingway –

Une femme pensant aux choses simples devenues compliquées.

1. Manger, une des choses simples devenue compliquée

Manger n’est pas facultatif, car si nous ne le faisons pas, nous mourrons tout simplement. Jusqu’à il y a quelques décennies à peine, la nourriture faisait partie de ces choses simples de la vie qui n’avaient pas de plus grand mystère. Les gens mangeaient ce qui était disponible, essayant de donner la priorité à ce qui contenait plus de nutriments ou était plus appétissant.

Aujourd’hui, la nourriture fait partie de ces réalités qui se sont compliquées. À notre époque, pratiquement tous les aliments sont nocifs et le sujet de l’alimentation est devenu très complexe pour certains. Lait sans lactose, café décaféiné, sans sucre, sans sel, sans farine, sans gluten, sans viande, sans gras. Pas trop, mais pas trop peu non plus, ne combinez pas ça avec ça…

Les choses pourraient être beaucoup plus simples à cet égard. D’une part, le critère à suivre est qu’aucun excès n’est bon. Cela est parfaitement connu depuis l’époque des stoïciens et n’a pas changé. D’un autre côté, moins vous mangez d’aliments ultra-transformés, mieux c’est.

Manger ne peut pas être vu comme une menace, mais non plus comme un rituel sublime. Pourtant, c’est initialement une chose simple.

2. S’habiller, une approbation aveugle de la consommation

Le consumérisme a conduit à des niveaux absurdes. Beaucoup savent sûrement que leurs grands-parents et arrière-grands-parents achetaient une tenue très occasionnellement. Les produits étaient d’une si bonne qualité qu’ils étaient même hérités du frère aîné au plus jeune ou du père au fils.

Ce que les gens recherchaient, c’était des vêtements pour les réchauffer suffisamment s’il faisait froid ou pour leur permettre de se sentir frais s’il faisait chaud. Les critères pour s’habiller au quotidien étaient l’utilité et le confort. Pour cette raison, des vêtements durables, bien faits et avec des matériaux appropriés ont été fabriqués et achetés.

La robe a toujours eu quelque chose à voir avec l’esthétique. Cependant, nos ancêtres n’ont accordé de la pertinence à cet aspect que lors de jours ou de moments spéciaux. Il était courant pour chaque personne d’avoir sa robe du dimanche, de la porter lors des jours de repos ou de fête spéciale.

Le monde d’aujourd’hui a rendu la tâche très difficile, en particulier pour certaines personnes qui sont extrêmement perméables ou qui dépendent de l’opinion des autres et, par conséquent, en font trop pour aimer ou plaire. Les modes sont un moyen de rendre les vêtements obsolètes et de garantir une consommation plus élevée. L’exemple parfait de l’une des choses simples qui se sont compliquées.

S'habiller ne fait aujourd'hui plus partie des choses simples.

3. S’amuser a fini par être complexe

Il est déconcertant de voir que le plaisir figure également dans la liste des choses simples devenues compliquées, mais c’est le cas. Des centaines d’options amusantes ont été créées, mais l’essentiel est qu’elles ne sont même pas vraiment amusantes, mais permettent plutôt de passer le temps ou de divertir de temps en temps.

Ce qui existe aujourd’hui, c’est une gigantesque industrie du divertissement qui promeut des personnalités du monde du divertissement. Il y a évidemment des personnages très talentueux là-bas, mais il y a aussi beaucoup de chanteurs qui ne chantent pas, des acteurs qui ne jouent pas, des écrivains qui ne savent pas écrire, etc. Au fond, cette sphère est une extension du monde du mannequinat.

Des célébrités naissent, souvent par la force, et d’énormes sommes d’argent sont rassemblées. Beaucoup de gens aujourd’hui sont des spectateurs du plaisir, mais pas vraiment des participants actifs. On a oublié qu’une bonne conversation, un jeu simple, une danse communautaire ou une bonne lecture sont vraiment amusants.

Le mot “divertir” vient de la racine latine divertere , qui signifie “tourner dans la direction opposée, recréer”. Ce n’est pas exactement ce qui se passe dans le cadre dela plupart des divertissements d’aujourd’hui, bien au contraire, puisque nous sommes plongés dans une éternelle réitération des tendances.

La nourriture, les vêtements et le divertissement pourraient être simplifiés et plus accessibles. Peut-être que cela fait partie du moyen de retrouver le bien-être.

 

De Bono, E., & Millet, A. S. (2000). Simplicidad: técnicas de pensamiento para liberarse de la tiranía de la complejidad. Paidós.