Comment triompher dans une dispute, selon Gandhi

17 mai 2017 dans Psychologie 919 Partagés

La vie de Mahatma Gandhi est pleine d’histoires et d’anecdotes sur des confrontations qui finissent par apporter de grandes doses de sagesse. De fait, cet homme, devenu célèbre, est considéré dans l’Histoire comme le premier à avoir envisagé une guerre sans violence.

Il raconte, par exemple, qu’un jour, il s’est assis pour manger à côté d’un professeur à l’Université de Londres. Le professeur lui a demandé de partir car “Les oiseaux et les porcs ne peuvent pas manger ensemble”. Gandhi s’est levé et a dit : “Ne vous inquiétez pas, professeur, je pars en volant”.

“L’objet de toute dispute ne doit pas être le triomphe, mais le progrès.”

-Joseph Joubert-

Gandhi n’en faisait toujours qu’à sa tête dans les disputes. Mais il le faisait avec tant d’intelligence et tant de grâce qu’il apportait quelque chose à son adversaire. Plutôt de que gagner la dispute, son but était de révéler un apprentissage extrait de la situation en question. Ainsi, si cela vous intéresse, nous allons parler dans cet article de ses suggestions pour triompher dans une dispute.

Ne pas être égoïste et argumenter solidement

Pour Gandhi, toute perspective d’un problème doit aussi tenir compte de la condition de l’opposant. En prenant cette idée comme base, il a détruit le monopole de l’industrie textile anglaise et s’est ensuite présenté dans chacune des usines pour s’excuser des licenciements qu’il avait provoqués.

Il est aussi connu pour avoir étudier chaque sujet à fond. Il ne se contentait pas d’avoir une vision superficielle du monde. Il lisait, il approfondissait, il consultait. Tout cela lui permettait de se forger une opinion informée et solide à propos de n’importe quel sujet. C’est sans doute une clé pour affronter tout débat.

Entraîner sa force physique et sa patience

Il pensait que la force du corps contribue de manière décisive à la force de l’esprit. Gandhi avait une bonne forme physique, ce qui lui a permis de surmonter des moments difficiles avec une forme incroyable. L’entraînement du corps apporte de la tempérance, de la force de volonté et de la maîtrise de soi.

La patience, de son côté, est l’entraînement de l’esprit. Gandhi disait qu’un mur doit se construire pierre par pierre. Et que chaque pierre a son moment d’installation. La patience est un trait propre aux esprits les plus forts. Ne pas céder à la première impulsion est clé pour triompher, surtout lors d’une confrontation.

Ressentir de l’empathie pour l’autre, s’impliquer dans ses émotions

Gandhi a divulgué des idées qui ont atteint le monde entier. Ses principes n’étaient pas le produit d’une vision locale ou capricieuse. Bien au contraire. Dans ses idées et sa lutte, se trouve l’humanité toute entière. Sa doctrine s’est tout d’abord concentrée sur son propre village, mais était inspirée de valeurs universelles.

Ce leader octroyait une place très importante aux émotions. Son discours n’était pas complètement idéologique. Il essayait de comprendre la position de ses opposants et tenait compte de ce qu’ils pouvaient ressentir. C’est pour cela que des milliers de personnes dans le monde l’ont suivi et l’ont admiré, même s’ils ne partageaient pas sa cause. Gagner une confrontation n’implique pas forcément d’annuler l’autre.

Parler avec un langage simple et être transparent

La simplicité du discours est quelque chose qui caractérise les grands leaders. Ils ne parlent pas pour être admirés, ils parlent pour être compris. Et la meilleure manière d’inciter à la compréhension est d’utiliser un langage simple, que tout le monde peut comprendre.

Ce serait du populisme si derrière tout cela, il y avait des intérêts cachés. Mais si les mots simples ne cachent pas de vérités occultes, ils vont droit au cœur. Un discours authentique a un grand pouvoir de conviction. Et amène aussi le respect. Une dispute verbale se gagne ainsi : avec des arguments profonds, exprimés de manière simple et sans mensonges.

Grandir dans l’auto-suffisance et persévérer

Gandhi s’est évertué à obtenir tout ce dont il avait besoin. Il faisait ses propres vêtements et autres objets d’usage quotidien. Il a converti l’auto-suffisance en une manière de construire sa liberté. Il savait que les liens de dépendance ne naissent pas des grands faits, mais de petits détails. Et il a pris le mal à la racine.

Ce grand leader a mis 55 ans à parvenir à l’indépendance de l’Inde, qui était son grand rêve. Il l’a fait à sa façon : sans recourir à la violence. Il a traversé des milliers de difficultés avant d’y arriver. Au fond, il savait que la persévérance est une clé qui finit par ouvrir toutes les portes et que la capacité de persuasion permet d’avancer vers le triomphe.

Tous les espoirs de Gandhi nous laissent un catalogue précieux de valeurs humaines. Son triomphe a été un triomphe de l’esprit et c’est pour cela qu’il y a eu un avant et un après Gandhi. Le plus grand de tous ses préceptes a été de se confronter aux problèmes, sans l’objectif de détruire l’autre. Ainsi, il n’y a jamais de défaite, car c’est une voie sûre pour que tout le monde finisse par gagner, même si ce n’est pas exactement ce qu’ils voulaient au départ.

Lisez aussi : La lettre de Gandhi à Hitler

Image principale de Whooli Chen

A découvrir aussi