Tombez amoureux librement, n’ayez pas peur de l’amour !

20 avril 2016 dans Psychologie 435 Partagés

Tombez amoureux librement, détachez-vous de vos peurs !

Avez conscience de toutes les choses que vous perdez ? La peur de l’amour nous réduit à l’esclavage…

Dites stop, et tombez amoureux en toutes circonstances. N’ayez pas peur de l’amour. Soyez courageux, soyez audacieux. Les instants que vous êtes en train de vivre, vous ne les revivrez jamais.

Avec un autre corps et une autre âme, peut-être, mais jamais de la même façon. Laissez votre coeur battre avec force.

Laissez l’amour vous remplir, comme la brise marine ou le soleil radiant vous remplissent. Riez, lâchez prise, soyez heureux…

Soyez heureux grâce à cet amour qui a sonné à votre porte et qui vous a souhaité la bienvenue. Ne lui fermez pas les portes de votre âme ni de votre coeur.

De quoi avez-vous si peur ? De le perdre ? Dans la vie, rien n’est plus sûr que la mort…

Alors, assumez les possibles pertes qui se présenteront à vous, voire même la perte de l’amour, mais malgré tout, vivez. Libérez-vous de la peur de l’amour.

Comprendre la peur de l’amour

« Qu’est-ce qui m’arrive ? Pourquoi l’amour me fait-il si peur ? Je ne peux pas faire autrement. Dès que je me rends compte que je commence à tomber amoureux, je fuis… je romps, et c’est alors que je me sens de nouveau tranquille. Je me sens pris de panique, et je somatise avec des vertiges, des nausées, des tremblements. Je ne le supporte pas… »

Peut-être souffrez-vous de philophobie. Mais, qu’est-ce que la philophobie ? La philophobie, c’est la phobie de tomber amoureux.

De fait, quand une personne qui souffre de philophobie tente de se lancer dans une relation amoureuse, elle est alors prise de panique, et dans la plupart des cas, elle finit par mettre un terme à la relation.

Parfois, elle se rendra compte de ce qui arrive, et d’autres fois, elle se fondra en excuses ou trouvera mille et une raisons justifiant sa décision…

corazon-con-cerradura-y-llave

Face à la possibilité de tomber amoureuse, une personne philophobique se sent envahie par une peur irrémédiable qui la fait fuir.

Qui donc aime sentir son coeur palpiter excessivement, transpirer, avoir des vertiges, bref, être vulnérable ? La réaction normale consiste à s’éloigner de cette situation si désagréable dès que possible…

Cette peur de l’amour qui envahit la personne philophobique semble être liée à ses relations passées, qui ont laissé une trace de souffrance et de douleur.

En effet, lorsqu’elle se dit que la même chose pourrait bien se produire ou qu’elle commence à se sentir vulnérable, elle se bloque et a besoin de fuir la relation aussi vite que possible, comme si la fuite était pour elle une façon de se protéger face à ce qui, à ses yeux, pourrait se révéler comme étant une nouvelle déception.


« Combien de choses perdons-nous par peur de perdre ? »

-Paulo Coelho-


Comment se libérer de la peur de l’amour ?

Les phobies peuvent se soigner, et la philophobie aussi. Pour cela, il faut accepter ce qui arrive, avoir la motivation de se soigner, et se faire aider par des spécialistes.

Certaines thérapies traitent les phobies, telles que :

  • La thérapie cognitive ; cette thérapie vous aide à vous familiariser avec le processus mental qui vous mène à ressentir de la crainte.
    En d’autres termes, grâce à cette thérapie, vous pouvez identifier vos peurs et vos inquiétudes, bref, vos pensées, et les remplacer par d’autres plus positives.
  • La thérapie de désensibilisation affective : cette thérapie consiste à exposer la personne à ce qui la fait paniquer, qu’il s’agisse de l’amour ou de n’importe quoi d’autre.
  • L’hypnothérapie : l’hypnose peut aider à éliminer les associations négatives. Il s’agit de trouver les traumatismes psychiques présents chez les personnes sous état hypnotique induit.
    Une fois le patient plongé dans cet état, le thérapeute lui demande d’abandonner ses peurs.
  • La programmation neurolinguistique : c’est une thérapie controversée combinée à l’hypnose. Cette thérapie affirme que nos pensées sont déterminées par les mots, mots qui finissent par créer un programme dans notre cerveau.
    On doit être en mesure de reconnaître ces programmes que l’on a nous-même crées, ou bien que nous ont inculqués nos parents, nos professeurs, etc, et les annuler.


« C’est de quoi j’ai le plus peur que la peur. »

-Michel Eyquem de Montaigne-


la-mecánica-del-corazón

Nous-mêmes pouvons aussi essayer d’affronter notre peur que l’amour fasse irruption dans notre vie.

Pour cela, on doit s’engager dans le processus de changement et être conscient que souvent, on aura tendance à essayer de se fondre en excuses.

De plus, on peut essayer de :

  • Ne pas donner trop d’importance le sujet : parfois, on repérera dans notre vie davantage de conséquences et d’inquiétudes qu’il n’y en a en réalité, c’est pourquoi on doit être attentif à notre habitude consistant à généraliser et à extrapoler ce qui nous arrive.
  • Se renseigner sur la philophobie : S’informer sur ce qui nous arrive et apprendre à déterminer quelles sont les caractéristiques de la philophobie, cela nous aidera à mieux nous comprendre.
    Ainsi, on pourra acquérir certaines capacités et autres stratégies grâce auxquelles nous serons en mesure d’affronter notre peur.
  • Comprenez pourquoi cela vous arrive.
  • Mettez en pratique votre intelligence émotionnelle : la connaissance et la gestion de vos émotions ainsi que la compréhension des émotions des autres pourront vous permettre de mieux gérer vos sentiments envers les autres ainsi que les relations que vous entretenez avec eux.
  • Pensez à la pire chose qui pourrait vous arriver si vous perdiez cet amour : « Et si je tombe amoureux d’une personne et que je la perds, qu’est-ce qu’il pourrait m’arriver de pire ? Rien…la vie suivra son cours » ; ce type de pensées vous aidera à combattre la philophobie.
  • Parlez avec votre compagnon/compagne de ce qui vous arrive : racontez-lui tout sans peur ni honte ; de cette façon il/elle comprendra nombreuses des réactions que vous pouvez avoir parfois.
    En faisant part de nos peurs, on permet aux autres de nous comprendre, et d’être en mesure de nous venir en aide.

Pourquoi ne vous mettez-vous pas à l’épreuve, pourquoi ne cessez-vous pas de craindre à ce point l’amour ? Ne vous rendez-vous pas compte de tout ce que vous perdez ?

Toutes vos craintes n’existent que dans votre tête ! Si on n’affronte pas la vie, on ne pourra alors pas la savourer, ni en profiter…

Si on surpasse cette phobie de l’amour, notre estime de nous-même se renforcera, et on établira des relations plus saines avec les autres.

A découvrir aussi