The good nurse : La véritable histoire de l'ange de la mort

L'infirmier Charles Cullen tuait des patients depuis 16 ans dans 9 hôpitaux. On soupçonne qu'il pourrait avoir pris la vie d'environ 400 personnes. Comment est-il possible que personne n'ait réalisé ce que faisait « l'ange de la mort » ?
The good nurse : La véritable histoire de l'ange de la mort
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 29 novembre, 2022

En réalité, Charles Cullen a 62 ans et purge une peine dans la prison d’État du New Jersey. Il ne sera pas éligible à la libération conditionnelle avant l’an 2403. Comme prévu, il est très peu probable qu’il franchisse un jour les limites de l’enceinte qu’il habite actuellement. Car il porte sur son dos la mort de 29 personnes, bien qu’il stipula en avoir assassiné bien d’autres.

On le surnomme “l’ange de la mort” car entre 1988 et 2003, cet infirmier laissa derrière lui tout un entourage de meurtres silencieux dans divers hôpitaux. Il injectait de l’insuline et de l’odigoxine, éteignait les ventilateurs et changeait les médicaments afin d’en finir avec ceux qui, selon lui, souffraient excessivement.

Parce que Cullen, comme il l’expliqua lui-même, voulait soulager la douleur des patients. Cependant, leur mort ne fut ni douce, ni ne frappa ceux qui étaient en phase terminale. Beaucoup se remettaient simplement d’une opération ou d’une maladie bénigne. Il ne tua pas par pitié. Il tua par contrainte et à cause d’un trouble mental que personne ne détecta.

Son histoire est maintenant diffusée sur Netflix sous le titre The goog nurse. Il s’agit d’une adaptation du livre The Good Nurse : A True Story of Medicine, Madness, and Murder, de Charles Graeber. Dans cette production, un fait est mis sur la table qui, encore aujourd’hui, continue de susciter de vives inquiétudes…

Comment Cullen a-t-il pu assassiner autant de personnes en plus de 16 ans et dans neuf hôpitaux différents sans éveiller les soupçons ?

De nombreux hôpitaux où Cullen travaillait lui proposèrent de démissionner en échange de ne pas inclure de commentaires négatifs dans son dossier malgré des soupçons qu’il volait des médicaments et modifiait les traitements.

The good nurse
Charles Cullen a été condamné à 11 peines d’emprisonnement à perpétuité. Tout au long de sa vie, il tenta de se suicider à plusieurs reprises et fut admis dans des hôpitaux psychiatriques.

Qui était Charles Cullen ?

Lorsque le spectateur entre dans The Good Nurse, il est rapidement accroché par l’interprétation que réalise Eddie Redmayne du personnage de Charles Cullen. Ses mouvements sont précis, il y a quelque chose de froid et d’hypnotique en lui. Il a quelque chose du mime, ses mains tremblent, ce qui, comme un insecte, contamine les intraveineuses et les gouttes d’insuline de ses patients.

Il est presque inévitable de se souvenir d’un Norman Bates avec sa silhouette décharnée, serviable, mais avec ce regard qui borde sans aucun doute le précipice de la maladie mentale. La vérité est que nous en savons beaucoup sur la vie de cet infirmier qui assassina en toute impunité dans l’intimité des hôpitaux.

Ce garçon réservé, mince et timide n’eut pas la vie facile. Ainsi, comme toujours dans la gestation des monstres, les premières années de l’enfance sont souvent décisives. Sa mère dut se donner beaucoup de mal pour élever seule ses huit enfants. Il était le plus jeune d’un groupe de frères aux prises avec des drogues et des dynamiques aussi dysfonctionnelles que problématiques.

Lorsque Cullen était au lycée, sa mère eut une crise d’épilepsie et décéda dans un accident de voiture. Cela le dévasta et il essaya de se suicider. Ce fut la première fois qu’il était admis dans un établissement psychiatrique ; même si ce ne serait pas la dernière. Une fois rétabli, il prit une décision radicale : s’enrôler dans la marine américaine…

Charles Cullen assassina des patients hospitalisés en leur donnant de fortes doses de médicaments comme l’insuline (utilisée pour traiter le diabète) et la digoxine (un médicament pour le cœur).

De la salle des missiles aux chambres d’hôpital

Le jeune Charles Cullen servit à bord du sous-marin USS Woodrow Wilson dans les années 1980. Bien que cette vie n’ait pas été facile pour lui. Il était incapable de s’adapter et subit de nombreux bizutages. De plus, son comportement était erratique et étrange, au point que des officiers le trouvèrent une fois portant un tablier et un masque chirurgical dans la salle de contrôle des missiles du navire.

Après une nouvelle tentative de suicide, il reçoit une décharge médicale en 1984 et est expulsé de la Marine. Il s’inscrit alors à la Mountainside School of Nursing dans le New Jersey. Quatre ans plus tard, il commettra son premier meurtre dans l’hôpital où il commença à travailler, le San Bernabé. L’ange de la mort venait d’ouvrir ses ailes et allait initier un voyage accidenté qui durerait 16 ans…

The good nurse
Charles Cullen a été admis plusieurs fois dans des hôpitaux psychiatriques, mais cela ne lui posa pas de problème pour continuer à travailler comme infirmier

The good nurse, une histoire d’indignité

The good nurse s’ouvre sur les événements réels qui se déroulèrent dans le dernier établissement médical où se trouvait Cullen avant son arrestation. C’est là qu’il rencontra Amy Loughren, une autre infirmière qui, en tant que mère célibataire de deux enfants, souffrait d’une maladie cardiaque et n’avait pas non plus d’assurance maladie. L’hôpital lui-même ne le lui fournit pas avant qu’elle il n’y travaille pendant un an.

Cette nuance constitua un point d’union entre l’ange de la mort et Amy elle-même, incarnée dans le film de Jessica Chastain. Charles promet de l’aider à obtenir son assurance, mais en attendant, il n’hésite pas à voler des médicaments pour elle. C’est ainsi que l’infirmière découvre comment son partenaire est capable de pirater MedStation, le système qui régule l’administration des médicaments.

Petit à petit, elle prend également conscience de la façon dont la mort inexpliquée et subite de plusieurs patients est liée à certains médicaments. Ceux que son partenaire vole régulièrement. Lorsqu’elle informe enfin la police de ce qui se passe, elle devient un acteur clé de l’enquête et de l’incarcération de Cullen.

Établissements médicaux défaillants et décès qui n’ont pas fait l’objet d’une enquête

On soupçonna Charles Cullen du meurtre de près de 400 patients. Cependant, il n’en a admis que 40 et fut jugé pour 29 décès. La question évidente est de savoir comment est-il possible qu’il n’ait pas attiré l’attention pendant 16 ans de meurtres. La vérité est que beaucoup soupçonnaient ce qu’il faisait, mais le renvoi a toujours été choisi plutôt que de révéler la mauvaise gestion d’un hôpital.

The good nurse dénonce l’indignité des institutions médicales et l’impuissance des patients. Dans cette production, nous assistons à quelque chose qui était sans aucun doute réel : des décès qui ne firent l’objet d’aucune enquête et des dizaines de familles en deuil demandant justice. Charles Cullen a été signalé plus d’une fois pour vol de drogue. Et bien que beaucoup connaissaient ses problèmes mentaux et ses tentatives de suicide, personne n’a réagi.

Ses antécédents médicaux d’instabilité mentale n’avaient pas d’importance. Le nombre de décès qu’il laissa dans son sillage dans différents hôpitaux n’éveilla pas non plus les soupçons. Il ne manqua jamais de travail, jusqu’à ce que, finalement, un autre collègue professionnel avec suffisamment de ruse, de sensibilité et de courage arrêta ses actions.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Aileen Wuornos, la chasseuse d’hommes
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Aileen Wuornos, la chasseuse d’hommes

Aileen Wuornos était une tueuse en série américaine qui a tué sept hommes en les exécutant avec un pistolet.



  • Freckelton QC, I. (2014). The Good Nurse: A True Story of Medicine, Madness and Murder.
  • Yardley, E., & Wilson, D. (2016). In search of the ‘angels of death’: conceptualising the contemporary nurse healthcare serial killer. Journal of Investigative Psychology and Offender Profiling13(1), 39-55.
  • Yorker, B. C., Kizer, K. W., Lampe, P., Forrest, A. R. W., Lannan, J. M., & Russell, D. A. (2006). Serial murder by healthcare professionals. Journal of forensic sciences51(6), 1362-1371.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.