7 signes que vous restez occupé en tant que mécanisme d'adaptation

Qu'est-ce qui se cache derrière de nombreuses personnes qui sont constamment occupées ? Qu'est-ce que votre disponibilité a à voir avec vos stratégies d'adaptation ? On vous dit tout dans cet article ?
7 signes que vous restez occupé en tant que mécanisme d'adaptation
Elena Sanz

Rédigé et vérifié par Psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 10 novembre, 2022

Nous ressentons tous, parfois, le besoin que les journées aient deux fois plus d’heures. Nous nous couchons le soir et nous réalisons que nous ne nous sommes pas arrêtés de la journée, qu’il n’y a pas eu de place pour les loisirs et le repos. Cela ne devrait pas être un problème si cela se produit sporadiquement ; mais si vous restez occupé et que vous ne trouvez pas le temps de regarder en vous et de vous parler, vous utilisez peut-être cette attitude comme mécanisme d’adaptation.

Bien sûr, être productif est positif et nécessaire. Cela nous aide non seulement à remplir nos obligations mais augmente également la confiance dans nos possibilités. Lors de l’accomplissement de tâches en attente, le corps libère des substances qui nous procurent des sensations agréables. De plus, rester actif et occupé nous aide à être en bonne santé, à ne pas trop réfléchir et à combattre des troubles tels que l’anxiété et la dépression.

Or, ce n’est pas toujours la meilleure stratégie. De plus, lorsqu’on l’utilise pour camoufler ou échapper à des émotions difficiles, cela peut entraîner des complications.

Homme inquiet travaillant
Travailler ou avoir toujours un emploi du temps chargé peut être un mécanisme pour échapper à la réalité.

Vous êtes tout le temps occupé : est-ce un mécanisme d’adaptation ?

Si vous êtes une personne très active et productive, il est probable que vous n’ayez même pas réalisé que cela pourrait être un problème. Cependant, voici quelques signes indiquant que votre attitude n’est peut-être pas tout à fait saine :

  • Vous avez un emploi du temps totalement chargé tous les jours. Il n’y a aucune marge de manœuvre puisque chaque heure est consacrée à une activité, depuis le lever jusqu’au coucher.
  • Vous êtes toujours actif et en déplacement. Se reposer vous semble être une perte de temps ou cela vous met assez mal à l’aise d’être inactif.
  • Lorsque vous êtes seul et que vous n’avez rien à faire, vous sentez que les pensées et les émotions vous envahissent et vous submergent. Pour éviter cela, vous bougez dès que vous le pouvez ou vous vous occupez d’une tâche.
  • Lorsque quelque chose de négatif se produit, vous vous disputez avec quelqu’un d’autre, vous vous sentez triste ou bouleversé, ou vous trouvez quelque chose pour vous occuper afin de ne pas y penser. C’est votre façon de gérer les problèmes.
  • Normalement, vous vous sentez épuisé ou frustré par votre rythme de vie, mais vous vous sentez incapable d’arrêter ou d’abandonner certaines activités.
  • Les gens autour de vous s’inquiètent de cela ou vous ont fait comprendre que vous devriez ralentir.
  • Vous ne passez jamais de temps à réfléchir à ce que vous ressentez, à ce que vous pensez ou à ce dont vous avez besoin. Il n’y a pas de moments de calme, de tranquillité et de silence dans votre vie de tous les jours.

Stratégies d’adaptation disponibles

Si vous vous occupez normalement, sachez que cela n’a pas à être une mauvaise chose. En effet, avoir des buts et des objectifs et y travailler avec persévérance et de manière organisée est très utile et bénéfique pour la santé psychologique. Le problème réside dans l’utilisation de cette stratégie comme mécanisme d’adaptation ; c’est-à-dire lorsque l’évitement devient votre façon de faire face à l’adversité ou aux difficultés.

Il existe diverses stratégies d’adaptation que les gens peuvent mettre en œuvre. Certaines se focalisent sur le problème qui nous concerne (afin de le résoudre) et d’autres sur la gestion des émotions que la situation produit. D’autre part, ces stratégies peuvent être réflexives (analyser ce qui s’est passé), réactives (agir de manière impulsive) ou suppressives (chercher à se soustraire et à éviter ce qui se passe).

La vérité est qu’il n’y a pas de stratégies plus efficaces que d’autres et tout dépend du contexte. Par exemple, s’il nous incombe de résoudre le problème, il est bien plus utile de se mettre au travail ; mais sinon, le mieux que nous puissions faire est de travailler sur l’acceptation. De même, se distraire et éviter la situation inconfortable ou les émotions peut être utile à certains moments, car cela nous permet de nous calmer et de prendre du recul.

Cependant, l’évasion ne peut pas être notre seul mécanisme ou ressource, ni être utilisée systématiquement dans toutes les situations, car cela génère des problèmes et des conséquences.

Pourquoi n’est-ce pas une bonne chose de choisir de rester occupé ?

Nous devons nous rappeler que les émotions ne peuvent pas être réprimées, supprimées ou ignorées pour toujours. Toutes remplissent une fonction et nous devons les écouter, les ressentir et les traverser. Si nous ne le faisons pas, nous nous ferons du mal de diverses manières.

  • Tout d’abord, la répression des émotions peut amener le corps à finir par somatiser cet inconfort que nous essayons d’ignorer et notre santé en sera affectée.
  • En évitant ce que nous ressentons, nous perdons la possibilité de mieux nous connaître, de savoir ce dont nous avons besoin et d’agir pour améliorer notre situation. Si nous ne nous permettons pas de réfléchir et de ressentir (aussi désagréable que cela puisse être), nous continuerons à agir par inertie, sur pilote automatique, et nous continuerons probablement à nous retrouver impliqués dans des situations qui nous nuisent et nous déplaisent. Si nous voulons grandir et nous améliorer en tant que personnes, il est essentiel d’avoir le courage de regarder en nous et de s’asseoir avec nous-mêmes.
  • Vos relations avec les autres peuvent également être grandement affectées si vous choisissez de rester occupé au lieu de vous occuper de ce dont le lien a besoin. Une dispute, un désaccord ou une insatisfaction dans le couple ne se résout pas en allant courir ou en se concentrant davantage sur le travail. Cela ne fait que perpétuer le problème et peut faire en sorte que l’autre personne se sente invalidée et négligée.
couple qui parle
Les relations avec les autres, ainsi que notre propre relation avec nous-mêmes, souffrent lorsque nous sommes toujours occupés.

Si vous êtes toujours occupé, changez cette dynamique et ouvrez-vous à d’autres options

En bref, si le fait de rester occupé est un mécanisme d’adaptation, vous tournez le dos à vos besoins, à ceux de votre entourage et aux situations qui nécessitent une solution. Pour la même raison, cela ne devrait pas être la seule stratégie que vous utilisez. Pour changer cette dynamique, vous pouvez faire de petits pas chaque jour. Par exemple, réservez du temps dans votre emploi du temps pour la réflexion et l’introspection, commencez à chercher des moments où vous pouvez analyser ce que vous ressentez, ou tenez un journal thérapeutique.

Ouvrez-vous aussi aux autres, laissez vos proches vous servir de soutien affectif et n’ayez pas peur de vous exprimer ou de parler avec eux de vos émotions. C’est une stratégie d’adaptation très utile et positive. De même, apprenez à vous reposer et à faire la paix avec les loisirs et le silence ; au lieu de considérer cela comme une perte de temps, voyez-le comme une opportunité de prendre soin de vous et de vous connecter avec vous-même.

Le but n’est pas vous deveniez une personne sédentaire, paresseuse ou sans but. Il s’agit d’apprendre à cesser d’utiliser l’extérieur et la productivité comme moyens d’éviter votre monde intérieur. N’oubliez pas que plus il est difficile et inconfortable pour vous d’entrer en contact avec vos émotions, plus il est nécessaire pour vous d’apprendre à le faire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi l’évitement augmente-t-il l’anxiété ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi l’évitement augmente-t-il l’anxiété ?

Savez-vous que l'évitement, à savoir fuir une situation, ne fait que renforcer l'anxiété ? C'est ce que nous vous invitons à découvrir ici.



  • Aranda, L., Buedo Guirado, C., Dumitrache, C. G., & Di Giusto Valle, C. (2017). La importancia de mantenerse activo en la vejez.
  • Lazarus, R. S., & Folkman, S. (1984). Stress, appraisal, and coping. Springer publishing company.
  • Patel, J., & Patel, P. (2019) Consequences of Repression of Emotion: Physical Health, Mental Health and General Well Being. International Journal of Psychotherapy Practice and Research – 1(3):16-21.