Shinrin-yoku : des bains de forêt pour se relaxer

· 6 avril 2019
Connaissez-vous cette forme de thérapie japonaise ?

Shinrin-yoku est le nom que l’on donne, au Japon, pour les bains de forêt. Il s’agit d’une thérapie pour se libérer des tensions qu’offre actuellement la vie urbaine. La nature peut parfois être une bonne alliée pour améliorer la santé et la qualité de vie des personnes qui souffrent de stress dans leur vie professionnelle ou personnelle.

Le terme Shinrin-yoku signifie absorber l’atmosphère de la forêt pour éviter des maladies liées à la tension des grandes villes. Il ne faut pas oublier qu’être en contact avec des situations stressantes est l’une des causes de maladies à long terme.

La thérapie de la forêt ou Shinrin-yoku

La thérapie de la forêt ou Shinrin-yoku est née en 1980 à l’Agence Forestière du Japon en tant qu’alternative pour réduire les niveaux de stress. Il s’agit d’une thérapie basée sur les principes bouddhistes et shintoïstes qui invitent à un contact intégral avec la nature. À travers les sens, la personne établit un feedback avec son environnement naturel pour rétablir sa paix intérieure.

Si cette thérapie est effectivement née au Japon, il faut savoir qu’elle gagne de plus en plus d’adeptes dans le monde. En France, on l’appelle « bain de forêt ». Comme son nom l’indique, elle consiste à parcourir la nature. En faisant cela, l’individu atteint un état de relaxation, sans avoir ingéré le moindre remède.

Shinrin-yoku

Quels sont les bénéfices du Shinrin-yoku ?

Des chercheurs de l’Université de Chiba, dirigés par Yoshifumi Miyazaki, se sont chargés d’étudier quels étaient les bénéfices du contact avec la forêt. À travers un biomarqueur du stress, ils ont déterminé que les sujets qui étaient en contact avec des environnements urbains présentaient de plus hauts niveaux de cortisol que ceux qui étaient en contact avec un milieu naturel.

En appliquant des techniques de neurobiologie, ils ont observé que la forêt diminuait les activités cognitives et augmentait celles liées au plaisir. Les arbres dégageraient des composés volatiles bénéfiques pour le système immunitaire, que l’on appelle les phytoncides.

Comment se passe la thérapie Shinrin-yoku ?

Des millions de Japonais affectés par le stress réalisent la thérapie de la forêt chaque année. Par ailleurs, grâce aux différents centres officiels désignés par l’Agence Forestière du Japon, elle est très accessible. La thérapie Shinrin-yoku consiste à entrer dans une forêt et à réaliser diverses techniques de respiration pendant deux heures.

Les participants sont contrôlés avant et après avoir reçu la thérapie, pour vérifier s’il y a eu -ou non- des améliorations. On vérifie ainsi rapidement l’efficacité du traitement, en notant les changements substantiels au niveau du bien-être. En résumé, nous pouvons apprécier l’importance du Shinrin-yoku dans notre vie émotionnelle.

Être exposés à la nature ne fait pas qu’améliorer l’équilibre psychique et le bien-être général de l’organisme. Cela stimulerait aussi des changements dans le système nerveux. Le Shinrin-yoku aurait une influence positive sur l’irritabilité, la colère, la dépression, l’anxiété et la tension.

Shinrin-yoku

Shinrin-yoku : réflexions finales

Pour conclure, le Shinrin-yoku est un traitement naturel à suivre à n’importe quel moment de sa vie. Sa pratique aide à atteindre un état de relaxation optimal. Par ailleurs, le contact avec la nature permet d’améliorer la qualité de vie et l’état émotionnel. Par conséquent, respirer, sentir le vent sur notre visage et avancer sans se préoccuper de la moindre chose est l’un des piliers qui fait que le Shinrin-yoku représente un véritable succès au niveau mondial.

 

  • Bertrán, Ana Rosa Castro, and Camilo Macías Bestard. Actualización bibliográfica sobre técnicas de relajación. Revista de Información Científica 65.1 (2010).
  • Gesse, Á. (2018). Sentir el bosque: La experiencia del shinrin-yoku (baño de bosque). Grijalbo ilustrados.
  • Peiró, Pablo Saz, and Shila Saz Tejero. Tierra, sol, agua y aire: aplicaciones terapéuticas en el paciente oncológicoMedicina naturista 8.1 (2014): 6-16.