Selon la science, chanter nous rend heureux

· 29 décembre 2018
Le chant a de nombreux bienfaits, et cela a même été prouvé scientifiquement !

Sous la douche, à la maison quand nous écoutons de la musique et que personne ne nous entend, avec des amis… Chanter nous rend heureux. Cette pratique si universelle nous emplit de sérotonine et d’ocytocine. C’est une véritable injection d’enthousiasme qui est à la portée de tous. Qui plus est, on a pu voir que même les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer réagissent et se réveillent avec joie chaque fois qu’on les pousse à chanter.

Edith Piaf disait que chanter est une façon de s’échapper dans un autre monde. Cependant, psychologues et neuroscientifiques ne sont pas entièrement d’accord avec cette idée. En réalité, la musicothérapie est un canal sensationnel pour se connecter aux autres, pour éveiller des émotions qui nous aident à établir des liens plus intenses avec les gens.

Une étude publiée dans The Journal of Gerontology a par exemple révélé que quand les personnes âgées rejoignent une chorale communautaire pour chanter, leur sensation de solitude diminue et leur santé s’améliore. Nous ne pouvons pas nier le fait qu’à partir de 65 ans, le risque de dépression associée à un isolement social devient plus habituel.

Par conséquent, le simple fait de rejoindre un groupe musical ou une chorale améliore l’interaction et génère des changements très positifs sur le plan émotionnel, cognitif et physique. Il convient de signaler que des pratiques aussi quotidiennes que le fait de chanter sous la douche agissent aussi comme un bouton de réinitialisation capable de nous donner de l’énergie, du bonheur et une bonne dose de positivité…

« Je ne chante pas pour être heureux, je suis heureux parce que je chante. »

-William James-

chanter

Chanter nous rend heureux parce que le cerveau adore la musique

Le bonheur, en fin de compte, se ressent à travers les actes les plus simples. De la bonne compagnie, une après-midi de repos, un dîner avec des amis… Il faut savoir que chanter nous rend heureux en raison d’une chose toute simple mais fascinante : notre cerveau adore la musique.

  • Nous pourrions dire que cette histoire d’amour avec cet art ancestral est une chose qui a toujours accompagné l’humanité. La science, de son côté, essaye toujours d’y trouver une explication.
  • Par ailleurs, le musicologue Leonard Meyer nous explique dans son livre Émotion et signification en musique que le cerveau ressent une sorte de choc de plaisir à chaque morceau musical, à chaque note que nous osons entonner quand nous chantons à voix haute.
  • Cette expérience constitue une sorte de défi et nous confère en même temps une grande sensation de sécurité.

Qui plus est, les scientifiques nous signalent qu’il existe une structure aussi intéressante que basique pour le chant dans nos oreilles: il s’agit du saccule. Cette petite partie de l’oreille interne répond aux fréquences qui se créent quand nous chantons. Cette réponse physiologique nous génère du plaisir et ces vibrations conduisent le cerveau à un état de calme aussi cathartique que bénéfique. Un état presque magique…

Chanter pour améliorer notre humeur

Pablo Picasso disait que, pour peindre et dessiner, il fallait fermer les yeux et chanter. Il est vrai que cette pratique, celle qui consiste à chanter à voix haute ou tout bas, à fredonner ou à chantonner, est une habitude récurrente chez beaucoup de personnes lorsqu’elles réalisent d’autres tâches. Nous chantons très souvent quand nous conduisons, quand nous faisons du sport, quand nous faisons le ménage ou quand nous travaillons.

Le chant améliore notre humeur. Il libère des endorphines, produit de la sérotonine et réduit notre niveau de cortisol, l’hormone du stress. Des études comme celle réalisée à l’Université de Francfort nous révèlent que chanter permet de renforcer notre système immunitaire et améliore la respiration, la flexibilité du diaphragme et la santé pulmonaire.

La musique et les maladies neurodégénératives

L’un des bénéfices les plus importants et dont nous avons déjà parlé au début est celui qui est généré chez les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. La propre « Société d’Alzheimer » aux Etats-Unis a par exemple mis en place il y a quelques années ce qu’elle appelle le « Chant pour le cerveau ». 

On a pu voir que le fait de chanter améliore l’état d’alerte des personnes âgées touchées par cette maladie. Cela les aide à se connecter positivement aux autres: elles s’amusent, rient, sont plus réceptives à la communication et à l’interaction, sont plus concentrées pour réaliser certaines tâches et leur humeur s’améliore.

Par ailleurs, un autre aspect a pu être vérifié par des experts en déficience intellectuelle comme Tom Shakespeare et Alice Whieldon, de l’Université d’East Anglia: les personnes avec des problèmes mentaux tirent d’immenses bénéfices des ateliers de chant. Leur stress et leur anxiété diminuent et elles gagnent aussi bien en sécurité personnelle qu’en habilités sociales.

 

Nous pourrions dire que, d’une certaine façon, le chant représente cet exercice qui récompensera toujours notre cerveau. La musique est cet autre type de langage qui agit comme quelque chose de plus grand qu’une production culturelle. C’est un espace qui nous rassemble tous, un type de communication qui rend les mots superflus.

C’est aussi ce coin du cerveau qui reste presque toujours intact face à des maladies comme Alzheimer et Parkinson. Il nous permet de reprendre contact avec ce qu’il y a de plus précieux chez l’être humain: les émotions.