Cerveau créatif : esprit libre, émotionnel et connecté

· 26 novembre 2018

Le cerveau créatif est incroyable. Il est ludique, émotionnel, libre et infatigable. Il ne croit pas aux choses finies, pour lui le monde est plein de possibilités et il choisit d’être connecté à tout pour apprendre de presque n’importe quel stimulus. Souvent, il ne sait même pas comment certaines choses lui sont arrivées, parce que des idées surgissent dans leur esprit comme des éclairs.

Steve Jobs a dit que la créativité vient quand on apprend à connecter des éléments. C’est relier notre réalité aux expériences passées et oser créer des choses nouvelles et stimulantes. C’est dans un premier temps créer quelque chose que tout le monde ne comprend pas facilement, mais qui plus tard ouvre d’autres possibilités. Chaque entreprise a besoin d’innovation. Le cerveau créatif est un capital humain que notre société devrait apprécier comme il le mérite.

« Les gens créatifs contiennent des extrêmes contradictoires. Au lieu d’être un « individu », chacun d’eux est une foule. »

-Mihaly Csikszentmihalyi-

Ainsi, et aussi curieux cela soit-il, à ce jour nous maintenons toujours des idées équivoques sur la créativité et le cerveau créatif. Nous pensons, par exemple, que la capacité à créer des idées innovantes et originales est liée à l‘intelligence. Plus encore, il y a ceux qui continuent à maintenir le modèle de l’hémisphère droit comme axe et origine de notre créativité. Ce n’est pas vrai. Les mythes continuent de brouiller de nombreuses idées que la science a démontrées ou faussées depuis longtemps.

Comprenons d’abord que la créativité est une capacité avec laquelle nous venons tous au monde. Comprenons aussi que pour l’utiliser, il faut commencer à voir le monde et nous-mêmes différemment. Nous en parlerons plus bas.

jeune femme au cerveau créatif

 

Comment fonctionne le cerveau créatif ?

Le cerveau créatif fonctionne différemment. Une étude récente publiée à la National Academy of Sciences révèle quelque chose que les neuropsychologues ont déjà compris : les personnes créatives présentent des structures neuronales beaucoup plus connectées que les autres. Grâce aux tests de résonance magnétique, il a été possible de voir comment la connectivité fonctionnelle et neurale est beaucoup plus complexe, presque fascinante.

C’est pourquoi, ici encore, il s’agit de dissocier la créativité à l’hémisphère droit exclusivement. Parce que d’habitude les personnes aux idées innovantes et originales présentent une symphonie d’interaction immense dans les deux hémisphères du cerveau. Maintenant, les découvertes sur le cerveau créatif ne sont pas en reste, elles présentent des particularités encore plus intéressantes.

Une pensée flexible et avec une tolérance à l’incertitude

Comme nous le savons déjà, l’architecture neuronale de la personne créative est plus connectée et plus dense. Cela s’explique aussi par son approche mentale toujours flexible, ouverte à l’ambiguïté et à l’incertitude. Alors que les esprits plus rigides sont incapables d’accepter les données contradictoires, la personne créative voit comme un défi le fait d’essayer de trouver des explications etc…

Une intelligence élevée n’explique pas la créativité

Les créatifs ne présentent pas, en moyenne, un quotient intellectuel particulièrement plus élevé que la moyenne. Nous nous souvenons tous, par exemple de l’étude menée par le célèbre psychologue Frank X Barron en 1956. Il a réuni dans un ancien hôtel particulier de l’Université de Berkeley, des architectes de renom, des scientifiques et des écrivains comme Truman Capote, William Carlos Williams et Frank O ‘Connor. Il voulait comprendre comment fonctionnaient les esprits les plus créatifs du pays.

dessin d'un cerveau créatif

Voici les découvertes de cette expérience :

  • Ils ont présenté une ouverture à la vie intérieure plus profonde. Ils étaient pensifs, ils savaient analyser leurs émotions, ils ont pris contact avec leurs besoins internes.
  • La motivation, la soif d’apprendre, de découvrir des choses ou de montrer au monde de nouvelles idées, de nouveaux concepts ou de nouvelles histoires était quelque chose que tout le monde partageait.
  • Il y avait aussi une composante émotionnelle et morale. La plupart avaient des valeurs nobles.
  • Ils acceptent le désordre, ils s’en sont même inspirés.
  • Ils avaient un point très particulier de la folie, un regard enfantin, ludique parfois. En effet , ils étaient soucieux d’aller au-delà du rationnel grâce à l’émerveillement, pour profiter des choses les plus élémentaires…
  • Les différents sujets aimaient prendre des risques.

Le cerveau créatif et l’introspection

Une autre caractéristique des personnes créatives, c’est leur introspection. Ils présentent une plus grande conscience de soi et savent combiner leurs zones les plus «sombres» et aussi les plus brillantes. Cet aspect, étant capable d’être conscient de ses propres limites, des défauts ou des événements les plus convulsifs, est souvent synonyme d’une meilleure santé mentale.

La créativité est désordonnée au niveau neurologique

Le neurologue Marcus Raichle a fait un travail intéressant en 2001 sur la créativité, dans lequel il conclut avec des révélations surprenantes. Le cerveau créatif est extrêmement désordonné. Nous savons déjà que l’innovation créatice ne se situe pas dans l’hémisphère droit. En fait, cette intelligence est incroyablement dispersée.

Ainsi, le Dr Raichle a parlé du «réseau de l’imagination», qui implique de nombreuses régions du cerveau : les zones de la surface médiale du cerveau, ainsi que les lobes frontaux, pariétaux et temporaux.

D’un autre côté, un autre processus qui caractérise le cerveau créatif est ce qu’on appelle la «cognition auto-générée». C’est-à-dire la capacité de rêver, de ruminer ou de laisser vagabonder les esprits.

Mihaly Csikszentmihalyi, après plus de 30 ans d’études sur les créatifs, souligne qu’il s’agit de personnalités complexes. C’est comme plusieurs personnes qui vivent dans son cerveau. En effet, c’est comme si toute une équipe de professionnels exigeait des choses, suggérait des idées et de nouveaux intérêts.

Ce sont ces voix qui les motivent. Cependant, ce sont aussi ceux qui suggèrent parfois trop d’idées, trop de projets… Parfois contradictoires. En fait, c’est l’un des problèmes les plus courants du cerveau créatif : apprendre à contrôler tous ces flux d’idées, d’émotions et de cognitions, etc…